Les attaques par injection de code SQL pourraient être prévenues

Les attaques de bases de données par injection de code SQL pourraient être prévenues, selon un expert en sécurité cité par IT World Canada.Illustration du concept de sécurité et d'un écran tactile

IT World Canada rappelle que ces attaques contre des sites Internet sont encore utilisées par des pirates informatiques pour accéder à des informations personnelles, tels que ceux qui auraient recueilli 4,5 milliards d’enregistrements dans les bases de données de 420 000 sites web et FTP.

Selon Johannes Ullrich, chef de la recherche au SANS Institute, qui est un fournisseur de formations en sécurité, il n’y a pas de raisons pour que des vulnérabilités propices aux attaques par injection de code SQL existent encore aujourd’hui.

L’expert explique que des vulnérabilités propices aux attaques par injection de codes SQL malintentionnés peuvent être créés quand des programmeurs SQL utilisent la technique Dynamic SQL, dans laquelle l’instruction SQL est assemblée en chaîne qui utilise des données d’utilisateurs.

La solution reposerait ainsi sur les programmeurs SQL, qui devraient aujourd’hui pouvoir utiliser des instructions préparées pour envoyer les instructions SQL et les données d’utilisateurs séparément à la base de données, pour que les données ne puisse pas changer la requête.

Cependant, des bases de données n’auraient pas été encore compatibles avec les instructions préparées jusqu’à il y a cinq ans. Les développeurs de ces bases de données plus vieilles pourraient donc ne pas être familiers avec des instructions préparées plus longues et plus difficiles à écrire.

Lire l’article au complet sur le site d’IT World Canada, une publication sœur de Direction informatique (en anglais).

Articles connexes

Okta gèrera désormais les appareils des tiers accédant à ses outils

Le fournisseur de gestion d’identité et d’accès Okta affirme qu'un cybercriminel a accédé aux données de seulement deux clients, et non 366 comme on le craignait à l'origine, après le piratage d'un ordinateur chez un fournisseur de support tiers par le gang d'extorsion Lapsus$.

Panasonic Canada admet avoir été victime d’une cyberattaque

Panasonic Canada a subi une grave cyberattaque en février, selon TechCrunch.

Le cheval de Troie Gh0stCringe requiert des interventions

Les administrateurs de bases de données sont invités à renforcer leur sécurité informatique contre un logiciel de type cheval de Troie nommé Gh0stCringe.

Cybersécurité : Google fera l’acquisition de Mandiant

La firme de sécurité informatique Mandiant sera acquise par Google en échange de 5,4 milliards de dollars américains.

Le groupe de rançongiciels Conti condamne la guerre et défend la Russie

Le groupe de rançongiciels Conti défend la Russie et promet des ripostes contre des « activités de guerre » contre Moscou.