Les avancées de l’IA au service de l’agriculteur

Lors de l’ouverture le mois dernier de Pace Port Toronto, le cinquième centre mondial de recherche et de co-innovation exploité par Tata Consultancy Services (TCS), K. Ananth Krishnan, directeur de la technologie de l’entreprise, a rappelé un conseil astucieux qu’il avait reçu un jour de son ami et mentor, le regretté Dr Clayton Christensen.

Photo : Paul barker

« Ne vous passionnez pas uniquement pour la technologie », lui a dit Christensen, professeur à Harvard, connu comme le « gourou de l’innovation disruptive », qui a été nommé administrateur indépendant et membre du conseil de surveillance du TCS en 2006, « mais pour quels sont les gens qui l’utilisent réellement dans leur vie quotidienne. »

En ce qui concerne l’agriculture et l’intelligence artificielle (IA), partout dans le monde où la terre est cultivée – que ce soit au Moyen-Orient, en Inde, dans le Dakota du Nord, en Saskatchewan ou dans le sud-ouest de l’Ontario – cette approche est suivie à la lettre par les équipes de recherche et d’innovation (R&I) de TCS.

Au cours d’une présentation qui a eu lieu lors de l’événement Pace Port après les discours officiels et les cérémonies d’inauguration, Chiranjib Adak, responsable des solutions technologiques pour les entreprises BSFA (banques, services financiers et assurances) canadiennes de l’entreprise, a décrit certaines des avancées agricoles auxquelles participent les chercheurs.

La principale d’entre elles est l’utilisation de satellites et de drones dans le cadre d’une initiative de convergence ciel-terre qui peut être utilisée pour tester la qualité du sol, non pas champ par champ, mais sur une vaste zone géographique.

La clé, a déclaré Adak dans une interview avec nos collègues de IT World Canada, est d’abord d’acquérir les données à l’aide de la technologie des drones ou des satellites, puis de les suivre à travers un processus qui utilise l’apprentissage automatique et le traitement des données en temps réel qui génère des avis sous différentes formes. L’une des formes pourrait être le cas d’un agriculteur qui peut être conseillé sur le profil nutritif du sol et s’il se détériore ou s’améliore.

« Il y a les prévisions de croissance et de rendement des cultures, qui aident à la fois les banques et les agriculteurs », a-t-il déclaré. « Un autre angle en termes d’utilisation de l’IA est toute cette notion de données spatiales que nous utilisons dans les fermes, qui se superpose aux modèles de prévisions météorologiques. Lorsque nous faisons cela, nous sommes en mesure de voir que certains types de conditions météorologiques rendent une culture plus vulnérable aux champignons, aux bactéries ou aux insectes ravageurs. »

« Nous nous concentrons à la fois sur l’amélioration de la production alimentaire et du rendement des cultures, ainsi que sur la création d’une plateforme permettant aux exploitations agricoles d’améliorer la planification et la production des cultures. »

Pour plus de détails, l’article original (en anglais) est disponible sur IT World Canada, une publication sœur de Direction informatique.

Adaptation et traduction française par Renaud Larue-Langlois

Paul Barker
Paul Barker
Paul est le fondateur de PBC Communications, une firme de rédaction spécialisée dans le journalisme indépendant. Son travail est apparu dans un certain nombre de magazines technologiques et en ligne sur des sujets allant des problèmes de cybersécurité et du monde en évolution de l'informatique de pointe à la gestion de l'information et aux progrès de l'intelligence artificielle.

Articles connexes

Quatrième saison du programme AI@Centech pour l’innovation en matière d’intelligence artificielle

Thales, une multinationale française du domaine de la haute technologie lance la quatrième saison de son programme d'accélération AI@Centech, conçu pour aider les jeunes pousses axées sur l'intelligence artificielle (IA) à commercialiser leurs solutions.

Thales investit dans AI Redefined, une jeune entreprise montréalaise

Thales, une entreprise européenne qui investit dans les technologies numériques, annonce avoir investi dans AI Redefined (AIR), une jeune entreprise de Montréal qui a créé une nouvelle capacité de formation à l'intelligence artificielle  où les humains et les machines apprennent continuellement les uns des autres pour relever des défis sophistiqués en temps réel.

Balado Hashtag Tendances, 29 septembre 2022 — Des livres bannis, Google s’adresse aux employés et l’intelligence artificielle

Cette semaine : Les livres de Reshma Saujani bannis, l’intelligence artificielle bannie de Getty Images, le PDG de Google s’adresse aux employés et l’intelligence artificielle au secours du quantique.

ILX Group examine les mesures que les entreprises doivent prendre pour se préparer à l’avenir

La société de conseil et de formation ILX Group vient de publier une nouvelle étude qui examine le déficit de compétences en intelligence artificielle (IA) auquel de nombreuses industries de pointe sont confrontées aujourd'hui, résultat de ce qu'elle décrit comme des pénuries de personnel, des perturbations de la chaîne d'approvisionnement, de l'inflation et de l'incertitude globale.

Intel et Mila unissent leurs forces pour une intelligence artificielle responsable

Intel annonce aujourd’hui une collaboration stratégique de recherche et de co-innovation de trois ans avec Mila, un institut de recherche en intelligence artificielle (IA) de Montréal. Dans le cadre de cette collaboration, une vingtaine de chercheurs d’Intel et de Mila vont travailler sur le développement de techniques d'IA avancées pour relever les défis mondiaux tels que le changement climatique, la découverte de nouveaux matériaux et la biologie numérique.