La vente des gammes de produits Avaya est une possibilité réelle en cas de faillite, selon un analyste

La nouvelle qu’Avaya Holdings Corp. pourrait déposer une demande imminente de protection contre la faillite en vertu du chapitre 11 signifie que les partenaires de distribution et les entreprises clientes regardent avec impatience ce qui va se passer par la suite.

Si un dépôt devait se produire, « une partie du dépôt en vertu du chapitre 11 d’Avaya nécessite une simplification de ses gammes de produits », a déclaré Thomas Randall, directeur consultatif du groupe de recherche Info-Tech basé à London, en Ontario. « Les partenaires de distribution et les clients surveillent si des éléments d’Avaya seront vendus (par exemple, leur solution de centre de contact) pour atteindre des objectifs financiers, ou si certains produits arriveront simplement en fin de vie faute d’investissements en R&D. »

La nouvelle du plan de protection contre les faillites en attente a été annoncée pour la première fois jeudi dernier lorsque le Wall Street Journal  a rapporté que « la société est sur le point de déposer un dossier de mise en faillite en vertu du chapitre 11 pour restructurer son bilan, dans le but de redresser ses activités et de surmonter les problèmes comptables ».

Suite à l’annonce, les actions de la société ont plongé à 0,15 $ US, contre un sommet de 21,65 $ US plus tôt cette année.

Selon Thomas Randall, « il y aura beaucoup d’éléments attrayants pour les acheteurs potentiels des gammes de produits Avaya – Avaya conserve toujours une clientèle extrêmement large. La question sera de savoir si Avaya restera simplement la couche de peinture sur une solution alimentée par un autre fournisseur, ou si la marque Avaya disparaîtra complètement. RingCentral alimente déjà la solution UCaaS d’Avaya. Un autre fournisseur (comme Microsoft) décidera-t-il d’acquérir la solution de centre de contact d’Avaya pour faciliter sa mise sur le marché ? »

En fin de compte, a-t-il ajouté, une autre préoccupation à prendre en compte est l’expérience client : « Avec autant de licenciements et une incapacité à respecter certains délais de déploiement infonuagiques, les clients et les partenaires de distribution d’Avaya pourraient être sur le point de quitter le navire. »

Pour plus de détails, l’article original (en anglais) est disponible sur IT World Canada, une publication sœur de Direction informatique.

Adaptation et traduction française par Renaud Larue-Langlois.

Paul Barker
Paul Barker
Paul est le fondateur de PBC Communications, une firme de rédaction spécialisée dans le journalisme indépendant. Son travail est apparu dans un certain nombre de magazines technologiques et en ligne sur des sujets allant des problèmes de cybersécurité et du monde en évolution de l'informatique de pointe à la gestion de l'information et aux progrès de l'intelligence artificielle.

Articles connexes

Google supprime 12 000 emplois

Sundar Pichai, directeur général d'Alphabet, la société mère de Google, a annoncé dans un communiqué et dans un courriel au personnel concerné basé aux États-Unis, que l'entreprise supprimerait environ 12 000 emplois, soit 6 % de ses effectifs.

Microsoft va licencier 10 000 employés, les autres sont invités à « élever la barre »

Le PDG de Microsoft, Satya Nadella, vient de confirmer dans un document déposé à la SEC que la société licenciera 10 000 employés d'ici septembre. Cette décision intervient après une série de coupes plus petites et plus discrètes en octobre de l'année dernière, impliquant 1000 employés.

Lightspeed Commerce annonce des coupures de postes tout en visant une « croissance rentable »

La société montréalaise Lightspeed Commerce Inc., qui offre une plateforme de commerce tout-en-un, annonce aujourd'hui une réorganisation visant à rationaliser le modèle d'exploitation de la société tout en continuant à se concentrer sur une croissance rentable.

Des rapports révèlent qu’Avaya Holdings serait au bord de la faillite

L’avenir semble plutôt sombre pour Avaya Holdings Corp., des rapports indiquant que la société déposerait probablement bientôt une demande de mise en faillite.

Les licenciements débutent chez Twitter

Twitter a annoncé hier dans un courriel que les employés sauront plus tard dans la journée s'ils sont licenciés. L'entreprise a temporairement fermé ses bureaux ce matin et coupé l'accès des travailleurs aux systèmes internes.