La Loi canadienne anti-pourriel réserve d’autres surprises

Un autre aspect de la Loi canadienne anti-pourriel, qui serait celui-là passé jusqu’ici plus inaperçu, commence lui aussi à préoccuper les entreprises de l’industrie des technologies, rapporte ITBusiness.ca.Logo du gouvernement du Canada

Selon ITBusiness.ca, la Loi canadienne anti-pourriel, qui doit entrer en vigueur le 1er juillet, a déjà incité les entreprises à faire des efforts pour réviser leurs façons d’envoyer des courriels commerciaux à leurs clients. Sauf que, selon un expert cité, elles seraient encore préoccupées par des nouvelles régulations sur l’installation de logiciels et de programmes, qui doivent entrer en vigueur en janvier 2015.

Ces régulations établiront des procédures d’installation de logiciels et de programmes sur des appareils informatiques et mobiles qui appartiennent à d’autres personnes, a expliqué Michael Fekete, qui est un avocat spécialisé en vie privée et en technologies de l’information chez Osler, Hoskin et Harcourt à Toronto, lors d’un événement organisé par IT World Canada.

L’expert a précisé que pour respecter la Loi, une personne ou une entreprise qui veut installer un programme sur l’ordinateur ou sur l’appareil mobile d’une autre personne, comme un employé ou un client, devra d’abord avoir obtenu le consentement oral ou écrit de cette personne. Également, elle devra au préalable avoir expliqué la fonction et l’objectif du logiciel, ainsi qu’avoir mentionné la présence ou non de fonctions intrusives de collecte d’informations personnelles ou de contrôle. Enfin, l’installateur devra fournir des coordonnées au propriétaire de l’appareil, afin que ce dernier puisse faire désinstaller le logiciel.

Lire l’article au complet sur le site d’ITBusiness.ca, une publication sœur de Direction informatique (en anglais).

Articles connexes

Le Canada signe des accords avec Volkswagen et Mercedes-Benz pour la fabrication des batteries de véhicules électriques

Le Canada a signé un protocole d'entente avec les constructeurs automobiles allemands Volkswagen et Mercedes-Benz pour leur fournir des matériaux de batterie pour véhicules électriques (VÉ).

Le nom du Centre antifraude du Canada utilisé dans une campagne d’hameçonnage

Le nom du Centre antifraude du Canada (CAFC), un organisme qui collige pour la police les rapports de fraude de tous types, est utilisé pour une escroquerie par hameçonnage.

CORRECTION : L’application canadienne Alerte COVID retirée après deux ans

L'application canadienne pour les téléphones intelligents Alerte COVID, développée au plus fort de la pandémie de COVID-19 pour avertir les gens lorsqu'ils ont été en contact étroit avec une personne infectée par le virus, a officiellement pris sa retraite.

Le Canada demande au G7 un groupe de travail sur la cybersécurité

Face à ce qu'il appelle les « cyberactivités malveillantes » de la Russie dans sa guerre contre l'Ukraine, le Canada exhorte les pays du G7 à créer un groupe de travail pour partager les meilleures pratiques en matière de cybersécurité afin de protéger leurs infrastructures essentielles de TI et de télécommunications.

L’état de l’identité numérique au Canada

L'identité numérique arrive au Canada, soulevant une foule de questions de même que certaines préoccupations des défenseurs de la vie privée. De nombreuses provinces et le gouvernement fédéral ont lancé des initiatives d'identité numérique pour simplifier et sécuriser l'accès aux services gouvernementaux.