L’économie des TI en bref


Jean-François Ferland - 30/08/2006

Trimestre et semestre terminés chez Nstein – Résultats de mi-année chez CPL Technologies Bilan de premier trimestre chez D-Box

Trimestre et semestre terminés chez Nstein

L’entreprise québécoise Nstein Technologies, qui commercialise des solutions d’analyse des informations non structurées en grand volume, a diffusé les résultats financiers de son deuxième trimestre et du premier semestre de l’année 2006, qui se sont terminés le 30 juin dernier.

Au deuxième trimestre 2006, l’entreprise a généré des revenus de 1 961 173 $, ce qui constitue une baisse de 26 % par rapport au deuxième trimestre 2005 qui s’était soldé par des revenus de 2 668 241 $. La perte nette est de 1 679 409 $, soit près du double de la perte de 842 403 $ qui a été obtenue au terme du trimestre équivalent de l’année précédente.

Pour le premier semestre, les revenus 4 014 565 $, ce qui constitue une réduction de 21 % en comparaison avec les revenus de 5 071 844 $ obtenus au terme des six premiers mois de l’année 2005. La perte nette a été de 3 152 287 $, soit près du double de la perte de 1 674 419 $ qui a résulté du premier semestre de l’année précédente.

Le président du conseil et chef de la direction de Nstein Technologies, Mario Girard, a indiqué que la récente clôture d’un financement de 10 millions de dollars par l’entreprise allait permettre à l’ensemble de la direction de « se concentrer sur le développement commercial de l’entreprise et ainsi améliorer sa performance financière à court et à long terme. ».

Parmi les moments forts de la période terminée, Nstein souligne la signature d’un contrat avec Marketingworks de Los Angeles pour la fourniture d’une solution de gestion de la réputation et de monitorage de l’image publique des entreprises. Ce contrat résulte d’efforts de développement d’affaires réalisé conjointement avec la multinationale IBM.

Résultats de mi-année chez CPL Technologies

CPL Technologies, une entreprise de Laval qui conçoit des solutions logicielles de gestion des requêtes, a diffusé les résultats obtenus au terme du deuxième trimestre de son année financière qui s’est terminé le 30 juin dernier.

Les revenus ont été de 535 311 $, en hausse de 33,8 % en comparaison avec des revenus de 400 223 $ obtenus au terme du deuxième trimestre de l’année 2005, alors que le bénéfice net de 31 380 $ est nettement supérieur à celui de 4 946 $ qui a été généré au terme de la période équivalente de l’année précédente.

Pour le premier semestre de l’année financière 2006, les revenus totalisent 1 121 967 $, en progression de 26 % en rapport aux revenus de 890 272 $ qui ont été générés lors du premier semestre de l’année financière 2005. Le bénéfice net est de 80 229 $, alors qu’il avait été de 53 041 $ au terme des six premiers mois de l’année 2005, ce qui constitue une hausse de 51 %.

Jean-Claude Desaulniers, le président et chef de la direction de CPL Technologies, a indiqué que l’entreprise, après avoir établi sa présence sur le marché québécois, s’est donnée comme objectif d’augmenter ses parts de marché dans le reste du Canada et aux États-Unis.

Bilan de premier trimestre chez D-Box

D-Box de Longueuil, qui fabrique des simulateurs de mouvements pour l’industrie du divertissement, a réalisé des revenus de 1 111 461 $ au terme du premier trimestre de son année financière 2006 qui s’est terminé le 30 juin dernier. Le premier trimestre de l’année financière 2005 avait produit des revenus de 980 035 $.

La perte nette a été de 319 526 $, alors qu’elle avait été de 464 969 $ lors du trimestre correspondant de l’année financière précédente.

À la suite d’une réorganisation de sa structure des ventes, D-Box a créé une filiale nommée D-Box USA pour desservir le marché de l’Ouest américain. Au cours du trimestre, l’entreprise a également signé une première entente avec Twentieth Century Fox Home Entertainment pour l’inclusion de sa technologie de simulation de mouvement dans un certain nombre de films en DVD au cours de la prochaine année. L’entreprise souhaite parapher d’autres ententes avec d’autres entreprises de divertissement et procéder sous peu au lancement d’une plate-forme universelle adaptable à la majorité des fauteuils.




À propos de Jean-François Ferland

Jean-François Ferland a occupé les fonctions de journaliste, d’adjoint au rédacteur en chef et de rédacteur en chef au magazine Direction informatique.


Google+