Le réseau Rogers en panne partout au Canada

Rogers Communications connaît présentement une panne de réseau partout au Canada.

Image : Reuters

« Une panne a un impact sur les services sans fil et résidentiels. L’assistance par téléphone et par clavardage est également affectée. Nous nous efforçons de rétablir le service le plus rapidement possible », peut-on lire dans un avis sur la page d’assistance de Rogers.

 

Selon Downdetector, plus de 20 000 rapports de problèmes ont été générés à partir d’environ 5 heures du matin HNE.

Les régions les plus touchées sont celles de Montréal, Ottawa, Toronto et Winnipeg.

L’entreprise de télécommunications n’a toujours pas fourni d’explication pour la panne. Vers 9h – plus de 4 heures après son début – Rogers a seulement confirmé la panne via son compte Twitter de service à la clientèle.

La marque de services mobiles Fido, un filiale de Rogers, indique également plus de 10 000 pannes sur le site Downdetector.

Le service de police de Toronto constate également un ralentissement de ses opérations en raison de la panne.

En réponse à une demande d’un client sur Twitter, TD Canada Trust a déclaré que le virement électronique Interac était en panne en raison de la panne et que toutes les banques étaient touchées.

Un porte-parole de Bell a confirmé à IT World Canada que ses services fonctionnent normalement.

Telus a déclaré sur Twitter qu’elle « connaît des temps d’attente plus élevés que prévu » en raison d’un « problème de réseau concurrent ».

L’entreprise ontarienne TekSavvy, un fournisseur de services Internet régional qui offre une partie de ses services à l’aide du réseau de Rogers, a également signalé que ses réseaux sont en panne en Ontario et au Québec.

Global News a rapporté que le « Center for Cyber Security » a contacté Rogers et « a offert de l’aide, au cas où ils en auraient besoin ».

« Cette panne démontre certainement un certain nombre de défis auxquels les entreprises doivent faire face », a déclaré Ed Dubrovsky, directeur général de Cypfer, une société de conseil en rétablissement après incident basée à Toronto.

« Les grands fournisseurs de services de communication ne sont pas à l’abri des cyberattaques ou des défaillances des infrastructures technologiques critiques », a-t-il souligné. « La monnaie numérique est particulièrement vulnérable aux défaillances qui peuvent avoir un impact sur la capacité de traiter les paiements numériques. »

« Une main-d’œuvre de plus en plus souvent en télétravail dépend d’une infrastructure limitée généralement à un seul fournisseur », prévient-il, « de sorte que les organisations peuvent subir l’impact de vastes de groupes d’employés affectés. »

Cet article sera mis à jour au fur et à mesure que de nouvelles informations seront disponibles.

Pour plus de détails, l’article original (en anglais) est disponible sur IT World Canada, une publication sœur de Direction informatique.

Lire aussi :

Échec de la médiation entre Rogers, Shaw et le Bureau de la concurrence

Pannes majeures pour Cloudflare et Microsoft 365

Rogers offrira l’Internet à 8 Go/s aux clients résidentiels cet été

Adaptation et traduction française par Renaud Larue-Langlois

Tom Li
Tom Li
Les télécommunications et le matériel grand public sont les principaux sujets couverts par Tom chez IT World Canada. Il aime parler de l'infrastructure de réseau du Canada, des produits semi-conducteurs et, bien sûr, de tout ce qui est nouveau dans le domaine des technologies grand public. Vous le verrez aussi occasionnellement signer des articles sur les actualités liées à l'infonuagique, à la sécurité et au logiciel en tant que service. Si vous êtes prêt pour une longue discussion sur les nuances de chacun des secteurs ci-dessus ou si vous avez un produit à venir que les gens vont adorer, n'hésitez pas à lui envoyer un message à [email protected]

Articles connexes

La Cour fédérale rejette l’appel du Bureau de la concurrence pour bloquer la fusion Rogers-Shaw

Le Bureau de la concurrence n'a pas réussi à convaincre la Cour d'appel fédérale que la décision du Tribunal de la concurrence en faveur de la fusion Rogers-Shaw était juridiquement erronée ou que cette dernière entraînerait une diminution de la concurrence.

Le Bureau de la concurrence dépose un appel mis à jour et cite des erreurs de droit dans la décision du Tribunal de la...

Selon un reportage du Globe and Mail, le Bureau de la concurrence a déposé un appel mis à jour auprès de la Cour d'appel fédérale vendredi, alléguant deux autres erreurs de droit dans la décision du Tribunal de la concurrence d'approuver le rachat de Shaw par Rogers pour 26 milliards de dollars canadiens.

Un réseau d’hôpitaux de Toronto affirme que ses problèmes informatiques n’ont pas été causés par une cyberattaque

L'un des plus grands réseaux hospitaliers du pays a déclaré que l'alerte informatique publiée lundi n'était pas le résultat d'une cyberattaque.

TekSavvy exhorte le ministre Champagne à bloquer la fusion Rogers-Shaw et à refuser l’offre de Vidéotron pour Freedom Mobile

Le fournisseur de service Internet (FSI) indépendant Teksavvy de Chatham, en Ontario, a demandé aujourd'hui au ministre de l'Industrie, des Sciences et de la Technologie du Canada, François-Philippe Champagne, de bloquer la fusion de 26 milliards de dollars proposée en refusant le transfert des licences de spectre sans fil de Shaw ainsi que l'acquisition de Freedom Mobile par Vidéotron.

Fusion Shaw-Rogers : les derniers développements

Après de nombreux déboires dans la foulée de l’annonce de l’intention du géant des télécommunication Rogers d’acquérir pour 26 milliards de dollars son compétiteur Shaw en mars 2021, le dénouement tant attendu – un jugement du tribunal de la concurrence – est finalement arrivé le 29 décembre alors que ce dernier rejetait les arguments du bureau de la concurrence qui tentait de bloquer la fusion des deux géants.