Le carnet de santé numérique selon Telus


Jean-François Ferland - 10/11/2010

Telus Solutions en santé souhaite offrir en 2011 la plateforme Espace santé, un service en ligne de gestion de dossier médical personnel. Quelque 2 000 employés de Telus, dont 300 employés qui travaillent Québec, participent à un projet pilote.

Telus Solutions en santé, la filiale spécialisée en solutions technologiques destinées au secteur de la santé du fournisseur de services de télécommunications Telus, a présenté les grandes lignes du service Telus Espace santé qui permettra aux « consommateurs » canadiens d’alimenter et de gérer en ligne leur dossier médical personnel.

La plateforme Telus Espace santé permettra aux individus de « gérer leur propre santé » en inscrivant dans leur profil des données qui auront trait à leur état de santé personnel et à celui de leurs enfants.

Par le biais d’une interface Web à accès sécurisé qui sera accessible à partir d’un fureteur, l’utilisateur du service Telus Espace santé pourra inscrire des informations portant sur les antécédents familiaux, les médicaments utilisés, les allergies, les vaccins, les rendez-vous prévus avec des spécialistes, etc. L’utilisateur pourra aussi téléverser des documents, comme des fichiers en format PDF.

Également, l’utilisateur pourra téléverser dans son profil des données générées par des appareils médicaux personnels, comme des glucomètres et des tensiomètres, par le biais d’un câble USB ou par une liaison sans fil Bluetooth.

D’autre part, à l’aide d’une fonction de gestion des permissions, l’utilisateur pourra partager avec des professionnels de la santé une portion pertinente du contenu de son dossier médical électronique personnel, en sélectionnant de façon granulaire, parmi une centaine de paramètres, les informations qui pourront être vues par un spécialiste. Le spécialiste n’aura qu’un droit de consultation de l’information, sans possibilité de modification.

Eric Bourbeau, directeur principal, santé consommateur chez Telus Solutions en santé, a souligné que la plate-forme Telus Espace santé est fondée sur la solution HealthVault de Microsoft et qu’elle a été adaptée par Telus en fonction des particularités du système de santé au Canada. Il a comparé la convivialité et la sécurité de la plateforme aux services en ligne qui sont offerts par les institutions bancaires.

Par ailleurs, des développeurs pourront créer des applications spécialisées à l’intention des ordinateurs et des appareils mobiles aux fins d’interaction avec le contenu de la plateforme Telus Espace santé qui réside dans un entrepôt sécurisé.

Laboratoire en interne

François Côté, le vice-président à la direction et président de TELUS Québec et président de TELUS Solutions en santé, a relaté que l’entreprise menait une expérience qu’il qualifie de « laboratoire vivant » avec le concours de 2 000 employés au Canada, dont 300 sont du Québec.

Ces volontaires peuplent leur profil personnel d’informations, mais ils peuvent aussi participer à une première phase de projet qui porte sur la santé cardiovasculaire. Cette phase est réalisée en collaboration avec la Fondation des maladies du coeur du Canada, avec l’équipementier Omron et avec le fournisseur de programme d’aide aux employés Shepell.fgi. Concrètement, des données recueillies à l’aide d’un tensiomètre sont stockées dans le profil de l’individu et partagées avec l’application des partenaires.

Confidentialité et vie privée

En indiquant que des collaborations avec d’autres intervenants du réseau de santé seront annoncées au cours des prochains mois, M. Côté a évoqué le désir déjà manifesté par des employeurs de participer au projet en cours. Il a indiqué que le déploiement de la plate-forme pourra s’exécuter selon plusieurs approches, par exemple par le biais d’organismes gouvernementaux de santé, d’employeurs ou de compagnies d’assurance.

M. Côté a affirmé que la vie privée des individus sera respectée à la lettre, en indiquant par exemple qu’un assureur pourra utiliser des données relatives au personnel d’un employeur de façon à améliorer « l’expérience globale » dans la desserte de ce client, mais non pour cibler un individu ayant des problèmes de santé.

M. Côté a souligné l’expertise de plus de vingt ans de Telus Solutions en santé en gestion de dossiers de patients au moyen de technologies et de protocoles éprouvés, le choix de la solution HealthVault de Microsoft en raison de la qualité de son infrastructure, ainsi que l’obtention d’une certification pré-mise en oeuvre de plateforme de santé grand public de la part d’Inforoute Canada.

« La commissaire à la vie privée est notre meilleure amie. Nous avons une avocate dédiée à l’examen de nos pratiques et nous n’avons pas peur de passer des audits, comme nous en avons déjà effectué », a déclaré M. Côté.

À propos de la fiabilité des données inscrites par les utilisateurs, M. Côté a estimé qu’elles serviraient à donner des pistes aux médecins traitants, sans remplacer les tests effectués par ces derniers. « En précisant la source des données, on pourra faire attention à celles inscrites manuellement, mais on pourra croire à celle provenant d’un appareil », a-t-il indiqué.

Échéancier et coûts

Telus Solutions en santé compte amorcer l’offre de la plate-forme Telus Espace Santé à compter de 2011, sous la forme d’un service payant. MM. Bourbeau et Côté n’ont pas avancé de montant, mais il ont indiqué que des abonnements mensuels pourraient donner accès à des bouquets de services et que certaines fonctions pourraient être offertes gratuitement.

M. Côté a qualifié le projet de plate-forme de dossier médical personnel « d’investissement sociétal et économique » de la part de Telus Solutions en santé, qui est à l’oeuvre dans plusieurs projets d’informatisation des dossiers qui sont utilisés dans le cadre du traitement des patients au Canada.

Cette présentation de la plate-forme de Telus survient dans un contexte où plusieurs provinces canadiennes accusent des retards dans la progression de leurs projets d’informatisation des dossiers des patients. Le déploiement du Dossier de santé Québec, notamment, a été repoussé à 2015.

À lire aussi: Dossier de santé: d’autres retards en vue Premier déploiement du Dossier de santé du Québec Retour d’Emergis dans le giron des télécoms

Jean-François Ferland est rédacteur en chef adjoint au magazine Direction informatique.




Tags: , , , , , ,

À propos de Jean-François Ferland

Jean-François Ferland a occupé les fonctions de journaliste, d’adjoint au rédacteur en chef et de rédacteur en chef au magazine Direction informatique.


Google+