L’accès au talent, principal frein à la croissance du secteur technologique

L’Association Québécoise des Technologies (AQT) révélait cette semaine les résultats d’un sondage effectué auprès de 329 dirigeants d’entreprises technologiques du Québec. Le principal constat de l’étude est que, après deux ans de pandémie, bien que les entreprises du secteur aient été en mesure de maintenir leurs activités et leurs profits, l’accès au talent constitue actuellement le principal frein à leur croissance.

L’enquête révèle par ailleurs que le télétravail a complètement intégré les modes de gestion et n’est plus considéré comme une exception ou un risque à la productivité.

Le sondage visait à déterminer les approches mises en place par les entreprises pour gérer les impacts de la crise sanitaire sur leurs activités. Il se compose de quatre volets : les affaires, les ressources humaines, la situation des PDG et les programmes gouvernementaux. 

Les affaires

Dans ce domaine, on apprend que 48 % des entreprises ont vu leurs revenus augmenter de 5 à 20 %. En outre, 21 % des entreprises sondées ont connu une croissance supérieure à 21 %. Malheureusement, 10 % des entreprises interrogées ont vu leur revenus diminuer en raison, notamment, des impacts de la pandémie sur leurs clientèles.

Ressources humaines

Le sondage révèle que l’attraction et la fidélisation des talents représentent les principaux défis des entreprises québécoises. Dans un marché du travail caractérisé par une pénurie de main-d’œuvre, les entreprises doivent prendre les grands moyens. Ainsi, elles ont majoritairement dû augmenter les masses salariales, réduisant par conséquent les marges de profits. En outre, les méthodes de recrutement se sont raffinées et internationalisées pour tenter de répondre activement et de façon pérenne aux enjeux d’embauche et de rétention du personnel.

D’autre part, l’enquête nous apprend que 37 % des PDG ont indiqué que leurs employés sont satisfaits du télétravail tandis que 35 % d’entre eux indiquent que cela  exige une attention supplémentaire pour conserver le moral et l’implication. Finalement, une écrasante majorité (70 %) des entreprises ont mis en place une politique de travail hybride et 23 % n’imposent aucun modèle, mais offrent plutôt à leurs équipes la possibilité de déterminer le mode le plus approprié.

Situation des PDG

Les dirigeants interrogés sont plutôt confiants pour l’avenir et envisagent de poursuivre leurs activités. 16 % d’entre eux prévoient croître en investissant ou en acquérant de nouvelles entreprises. Les PDG des entreprises de logiciels (qui ont connu la plus forte croissance) sont les plus enthousiastes pour le futur. 

Programmes gouvernementaux

L’accès au talent étant le principal frein à leur croissance, près de 40% des entreprises du domaine attendent que les gouvernements proposent des solutions, notamment en accélérant les processus d’immigration. La valorisation et le soutien à la transformation numérique par des subventions constituent également un élément important pour environ le tiers des entreprises. 

« Les résultats de cette enquête confirment donc le dynamisme et la solidité des entreprises techno-numériques québécoises. Les enjeux d’attraction et de rétention des talents sont prioritaires et devront être à minima atténués pour ne pas freiner la croissance du secteur. L’AQT poursuivra ses consultations auprès des entreprises de son réseau afin de documenter les tendances et émettre des recommandations concrètes pour appuyer le développement de notre industrie. », déclare la présidente-directrice générale de l’AQT, Nicole Martel dans un communiqué. 

Pour tous les détails, tous les résultats du sondage sont disponibles ici.

Lire aussi :

Une étude révèle que les données obscures nuisent aux stratégies de DataOps

Stéphane Garneau de Micro Logic décroche le Prix PDG de l’année AQT – IQ

Étude sur les risques associés au recyclage des appareils électroniques

 

Renaud Larue Langlois
Renaud Larue Langlois
Un peu journaliste, un peu gestionnaire TI, totalement passionné de technologie. Après plus de 25 ans dans le domaine des TI, devenir rédacteur était tout naturel pour Renaud. C'est réellement une affaire de famille. Ses champs d'intérêt sont… tout, en autant que ça concerne la technologie. On peut le joindre à rlaruelanglois@directioninformatique.com.

Articles connexes

De nombreuses entreprises nord-américaines n’ont pas d’assurance contre la cybercriminalité

De nombreuses organisations nord-américaines n'ont toujours pas de cyber assurance, révèle une nouvelle étude, et celles qui en ont n'ont pas une couverture suffisante.

50 % des PME affirment que le réseau mondial de paiement les a aidées à traverser la pandémie

Mastercard publiait récemment un rapport intitulé « 2022 Borderless Payments Report », qui souligne les défis des petites entreprises et leur recours aux paiements transfrontaliers pour rester à flot pendant la pandémie. Trois mille petites et moyennes entreprises (PME) du monde entier ont été interrogées.

La satisfaction à l’égard des banques et de leurs applications de cartes de crédit en baisse

Une série d'études menées par JD Power auprès d'utilisateurs d'applications mobiles et en ligne de banques et de cartes de crédit au Canada a révélé qu'une combinaison d'un stress financier accru de la part des consommateurs et d'un manque de personnalisation des canaux numériques a entraîné une diminution année après année du nombre de clients et de leur satisfaction dans la plupart des canaux numériques évalués.

Portrait de l’industrie de la consultation en TI selon l’AQIII

C’est cette semaine que l’Association québécoise des informaticiennes et informaticiens indépendants (AQIII) publiait son portrait annuel de l’industrie de la consultation en TI. C’est le résultat d’une enquête menée auprès de 433 consultants indépendants en TI de tous les horizons ayant répondu au sondage de l’AQIII.

Devolutions offre 1 M$ en solutions de sécurité informatique aux PME québécoises

Devolutions, une entreprise québécoise fondée en 2010 offrant des solutions alliant productivité et sécurité, dévoile la première édition de son Portrait sur la sécurité informatique chez les PME québécoises à l'occasion de son premier Sommet de la sécurité informatique, ITSec et offre pour 1 M$ de solutions.