Le Bureau de la concurrence conclut une entente avec Rogers et Shaw

Le Bureau de la concurrence, qui cherche à bloquer le projet d’acquisition de Shaw par Rogers, une transaction d’une valeur de 26 G$, afin de protéger les Canadiens contre des prix plus élevés, une qualité de service amoindrie et une perte de choix, particulièrement en ce qui a trait aux services sans fil a conclu une entente avec les deux sociétés.

Image : Reuters

Rogers et Shaw ont donc accepté une injonction préliminaire qui leur interdit de conclure leur projet de fusion jusqu’à ce que le Tribunal de la concurrence ait entendu et tranché la demande de contestation déposée par le commissaire.  

D’autre part, Rogers a également accepté de n’appliquer aucune des modalités prévues dans sa convention avec Shaw, ou dans toute autre entente conclue relativement au projet de fusion, qui auraient pour effet de limiter la capacité de Shaw d’exploiter, de maintenir, d’améliorer ou de développer ses activités sans fil.

Les deux sociétés ont par ailleurs accepté la demande du commissaire en vue de la tenue d’une audience accélérée devant le Tribunal. Celui-ci réclamait une procédure accélérée étant donné le préjudice continu qui, selon lui, se produit déjà sur le marché. Le calendrier accéléré sera établi par le Tribunal avec la contribution du commissaire et des parties.

On se souviendra que le Bureau de la concurrence avait déposé le 9 mai dernier une demande auprès du Tribunal afin d’obtenir une ordonnance judiciaire pour bloquer l’acquisition proposée de Shaw par Rogers. Le Bureau devra maintenant prouver ses allégations devant le Tribunal pour que la transaction soit bloquée de façon permanente.

Selon le Bureau, l’élimination de Shaw en tant que concurrent mettrait en péril les progrès considérables que l’entreprise a accomplis pour accroître la concurrence dans un marché déjà concentré. En effet, dans le marché des services sans fil, les trois grandes entreprises nationales (Rogers, Bell et Telus) servent environ 87 % des abonnés au pays, a indiqué le Bureau dans un communiqué.

Lire aussi :

Le CRTC accepte de laisser Rogers acheter les services de diffusion de Shaw

Un transfert de licences de Shaw vers Rogers nuirait à la concurrence, selon le fédéral

La cour fédérale donne raison à Vidéotron face à Telus

Renaud Larue Langlois
Renaud Larue Langlois
Un peu journaliste, un peu gestionnaire TI, totalement passionné de technologie. Après plus de 25 ans dans le domaine des TI, devenir rédacteur était tout naturel pour Renaud. C'est réellement une affaire de famille. Ses champs d'intérêt sont… tout, en autant que ça concerne la technologie. On peut le joindre à rlaruelanglois@directioninformatique.com.

Articles connexes

Rogers, Shaw et Québecor signent une entente définitive concernant la vente de Freedom Mobile 

À la suite d’une entente annoncée 17 juin dernier, Rogers Communications, Shaw Communications et Québecor annoncent aujourd'hui avoir conclu une entente définitive concernant la vente de Freedom Mobile à Vidéotron, une filiale de Québecor, sous réserve des approbations réglementaires et de la finalisation de la fusion de Shaw et Rogers, annoncée le 15 mars 2021.

Rogers espère maintenant conclure sa fusion avec Shaw à la fin de l’année

Rogers Communications a repoussé la date de clôture prévue de son acquisition de Shaw Communications pour 26 milliards de dollars canadiens au 31 décembre 2022.

La concurrence peut-elle accroître la résilience du Réseau ?

Le chef de la direction de Rogers, Tony Staffieri, et son nouveau directeur de la technologie, Ron McKenzie, ont comparu devant le Comité permanent de l'industrie et de la technologie de la Chambre des communes le 25 juillet pour fournir des détails sur la panne du réseau national de l'entreprise le 8 juillet. Au cours de la discussion, des députés ont interrogé les deux dirigeants sur les engagements pris par l'entreprise pour éviter que cela ne se reproduise.

« Des pannes, ça arrive », déclare le président du CRTC

Le chef de l'organisme de réglementation des télécommunications du Canada a déclaré que l'énorme panne de réseau Internet et sans fil de ce mois-ci chez Rogers pourrait entraîner une réglementation accrue de l'industrie, mais a également suggéré que rien ne pouvait être fait par l'organisme de réglementation pour empêcher les interruptions de service.

Plus de conditions aux opérateurs de télécommunications à la suite de la panne de Rogers

Le gouvernement fédéral pourrait imposer davantage de conditions aux fournisseurs de télécommunications pour améliorer leur résilience alors que l'enquête sur l'énorme panne de Rogers du 8 juillet se poursuit, a déclaré le ministre de l'Industrie devant un comité de la Chambre des communes.