Le ministre Champagne donne 60 jours aux opérateurs de télécom pour produire un plan de résilience clair

La panne pan canadienne des services de télécommunications subie par des millions de Canadiens ces derniers jours est « inacceptable – point final », a déclaré aujourd’hui le ministre fédéral de l’Innovation, des Sciences et de l’Industrie, François-Philippe Champagne, à la suite d’une rencontre d’une heure avec les dirigeants de six entreprises canadiennes de télécommunications.

Image : Getty

S’adressant aux médias après des discussions avec les chefs de la direction de Rogers, Telus, Bell, Vidéotron, SaskTel et Eastlink, il a déclaré que la panne de vendredi  « avait affecté des personnes à travers le pays, des services d’urgence, des petites et moyennes entreprises, et les systèmes de paiement. »

« C’est pourquoi j’ai réuni aujourd’hui les dirigeants des principales sociétés de télécommunications pour leur demander de prendre des mesures immédiates afin d’améliorer la résilience et la fiabilité de nos réseaux en veillant à ce qu’un accord formel soit en place dans les 60 jours. »

« J’ai demandé aux entreprises de conclure des accords sur l’itinérance d’urgence, l’assistance mutuelle lors des pannes et le protocole de communication pour mieux informer le public et les autorités lors des urgences de télécommunications. Cette panne fera également l’objet d’une enquête du CRTC. »

Décrivant cette décision comme n’étant qu’une « première étape », Champagne a ajouté que les Canadiens « méritent davantage de leurs fournisseurs en termes de qualité et de fiabilité du service, et je veillerai à ce que ceux-ci respectent les normes élevées auxquelles les Canadiens s’attendent, notamment en améliorant la concurrence, l’innovation et l’abordabilité ».

« J’ai exprimé la frustration de centaines de milliers de PME qui n’avaient pas de capacité de paiement électronique. J’ai exprimé la frustration des services d’urgence, comme le 911, qui ont été indisponibles pendant des heures. »

« Et j’ai dit au PDG de Rogers que je m’attends à ce qu’il indemnise ses clients de manière proactive et complète. Je leur ai dit en un sens que c’était inacceptable, un point c’est tout. Une fois que cela a été dit, l’appel était axé sur la résilience de notre réseau à travers le Canada. »

Lorsqu’un journaliste lui a demandé pourquoi ce genre de catastrophe devait se produire avant qu’il n’intervienne et n’exige un changement, Champagne a répondu : « Soyons clairs, il existe un accord informel d’assistance mutuelle entre les opérateurs de télécommunications au Canada. Mais ce que je veux faire et ce que j’ai demandé aujourd’hui, c’est que nous formalisions cela, et que nous le définissions en termes très précis. »

Pour plus de détails, l’article original (en anglais) est disponible sur IT World Canada, une publication sœur de Direction informatique.

Lire aussi :

MISE À JOUR – Actions collectives contre Rogers suite à la panne de vendredi dernier

Le PDG de Rogers admet que la panne aurait été causée par une opération d’entretien

Rogers présente des excuses après une panne majeure

Adaptation et traduction française par Renaud Larue-Langlois

Articles connexes

Rogers espère maintenant conclure sa fusion avec Shaw à la fin de l’année

Rogers Communications a repoussé la date de clôture prévue de son acquisition de Shaw Communications pour 26 milliards de dollars canadiens au 31 décembre 2022.

La concurrence peut-elle accroître la résilience du Réseau ?

Le chef de la direction de Rogers, Tony Staffieri, et son nouveau directeur de la technologie, Ron McKenzie, ont comparu devant le Comité permanent de l'industrie et de la technologie de la Chambre des communes le 25 juillet pour fournir des détails sur la panne du réseau national de l'entreprise le 8 juillet. Au cours de la discussion, des députés ont interrogé les deux dirigeants sur les engagements pris par l'entreprise pour éviter que cela ne se reproduise.

17,6 M$ additionnels pour aider plus de Canadiens à acquérir des compétences numériques

Le ministre de l'Innovation, des Sciences et de l'Industrie, François-Philippe Champagne, lançait cette semaine, la deuxième phase du Programme d'échange en matière de littératie numérique (PELN) en annonçant un apport additionnel de fonds fédéraux. Cet investissement de 17,6 millions de dollars sur trois ans servira à soutenir des initiatives axées sur l'enseignement des compétences numériques à des groupes sous-représentés

« Des pannes, ça arrive », déclare le président du CRTC

Le chef de l'organisme de réglementation des télécommunications du Canada a déclaré que l'énorme panne de réseau Internet et sans fil de ce mois-ci chez Rogers pourrait entraîner une réglementation accrue de l'industrie, mais a également suggéré que rien ne pouvait être fait par l'organisme de réglementation pour empêcher les interruptions de service.

Plus de conditions aux opérateurs de télécommunications à la suite de la panne de Rogers

Le gouvernement fédéral pourrait imposer davantage de conditions aux fournisseurs de télécommunications pour améliorer leur résilience alors que l'enquête sur l'énorme panne de Rogers du 8 juillet se poursuit, a déclaré le ministre de l'Industrie devant un comité de la Chambre des communes.