Le CRTC ordonne à Rogers d’expliquer la panne de son réseau

Le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) a ordonné à Rogers Communications de fournir une « explication complète » de la panne de réseau survenue le 8 juillet.

Dans le cadre de l’ordonnance, le CRTC a demandé au géant des télécommunications pourquoi et comment la panne s’est produite. Le Conseil a indiqué qu’il s’agissait d’une première étape pour accroître la résilience de tous les Canadiens.

Lors d’une discussion avec des dirigeants des plus grands fournisseurs de télécommunications du Canada, le ministre de l’Innovation, des Sciences et de l’Industrie, François-Philippe Champagne a demandé aux opérateurs de télécommunications de conclure une entente sur l’itinérance d’urgence, l’entraide en cas de panne et la communication à leurs clients dans les 60 jours.

Bien qu’il existe déjà un accord informel d’assistance mutuelle, Champagne souhaite le formaliser et le « définir en des termes très précis ».

Dans une déclaration publique, Ian Scott, président du CRTC, a appuyé les actions du ministre.

« Une fois que nous serons satisfaits de la réponse de Rogers à nos questions, nous déterminerons quelles mesures supplémentaires doivent être prises », a écrit Scott dans une lettre.

Le président de Rogers, Tony Staffieri, a attribué la panne à « une défaillance du système de réseau suite à une mise à jour de maintenance dans notre réseau principal » qui a provoqué la défaillance de certains de ses routeurs. En compensation, la société a promis d’émettre à ses clients des crédits équivalant à cinq jours de service.

Rogers pourrait faire face à au moins deux actions collectives en raison de la défaillance du réseau : l’une au nom de tous les clients touchés et l’autre au nom des détaillants et des entrepreneurs.

L’article original (en anglais) est disponible sur IT World Canada, une publication sœur de Direction informatique.

Lire aussi :

Actions collectives contre Rogers suite à la panne de vendredi dernier

Le PDG de Rogers admet que la panne aurait été causée par une opération d’entretien

Le CRTC accepte de laisser Rogers acheter les services de diffusion de Shaw

Adaptation et traduction française par Renaud Larue-Langlois

Articles connexes

20,5 M$ du CRTC pour l’accès aux services sans fil mobiles et Internet au Manitoba, au Québec et à Terre-Neuve-et-Labrador

Le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) annonce aujourd’hui dix projets recevront en tout jusqu'à 20,5 millions de dollars en financement dans le cadre du Fonds pour la large bande.

Rogers espère maintenant conclure sa fusion avec Shaw à la fin de l’année

Rogers Communications a repoussé la date de clôture prévue de son acquisition de Shaw Communications pour 26 milliards de dollars canadiens au 31 décembre 2022.

La concurrence peut-elle accroître la résilience du Réseau ?

Le chef de la direction de Rogers, Tony Staffieri, et son nouveau directeur de la technologie, Ron McKenzie, ont comparu devant le Comité permanent de l'industrie et de la technologie de la Chambre des communes le 25 juillet pour fournir des détails sur la panne du réseau national de l'entreprise le 8 juillet. Au cours de la discussion, des députés ont interrogé les deux dirigeants sur les engagements pris par l'entreprise pour éviter que cela ne se reproduise.

« Des pannes, ça arrive », déclare le président du CRTC

Le chef de l'organisme de réglementation des télécommunications du Canada a déclaré que l'énorme panne de réseau Internet et sans fil de ce mois-ci chez Rogers pourrait entraîner une réglementation accrue de l'industrie, mais a également suggéré que rien ne pouvait être fait par l'organisme de réglementation pour empêcher les interruptions de service.

Plus de conditions aux opérateurs de télécommunications à la suite de la panne de Rogers

Le gouvernement fédéral pourrait imposer davantage de conditions aux fournisseurs de télécommunications pour améliorer leur résilience alors que l'enquête sur l'énorme panne de Rogers du 8 juillet se poursuit, a déclaré le ministre de l'Industrie devant un comité de la Chambre des communes.