L’Alliance numérique se recentre sur le jeu vidéo

L’association L’Alliance numérique a annoncé qu’elle allait dorénavant recentrer ses activés sur les entreprises œuvrant dans le domaine du jeu vidéo.

Logos de l'Alliance numérique et de l'Association québécoise des technologiesL’Alliance numérique, un regroupement industriel québécois qui comptait 200 entreprises membres spécialisées en nouveaux médias et en contenus numériques interactifs, va modifier ses activités de représentation.

« Nous nous recentrons sur le jeu vidéo et le divertissement interactif, a expliqué Stéphane D’Astous, le président sortant de l’Alliance numérique, en entrevue avec Direction Informatique. Dans le passé, nous tentions de représenter tous les secteurs [des technologies de l’information]. Nous avons constaté que nous avions de la difficulté à supporter tous les sous-secteurs. »

L’association souhaite que cette transition, qui s’est élaborée au cours de la dernière année, se fasse le plus naturellement possible et « sans surprise pour les membres ». Elle a donc conclu une entente avec l’Association québécoise des technologies (AQT) afin que ses membres issus des domaines de la mobilité, des services et applications Internet et du cyberapprentissage puissent se joindre facilement à l’AQT. Ainsi, près de 80 entreprises pourraient venir grossir les rangs de l’AQT.

« La venue de ces nouveaux membres contribuera certainement à générer de nouvelles idées et des rencontres fructueuses qui, nous le souhaitons, conduira vers des développements d’affaires efficaces et durables », a déclaré Nicole Martel, présidente-directrice générale de l’AQT.

Pour l’Alliance numérique, il s’agissait d’offrir à ses anciens membres une alternative de représentation de qualité. « Nous croyons que le rapprochement était naturel avec l’AQT. Nous avons remarqué qu’il y a beaucoup d’associations professionnelles [au Québec], il y en a même une surabondance. Au lieu de continuer chacun de son côté, nous avons pensé créer des alliances avec une association qui nous ressemble », a affirmé Stéphane D’Astous.

L’Alliance numérique espère aussi aller chercher de nouveaux membres. « Maintenant que nous nous concentrons sur un secteur d’activité [et] qu’on assume notre choix, je pense que les gens qui œuvrent dans le domaine du jeu vidéo vont voir l’opportunité de se joindre à nous », a déclaré monsieur D’Astous.

Les anciens membres de l’Alliance numérique peuvent joindre l’AQT dès maintenant. « Notre tarification avec l’Alliance numérique était très semblable. Nous avons convenu qu’il ne fallait pas abandonner ces entreprises-là, donc nous honorerons le membership qu’elles ont déjà payé. Au moment de leur renouvellement de membership, il n’y aura pas une grande différence [dans les tarifs]. Pour les entreprises le processus a déjà commencé, dès maintenant ces entreprises peuvent accéder à l’ensemble de nos services », a expliqué madame Martel.

De plus, les entreprises membres de l’Alliance numérique pourront bénéficier des services offerts par l’AQT. L’AQT deviendra ainsi « le bras » de l’Alliance numérique, selon Nicole Martel. Les membres pourront accéder aux formations, aux activités de réseautage et aux services de coaching offerts par l’AQT.

Benjamin Jébrak
Benjamin Jébrak
Benjamin Jébrak est journaliste pour le magazine Direction Informatique.

Articles connexes

L’AQT propose un comité public-privé de spécialistes en cybersécurité et numérique

L'Association québécoise des technologies propose la création d'un comité d'experts du secteur public et du secteur privé en cybersécurité et numérique.

Embauche de travailleurs étrangers : L’AQT partenaire de deux services gouvernementaux

L’Association québécoise des technologies a été sélectionnée comme partenaire de référence pour le Québec de deux services destinés à faciliter l’embauche de talents internationaux.

Une stratégie numérique québécoise ambitieuse selon l’AQT et TechnoMontréal

Le contenu de la stratégie de transformation numérique du gouvernement du Québec dévoilé lundi a été bien accueilli par l’Association québécoise des technologies et par TechnoMontréal.

Québec : réactions au projet de loi 14 de transformation numérique

Fluidifier les services numériques publics et faciliter leur accès pour les citoyens est l’objectif officiel du projet de loi 14 de transformation numérique de l'administration publique déposé en avril à l’Assemblée nationale du Québec.

Budget du Québec 2019 : 329 M$ pour l’IA au Québec

Le ministre des Finances, Éric Girard, a déposé jeudi le premier budget du gouvernement du Québec actuel. Un budget 2019-2020 qui met notamment l’accent sur le financement de projets en intelligence artificielle.