Le regroupement prévu entre Mitec et Optiway est annulé

Faute de pouvoir maintenir son inscription à la Bourse de Toronto, Mitec est forcée d’annuler son projet de regroupement avec l’israélienne Optiway.

Le regroupement avait été annoncé en janvier, sous réserve de « l’exécution réussie d’un accord définitif ainsi que l’approbation des actionnaires et des autorités réglementaires. Cependant, le succès de la combinaison proposée entre Optiway et Mitec assumait que Mitec continuerait à être cotée à la Bourse de Toronto », révèle la direction de l’entreprise québécoise, dans un communiqué.

Or, le 19 janvier, à la veille de l’annonce du regroupement entre Mitec et Optiway, la Bourse de Toronto a donné 120 jours à la société montréalaise pour se conformer aux exigences qui lui auraient permis d’y conserver son inscription.

« Dans le cadre de son processus de revue, la Bourse de Toronto a demandé à Mitec de fournir certains renseignements détaillés concernant le projet de combinaison avec Optiway », explique la société.

Invoquant un calendrier serré et un manque de ressources, Mitec prévient qu’elle ne sera pas en mesure de produire tous les documents à temps pour empêcher le retrait de son inscription de la Bourse de Toronto.

En conséquence, la société entend se retirer volontairement de la Bourse de Toronto et déménager au sein d’un nouvel indice, sans préciser lequel. Mitec dit être en discussion avec diverses autorités de réglementation « afin de déterminer le moyen le plus efficace de poursuivre son inscription et tiendra ses actionnaires informés dès qu’elle en sera capable ».

Mitec est une entreprise de Montréal qui est spécialisée en conception et fabrication de composantes d’accès sans fil mobile et fixe et d’équipements de diffusion et de communications par satellite.

À lire également sur Mitec Telecom

Mitec finalise la vente de sa division VSAT

Mitec Telecom en voie d’être vendue à Optiway

Pour consulter l’édition numérique du magazine d’avril 2012 de Direction informatique, cliquez ici

Denis Lalonde
Denis Lalondehttp://www.directioninformatique.com
Denis Lalonde est rédacteur en chef chez Direction informatique, développant des contenus et services uniques pour les spécialistes des technologies de l’information en entreprise à travers la province de Québec, tant à l’imprimé que sur le Web. Il s’est joint à IT World Canada, l’éditeur de Direction informatique, après avoir travaillé plus de cinq ans chez Médias Transcontinental pour les publications LesAffaires.com et le Journal Les Affaires. Journaliste accompli à l’aise sur toutes les plateformes médiatiques, Denis a également travaillé au Journal de Montréal, au portail Internet Canoë et au Réseau de l’information (RDI). Twitter: DenisLalonde

Articles connexes

Québec veut plus de numérique en éducation

Un montant de 10,6 millions de dollars sera utilisé sur deux ans par le gouvernement du Québec pour intégrer plus d'outils numériques de gestion et de prise de décisions au ministère de l’Éducation et au réseau scolaire.

Hashtag Tendances, 3 mars 2022 — Effets boule de neige du conflit en Europe; et plus

Hashtag Tendances, 2 mars 2022 — Enjeux d’externalisation; restrictions technologiques; des pirates informatiques choisissent leur camp; et plus.

Enjeux d’externalisation avec la situation en Europe

Le conflit en Europe perturbe l’accès à des ressources humaines en technologies de l'information et en ingénierie.

Cybersécurité : des agences fédérales sont à découvert, selon un comité parlementaire

Des organisations fédérales ne sont pas encore conformes au cadre fédéral de cybersécurité, ce qui expose des informations de l’État fédéral à un « risque important », selon un comité spécial de parlementaires.

Comment les TI peuvent aider à lutter contre la traite des personnes

Les responsables informatiques dans les institutions financières doivent faire équipe avec leurs responsables de la conformité réglementaire pour aider à mettre fin à la traite des personnes, affirme un Canadien qui vient d'être récompensé pour son travail visant à mettre fin à cette forme d'exploitation.