La panne du réseau Interac exacerbée par une mauvaise conception du réseau

Avec des informations de Paul Barker.

La panne massive du réseau de Rogers le 8 juillet a paralysé le système de paiement Interac, forçant les commerçants canadiens à refuser les clients payant avec des cartes de débit. Après le retour à la normale de ses services, la société financière a présenté des excuses ainsi que son engagement à ajouter un autre fournisseur pour accroître la résilience de son service.Logo d'Interac

« Nous comprenons votre frustration que les services Interac aient été interrompus en raison de la panne de Rogers », a indiqué l’entreprise dans un Tweet. « Nous nous excusons pour les inconvénients occasionnés. Nous ajoutons un fournisseur pour renforcer la redondance de notre réseau existant afin que les Canadiens puissent continuer à se fier quotidiennement à Interac. »

Le débit Interac est l’une des méthodes de paiement préférées des Canadiens et fonctionne avec toutes les grandes banques au Canada. Selon un communiqué de presse de l’entreprise en 2021, les Canadiens utilisent les services Interac en moyenne 18 millions de fois par jour pour payer et échanger de l’argent.

L’arrêt de service d’Interac a duré aussi longtemps que la panne du réseau de Rogers, soit plus de 14 heures. Compte tenu de son importance, les Canadiens se demandaient pourquoi un service financier établi n’était alimenté que par un seul fournisseur.

Le consultant en télécommunications Mark Goldberg a déclaré que l’impact de la panne a été « exacerbé par une conception de réseau par Interac apparemment vraiment, vraiment mauvaise ».

« C’est ce qui a causé un énorme impact économique à travers le pays, car selon toute vraisemblance, la société étaient complètement dépendante d’un seul fournisseur. Il est bizarre d’avoir un réseau de services financiers essentiels avec un seul fournisseur. »

Pour prouver à quel point cela peut être dangereux, vendredi matin, Goldberg a écrit dans un fil en cinq parties sur Twitter qu’il y a 30 ans, il était au salon des télécommunications de l’Union internationale des télécommunications (UIT) à Genève avec le PDG d’Unitel, la société qui ouvert la concurrence interurbaine dans les télécommunications canadiennes.

« Son ami, qui était président de Digital au Canada, nous a fait visiter le stand de Digital Equipment Corp. (Il) s’est vanté devant moi que tout son réseau canadien, d’un océan à l’autre, était sur Unitel. Je lui ai répondu “ dans ce cas, vous devriez virer votre responsable informatique ”. Mon patron s’est étouffé avec son verre et j’ai cru qu’il allait me tuer. »

« J’ai dit au PDG de Digital que la seule façon d’avoir un réseau entièrement résilient était d’avoir plusieurs fournisseurs de services, car des pannes à l’échelle du système se produisent. Je lui ai dit que je donnerais au moins 10 % des services à un fournisseur alternatif si la résilience de son réseau en dépendait. »

Goldberg a conclu l’enfilade en déclarant que « malgré les difficultés que nous rencontrons tous, la politique du Canada favorisant la concurrence basée sur les installations encourage les investissements de plusieurs fournisseurs de services avec leurs propres réseaux (c’est ainsi que nous tweetons encore en ce moment). »

L’article original (en anglais) est disponible sur IT World Canada, une publication sœur de Direction informatique.

Lire aussi :

Le ministre Champagne donne 60 jours aux opérateurs de télécom pour produire un plan de résilience clair

Le PDG de Rogers admet que la panne aurait été causée par une opération d’entretien

Le réseau Rogers en panne partout au Canada

Adaptation et traduction française par Renaud Larue-Langlois

Tom Li
Tom Li
Les télécommunications et le matériel grand public sont les principaux sujets couverts par Tom chez IT World Canada. Il aime parler de l'infrastructure de réseau du Canada, des produits semi-conducteurs et, bien sûr, de tout ce qui est nouveau dans le domaine des technologies grand public. Vous le verrez aussi occasionnellement signer des articles sur les actualités liées à l'infonuagique, à la sécurité et au logiciel en tant que service. Si vous êtes prêt pour une longue discussion sur les nuances de chacun des secteurs ci-dessus ou si vous avez un produit à venir que les gens vont adorer, n'hésitez pas à lui envoyer un message à tli@itwc.ca.

Articles connexes

Rogers, Shaw et Québecor signent une entente définitive concernant la vente de Freedom Mobile 

À la suite d’une entente annoncée 17 juin dernier, Rogers Communications, Shaw Communications et Québecor annoncent aujourd'hui avoir conclu une entente définitive concernant la vente de Freedom Mobile à Vidéotron, une filiale de Québecor, sous réserve des approbations réglementaires et de la finalisation de la fusion de Shaw et Rogers, annoncée le 15 mars 2021.

Rogers espère maintenant conclure sa fusion avec Shaw à la fin de l’année

Rogers Communications a repoussé la date de clôture prévue de son acquisition de Shaw Communications pour 26 milliards de dollars canadiens au 31 décembre 2022.

La concurrence peut-elle accroître la résilience du Réseau ?

Le chef de la direction de Rogers, Tony Staffieri, et son nouveau directeur de la technologie, Ron McKenzie, ont comparu devant le Comité permanent de l'industrie et de la technologie de la Chambre des communes le 25 juillet pour fournir des détails sur la panne du réseau national de l'entreprise le 8 juillet. Au cours de la discussion, des députés ont interrogé les deux dirigeants sur les engagements pris par l'entreprise pour éviter que cela ne se reproduise.

« Des pannes, ça arrive », déclare le président du CRTC

Le chef de l'organisme de réglementation des télécommunications du Canada a déclaré que l'énorme panne de réseau Internet et sans fil de ce mois-ci chez Rogers pourrait entraîner une réglementation accrue de l'industrie, mais a également suggéré que rien ne pouvait être fait par l'organisme de réglementation pour empêcher les interruptions de service.

Plus de conditions aux opérateurs de télécommunications à la suite de la panne de Rogers

Le gouvernement fédéral pourrait imposer davantage de conditions aux fournisseurs de télécommunications pour améliorer leur résilience alors que l'enquête sur l'énorme panne de Rogers du 8 juillet se poursuit, a déclaré le ministre de l'Industrie devant un comité de la Chambre des communes.