L’AQT propose un comité public-privé de spécialistes en cybersécurité et numérique

L’Association québécoise des technologies propose la création d’un comité d’experts du secteur public et du secteur privé en cybersécurité et numérique.

Dans le cadre de son passage devant la Commission des finances publiques de l’Assemblée nationale pour commenter le projet de loi 6 sur la création d’un ministère de la Cybersécurité et du Numérique, l’Association québécoise des technologies (AQT), qui représente les intérêts de l’industrie québécoise des technologies, a recommandé qu’un « point de contact régulier » soit créé entre les spécialistes du secteur public et du secteur privé pour conseiller le futur ministre de la Cybersécurité et du Numérique.

Selon l’AQT, qui dit encourager les virages numériques, « la concentration des expertises de l’État [dans le cadre de sa transformation numérique] devrait permettre une plus grande harmonisation des façons de faire tout en offrant une place plus significative à l’intégration de nouvelles innovations ».

L’AQT soutient que le gouvernement doit saisir l’occasion pour « encourager l’achat local et le développement entrepreneurial québécois », en particulier en mobilisant « une pleine contribution des entreprises d’ici à la transformation numérique ».

L’AQT ajoute que le catalogue de propositions technologiques que l’État met à la disposition des ministères et organismes publics doit être mieux communiqué et connu par les gestionnaires de ressources informationnelles et d’infrastructures technologiques du secteur public.

Lire aussi :

Dépôt du projet de loi visant la création d’un ministère de la Cybersécurité

Un ministère de la Cybersécurité et du Numérique dans les cartons de Québec

Alithya obtient un mandat ministériel au Québec

Articles connexes

BRP victime d’une cyberattaque

On apprend ce matin que le fabricant de produits récréatifs BRP de Valcourt est actuellement la cible d’une « activité malveillante en matière de sécurité », tel que décrit par la société dans un communiqué.

L’accès au talent, principal frein à la croissance du secteur technologique

L’Association Québécoise des Technologies (AQT) révélait la semaine dernière les résultats d’un sondage effectué auprès de 329 dirigeants d’entreprises technologiques du Québec. Le principal constat de l’étude est que, après deux ans de pandémie, bien que les entreprises du secteur aient été en mesure de maintenir leurs activités et leurs profits, l’accès au talent constitue actuellement le principal frein à leur croissance.

La semaine dernière dans le monde du rançongiciel – lundi 11 juillet 2022

Une diminution des attaques, ou le « calme plat avant la tempête » ? Publication du rapport du second trimestre de Cyberint sur les rançongiciels.

Des responsables des TI admettent manquer de visibilité sur leur surface d’attaque

Malgré des investissements dans la cybersécurité, de nombreuses organisations canadiennes – et leurs homologues mondiales – admettent qu'elles ont toujours des problèmes de visibilité de leurs systèmes informatiques, ce qui complique leur capacité à sécuriser des données vitales.

Faible maturité des entreprises canadiennes en matière de cybersécurité

De nombreuses entreprises canadiennes ont encore beaucoup de chemin à parcourir pour être considérées comme une organisation de cybersécurité mature, si l’étude d’un fournisseur est représentative.