La sous-représentation des femmes nuit aux TI

Seulement 5 % des entreprises technologiques au Canada sont dirigées ou été fondées par une femme, selon le rapport Where’s the Dial Now? qui a été publié par le mouvement #movethedial.Des femmes qui travaillent dans l'industrie des TI

Basé à Toronto, ce mouvement vise à intensifier la présence des femmes et à promouvoir la parité dans le secteur technologique au Canada mais aussi à l’étranger.

Autre constat de ce rapport : les femmes ne représentent que 13 % des membres de l’équipe de direction d’une entreprise de technologies de l’information (TI) moyenne. Environ la moitié des entreprises ne comptent aucune femme parmi leurs cadres de direction.

Quant aux conseils d’administration, 73 % d’entre eux sont composés exclusivement d’hommes. Seulement 8 % des administrateurs sont des administratrices.

Ce n’est pas mieux du côté des sociétés de capital risque. À peine le tiers d’entre elles ont au moins une associée.

Avec ce rapport, #movethedial vise à provoquer une prise de conscience afin que les entreprises de TI deviennent plus inclusives.

« Ce n’est pas un choix, mais une nécessité sociale et économique. Sans femmes remarquables à la tête d’entreprises, nous ratons des occasions de collaborer, d’entendre des points de vue différents, de remédier à la pénurie de main-d’œuvre de talent dans le secteur et de créer des technologies répondant aux besoins de tous », a indiqué, par communiqué, Jodi Kovitz, chef de la direction d’AceTech Ontario.

« Il n’est tout simplement pas possible d’attirer les talents requis au rythme de la croissance de nos entreprises ou de bâtir des entreprises qui comptent vraiment si les femmes demeurent en marge. Il faut remettre les compteurs à zéro à tous les niveaux, dans la façon dont les femmes sont embauchées, traitées, appréciées, soutenues sur le plan financier et appuyées, et ce, tout au long du cycle de vie de l’innovation. Sans cela, notre écosystème de l’innovation demeurera indifférencié et de faible échelle, et notre économie ainsi que nos communautés en souffriront », a ajouté, Ilse Treurnicht, chef de la direction, MaRS Discovery District.

Ce rapport a été rédigé avec la collaboration de PwC Canada et de MaRS, ainsi qu’avec la contribution d’acteurs tels que BDC Capital et Canadian Venture Capital Association.

Lire aussi :

Toujours trop peu de femmes en TI

TI : encore peu de femmes sur les CA des entreprises

Obstacles à l’avancement des femmes en TI

 

Articles connexes

ILX Group examine les mesures que les entreprises doivent prendre pour se préparer à l’avenir

La société de conseil et de formation ILX Group vient de publier une nouvelle étude qui examine le déficit de compétences en intelligence artificielle (IA) auquel de nombreuses industries de pointe sont confrontées aujourd'hui, résultat de ce qu'elle décrit comme des pénuries de personnel, des perturbations de la chaîne d'approvisionnement, de l'inflation et de l'incertitude globale.

Hootsuite licenciera 30% de son personnel

Hootsuite Inc. a annoncé mardi qu'elle licencierait 30 % de son personnel en raison d'une restructuration mondiale.

BMO veut combler le fossé de la main-d’œuvre technologique en attirant des candidats de tous les horizons

BMO Groupe financier (BMO) s'engage à se concentrer sur le recrutement et l'intégration de professionnels de la technologie issus de divers horizons afin de combler son déficit de main-d'œuvre technologique et de répondre aux besoins d'une population diversifiée dans une nouvelle ère de travail.

L’embauche de personnel technique poursuit son rythme soutenu, selon CompTIA

Un rapport publié cette semaine par la Computing Technology Industry Association (CompTIA), une association sans but lucratif liée à l'industrie et la main-d'œuvre des technologies de l'information (TI), révèle que la trajectoire montante de l'emploi lié à la technologie au Canada devrait se poursuivre en 2022, après une année où les employeurs ont embauché plus de 100 000 travailleurs du secteur de la technologie.

Les générations Y et Z changent la main-d’œuvre technologique

Les générations Y et Z représenteront plus de la moitié de la main-d'œuvre technologique d'ici 2025, selon le Forum économique mondial.