Le gouvernement annonce de nouvelles directives au CRTC

Le ministère de l’Innovation, des Sciences et du Développement économique du Canada annonce une nouvelle directive stratégique destinée au Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC), visant à améliorer la concurrence et à améliorer l’accès. Il vise également à rendre les décisions et les activités du CRTC plus claires, opportunes et efficaces.

Une directive de politique permet au ministère de donner des instructions au CRTC sur des questions de politiques à appliquer de manière générale à ses activités en matière de télécommunications. Le ministère a émis deux directives par le passé, et la plus récente abrogera les deux précédente, laissant celle-ci pour guider le CRTC.

À l’instar des précédentes, la nouvelle directive annoncée le 26 mai porte sur les fonctions fondamentales du CRTC dans la promotion de la concurrence et de l’abordabilité des télécommunications au Canada. Mais le ministère a également déclaré que la directive comprend désormais également des orientations plus spécifiques sur ces objectifs, telles que la prise en compte de la manière dont ses décisions favorisent la baisse des prix.

Lors d’une séance d’information avec la presse, le ministère a noté que le marché a besoin d’une approche équilibrée des télécommunications. Il y a eu des progrès, certains étant trop lent et d’autres n’allant pas assez loin.

Une grande partie de la nouvelle directive concerne les enquêtes sur les coûts du CRTC, en particulier en ce qui concerne les prix de gros des services d’Internet que les fournisseurs de services indépendants paient aux fournisseurs possédant les infrastructures..

Le modèle d’accès en gros permet aux fournisseurs de services Internet indépendants de « louer » une partie d’un réseau appartenant aux fournisseurs canadiens qui disposent d’une infrastructure physique moyennant des frais de gros.

En outre, le ministère cherche à appliquer les principes d’une réglementation efficace en énonçant ceux qui s’appliquent aux activités de réglementation du CRTC, comme la façon dont il effectue la surveillance du marché et évalue les preuves.

Le ministère a déclaré que la Loi sur les télécommunications ne lui donne pas le pouvoir d’obliger directement les entreprises à déposer des informations détaillées sur les coûts et qu’il ne peut donc pas mener une étude alternative. Il a en outre souligné qu’une nouvelle direction consiste en effet à améliorer le cadre de vente en gros et à « briser le cycle des appels » pour résoudre les problèmes plus larges et améliorer la clarté autour de la politique.

D’autre part, la directive de politique a fourni de nouvelles instructions pour accélérer le déploiement et soutenir l’accès universel plus rapidement, et pour ajuster les différents fonds pour le haut débit afin de les coordonner avec d’autres programmes pour développer les infrastructures dans les zones rurales.

Pour plus de détails. l’article original (en anglais) est disponible sur le site IT World Canada, une publication sœur de Direction informatique.

Lire aussi :

Le CRTC accepte de laisser Rogers acheter les services de diffusion de Shaw

TekSavvy veut une enquête sur le président du CRTC, Ian Scott

Démantèlement d’un marché dans le Web caché par le CRTC

Traduction et adaptation française par Renaud Larue-Langlois

Tom Li
Tom Li
Les télécommunications et le matériel grand public sont les principaux sujets couverts par Tom chez IT World Canada. Il aime parler de l'infrastructure de réseau du Canada, des produits semi-conducteurs et, bien sûr, de tout ce qui est nouveau dans le domaine des technologies grand public. Vous le verrez aussi occasionnellement signer des articles sur les actualités liées à l'infonuagique, à la sécurité et au logiciel en tant que service. Si vous êtes prêt pour une longue discussion sur les nuances de chacun des secteurs ci-dessus ou si vous avez un produit à venir que les gens vont adorer, n'hésitez pas à lui envoyer un message à [email protected]

Articles connexes

TekSavvy exhorte le ministre Champagne à bloquer la fusion Rogers-Shaw et à refuser l’offre de Vidéotron pour Freedom Mobile

Le fournisseur de service Internet (FSI) indépendant Teksavvy de Chatham, en Ontario, a demandé aujourd'hui au ministre de l'Industrie, des Sciences et de la Technologie du Canada, François-Philippe Champagne, de bloquer la fusion de 26 milliards de dollars proposée en refusant le transfert des licences de spectre sans fil de Shaw ainsi que l'acquisition de Freedom Mobile par Vidéotron.

La saga de la fusion Rogers-Shaw : bilan 2022

La saga de la fusion Rogers-Shaw a suivi un chemin cahoteux en 2022, à la suite des revers de plusieurs « chiens de garde » de la concurrence, de quelques victoires de courte durée, de nouvelles entreprises et de désillusion après un trop grand nombre de rencontres de médiation sans succès.

Nominations à la tête du CRTC

L'honorable Pablo Rodriguez, ministre du Patrimoine canadien, annonçait hier la nomination de Vicky Eatrides au poste de présidente et première dirigeante et d'Alicia Barin et Adam Scott aux postes de vice-présidents du Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC).

Le gouvernement du Canada investit dans MEDTEQ+ pour financer des technologies d’avant-garde

Le gouvernement du Canada annonce un investissement de 47 millions de dollars par l'entremise du Fonds stratégique pour l'innovation afin d’appuyer le réseau envisAGE de MEDTEQ+, un projet de 154 millions de dollars, mis en place en collaboration avec AGE-WELL, un réseau national qui développe des technologies et des services pour faciliter un vieillissement en bonne santé. 

La demande de Telus de facturer des frais de traitement de cartes de crédit pour les services réglementés rejetée par le CRTC

Le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) a refusé la demande de Telus qui voulait facturer des frais de traitement à ses clients d’Alberta et de Colombie-Britannique pour les paiements effectués par carte de crédit. La demande ne visait que les services réglementés par le CRTC, lesquels sont habituellement des services de téléphonie résidentielle dans certaines petites collectivités.