L’actualité des TI en bref


Jean-François Ferland - 21/11/2008

Le CRTC déboute l’ACFI à propos du lissage du trafic Internet. Progressions de la téléphonie mobile et du téléphone évolué. AldeaVision achetée par Mercatel. Le revendeur Compugen récompensé par Microsoft. Mitec obtient de nouvelles commandes. Planète TI.

Lissage du trafic Internet : l’ACFI déboutée par le CRTC

Le conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) a rejeté la demande de l’Association canadienne des fournisseurs Internet (ACFI), qui demandait que l’entreprise Bell Canada, qui fournit en gros de la bande passante à ses membres, cesse de pratiquer le « lissage » du trafic. L’organisme fédéral a jugé que la pratique appliquée par Bell au trafic de ses clients de gros n’était pas discriminatoire, puisqu’elle applique la même pratique à ses propres clients de détail.

Le lissage du trafic est un synonyme de la mise en forme du trafic, qui est définie par l’Office québécois de la langue française comme étant l’analyse et l’adaptation du trafic des données au débit disponible, de manière à éviter toute forme de congestion. Les fournisseurs Internet qui ont recours à la bande passante de Bell par un service de passerelles de gros reprochent à cette entreprise de limiter la vitesse de transfert des données à certaines heures de la journée.

Réactions

Bell Canada a rapidement exprimé sa satisfaction envers la décision du CRTC, en affirmant que la gestion de la bande passante constituait un élément important de sa stratégie pour gérer la capacité des réseaux qui sont aux prises avec une congestion croissante en raison d’une demande accrue.

« Le Conseil a confirmé à juste titre que les exploitants de réseaux sont les mieux placés pour déterminer la façon la plus efficace et la plus judicieuse possible d’exploiter leurs réseaux, afin de permettre une utilisation équitable et proportionnelle du réseau Internet par tous les utilisateurs », a déclaré Mirko Bibic, le premier vice-président aux affaires réglementaires et gouvernementales chez Bell Canada.

Du côté de l’ACFI, aucune réaction publique n’a été diffusée par l’organisme, mais sur le site Web SaveOurNet.ca consacré à l’enjeu de la neutralité de l’Internet au Canada, le coordonnateur Steve Anderson dénonce la décision du CRTC et incite les parties intéressées à manifester leur mécontentement par courriel à l’organisme fédéral à l’aide d’un modèle de lettre.

Obligation et instance

Le CRTC a offert deux minces consolations pour l’ACFI. Premièrement, elle impose à Bell Canada une obligation d’émettre un avis de trente jours avant d’appliquer des modifications qui auront un impact sur la performance du service de gros.

Deuxièmement, le CRTC créera une instance qui observera les pratiques actuelles et potentielles de gestion du trafic Internet des fournisseurs de services Internet au Canada. Dans le cadre d’une audience publique qui aura lieu à Gatineau en juillet 2008, l’organisme souhaitera entendre des commentaires à propos des changements d’habitude de consommation, des pratiques de gestion du trafic et de l’incidence de ces pratiques sur les utilisateurs finaux. Le CRTC souhaitera ensuite établir des critères qui serviront à déterminer si certaines pratiques de gestion du trafic devraient être permises.

La téléphonie mobile et le téléphone évolué ont la cote

Les téléphones évolués sont prisés des utilisateurs commerciaux, mais aussi du grand public. Selon une étude de la firme J.D. Power and Associates à propos de la satisfaction des consommateurs canadiens envers les services de communications sans fil, 25 % des utilisateurs d’appareils sans fil détiennent un téléphone évolué.

Également, plus de 65 % des consommateurs d’appareils sans fil auraient affirmé qu’ils se procureront « définitivement » ou « probablement » un appareil du genre lorsqu’ils achèteront leur prochain téléphone mobile.

Par ailleurs, les utilisateurs de téléphones évolués dépenseraient près du double de la somme mensuelle pour leurs services sans fil que leurs confrères qui utilisent les téléphones mobiles traditionnels, soit 97 $ contre 51 $. Toutefois, seulement 24 % des utilisateurs d’appareils sans fil utilisent un forfait de données, tandis qu’une majorité de répondants a dit ne pas avoir l’intention d’y adhérer à court terme. Les principales raisons fournies sont l’absence d’un besoin d’accès à Internet (57 %) et les coûts trop élevés (31 %).

Le fabricant d’appareils Apple aurait obtenu le meilleur taux de satisfaction de la part des répondants, suivi de Sony Ericsson et de Research In Motion. Chez les fournisseurs de servies postpayés, c’est Koodo Mobile, lancé plus tôt cette année par Telus, qui aurait obtenu la meilleure note, devant Virgin Mobile et SaskTel. Pour les services prépayés, les fournisseurs les plus appréciés sont Virgin Mobile, PC Mobile et Telus Mobilité.

Progression de la téléphonie mobile

D’autre part, une étude réalisée pour le compte de l’Association canadienne des communications sans fil (ACTS) affirme que 72 % des ménages au Canada ont accès à un téléphone mobile, contre 64 % en 2006.

C’est au Québec que la progression aurait été la plus prononcée au cours des dernières années, alors que la proportion d’utilisateurs de téléphones sans fil serait passée de 51 % à 61 % en deux ans. C’est toutefois au Québec que se trouve la plus faible proportion de ménages qui ont recours à la téléphonie mobile, alors que l’Alberta compte le plus grand nombre de ménages mobiles (82 %).

69 % des ménages canadiens auraient deux appareils ou plus, alors que 6 % des ménages n’utiliseraient que des téléphones mobiles. 73 % des Canadiens âgés de 18 à 34 ans auraient accès à un téléphone mobile. 44 % des utilisateurs de téléphones sans fil utiliseraient la messagerie texte, tandis que 38 % auraient recours à un appareil photo intégré et 13 % utiliseraient la messagerie multimédia.

Selon l’étude, 46 % des répondants à l’étude auraient affirmé avoir utilisé leur téléphone mobile dans une situation d’urgence, mais l’étude ne précise pas la nature de ces situations urgentes.

L’étude commandée par l’ACTS est disponible en ligne en anglais seulement.

AldeaVision vendue à des Mexicains

L’entreprise AldeaVision de Montréal, qui est spécialisée en solutions de transmission vidéo de haute qualité aux industries de la télévision, des médias et du cinéma, a été acquise par Mercatel, un fournisseur de services de télécommunications du Mexique.

AldeaVision aura sûrement intéressé l’acquéreur en raison d’une technologie maison qui est liée à la transmission d’actualités et d’événements sportifs, récréatifs et politiques, mais aussi pour son réseau de fibre optique panaméricain qui dessert dix-sept villes et une dizaine de pays des marchés latino-américain et hispanique.

Deux prix pour Compugen

Le revendeur de produits informatiques d’envergure pancanadienne Compugen, qui exploite notamment des bureaux à Montréal et à Québec, a obtenu le prix Impact du « Meilleur revendeur pour clients importants – Excellence du programme » de la part de l’éditeur de logiciels Microsoft. Il s’agit d’un prix que Microsoft a remis pour la première fois dans le cadre de son programme de distinction annuel.

Compugen a également remporté un prix pour les déploiements des produits Office et Windows Vista sur les postes de travail, en raison d’une méthodologie employée par le revendeur pour les déploiements de licences.

D’autres commandes pour Mitec

L’entreprise montréalaise Mitec, qui est spécialisée en produits de radiofréquence à l’intention d’entreprises des secteurs des communications par satellite et des télécommunications, fournira des composantes d’infrastructure d’accès sans fil mobile d’une valeur de 1,6 million $ à deux des plus importants fournisseurs de services de télécommunications sans fil. Ces équipements sont en cours de fabrication aux installations de l’entreprise de Suzhou, en Chine.

Mitec, qui ne dévoile jamais les noms de ses clients, a annoncé plus tôt cette semaine la signature d’une convention d’achat avec un fournisseur de services de télécoms d’envergure internationale.

Planète TI

Boston, États-Unis – 41 % des participants à un sondage réalisé aux États-Unis par la firme ChangeWave Research ont indiqué que leurs organisations s’attendaient à dépenser moins ou pas d’argent au niveau des TIC durant le premier trimestre de 2009. Il s’agirait du plus haut pourcentage de la sorte depuis 2001.

Washington, États-Unis – L’entreprise Internet Google et d’autres organisations estiment que le gouvernement américain devrait s’impliquer activement dans l’établissement d’infrastructures de réseau Internet à large bande et de réseau électrique intelligent à la grandeur du territoire américain.

Lukasa, Zambie – La Commission de l’union africaine invitera tous les pays du continent à se joindre au Protocole de Kigali, afin d’établir un réseau d’infrastructure Internet à large bande.

Mountain View, États-Unis – L’éditeur Internet Google mettra un terme au monde virtuel Lively, qui avait été créé plus tôt cet été pour concurrencer le monde virtuel Second Life, pour mieux se consacrer sur son coeur de métier.

Jean-François Ferland est journaliste au magazine Direction informatique.


À lire aussi: La violence dans les jeux vidéo : un débat obsolète? Le pari de John Swainson, PDG de CA




Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

À propos de Jean-François Ferland

Jean-François Ferland a occupé les fonctions de journaliste, d’adjoint au rédacteur en chef et de rédacteur en chef au magazine Direction informatique.


Google+