La police canadienne arrête un membre présumé du gang de rançongiciels LockBit

La police canadienne a arrêté un citoyen russe qui, selon elle, est l’un des opérateurs de rançongiciels les plus prolifiques au monde qui serait derrière le gang cybercriminel LockBit. Si cela est vrai, l’arrestation pourrait être un coup dur pour l’organisation.

Dans un communiqué de presse publié cette hier, la Plate-forme multidisciplinaire européenne contre les menaces criminelles (EMPACT) a déclaré que l’homme avait été arrêté le 26 octobre dans une ville ontarienne non identifiée à la suite d’une enquête menée par la Gendarmerie nationale française avec le soutien d’Europol, de la GRC et du FBI.

Le ressortissant russe de 33 ans aurait déployé le rançongiciel LockBit pour mener des attaques contre des infrastructures critiques et de grands groupes industriels à travers le monde, selon le communiqué. Il est connu pour ses demandes de rançon exorbitantes allant de 5 à 70 millions d’euros.

Cette arrestation fait suite à une action menée en Ukraine en octobre qui a conduit à l’arrestation de deux de ses complices, précise le communiqué.

Lors de l’arrestation, la police a saisi huit ordinateurs, 32 disques durs externes et 400 000 € en crypto-monnaies, a indiqué la police.

L’arrestation est importante, a déclaré Brett Callow, chercheur en menaces basé en Colombie-Britannique chez Emsisoft. « Les groupes de rançongiciels n’opèrent pas dans le vide – ils travaillent avec des courtiers d’accès, des blanchisseurs d’argent, etc. – et cette personne pourrait être une source précieuse d’informations qui entraînera l’arrestation d’autres personnes. De plus, cela pourrait bien être la fin de LockBit. L’opération est effectivement compromise et les autres cybercriminels ne lui feront plus confiance. »

Selon des chercheurs de BlackBerry, le rançongiciel LockBit a été impliqué dans plus de cyberattaques cette année que tout autre rançongiciel, ce qui en fait le rançongiciel le plus actif au monde.

Les victimes de LockBit paient une rançon moyenne d’environ 85 000 dollars, a déclaré BlackBerry, indiquant que LockBit cible les petites et moyennes entreprises.

LockBit a fait son apparition pour la première fois en septembre 2019. Depuis, il a évolué : LockBit 2.0 est apparu en 2021 et LockBit 3.0, la version actuelle, a été découverte en juin 2022 .

L’article original (en anglais) est disponible sur IT World Canada, une publication sœur de Direction informatique.

Adaptation et traduction française par Renaud Larue-Langlois.

Howard Solomon
Howard Solomon
Actuellement rédacteur pigiste, Howard est l'ancien rédacteur en chef de ITWorldCanada.com et de Computing Canada. Journaliste informatique depuis 1997, il a écrit pour plusieurs publications sœurs d'ITWC, notamment ITBusiness.ca et Computer Dealer News. Avant cela, il était journaliste au Calgary Herald et au Brampton Daily Times en Ontario. Il peut être contacté à [email protected]

Articles connexes

Des règles YARA publiées pour détecter l’utilisation de Cobalt Strike par les cybercriminels

Les équipes de sécurité informatique se dotent d'une nouvelle arme pour détecter l'un des outils les plus populaires utilisés par les cybercriminels pour distribuer des logiciels malveillants : les versions piratées du cadre d'attaque Cobalt Strike.

Aliments Maple Leaf confirme avoir été victime d’un rançongiciel et ne paiera pas la rançon

Le gang de rançongiciels Black Basta répertorie désormais le transformateur de viande canadien Aliments Maple Leaf parmi ses victimes. Ce n'est pas clair, mais cela pourrait être lié au cyberincident que la société a reconnu plus tôt ce mois-ci.

Le syndicat des enseignants des écoles secondaires de l’Ontario informe les victimes d’une attaque par rançongiciel

Certains enseignants, membres du personnel et retraités des écoles secondaires publiques de l'Ontario ont été avisés que leurs renseignements personnels avaient été copiés par un pirate informatique dans le cadre d'une attaque par rançongiciel contre les systèmes informatiques de leur syndicat au printemps dernier.

La chaîne de magasins de vêtements pour hommes Harry Rosen confirme une cyberattaque

Le détaillant canadien de vêtements pour hommes Harry Rosen a reconnu avoir été victime d'une cyberattaque le mois dernier.

La ville de Westmount touchée par un rançongiciel

La ville de Westmount sur l’île de Montréal aurait été la cible d’un rançongiciel au cours de la fin de semaine, selon un quotidien montréalais.