La France interdit les anglicismes dans le domaine du jeu vidéo

La France interdit l’usage officiel de divers termes anglais liés au domaine du jeu vidéo. L’interdiction émane de la Commission d’enrichissement de la langue française, un organisme du ministère de la Culture français.Illustration du concept de jeu vidéo

Les autorités expliquent que le secteur du jeu est rempli d’anglicismes qui pourraient constituer une « barrière à la compréhension» pour les personnes peu familières avec le jeu. Elles affirment que le changement vise à permettre à la population francophone de communiquer plus facilement. Ainsi, l’État n’utilisera plus, dans ses communications officielles, des termes tels que « streamer », « pro-gamer » et « eSports ».

La Commission a donc recherché des sites Web de jeux vidéo et des magazines français pour trouver des termes français alternatifs. Elle a ensuite publié une liste d’une vingtaine de termes étrangers communément employés dans le domaine du jeu vidéo où elle propose des termes alternatifs français.

Ainsi, « streamer » est remplacé par « joueur animateur en direct », « pro-gamer » par « joueur professionnel » et « eSports » par « jeu vidéo de compétition ».

Bien que ce décret soit juridiquement contraignant pour les employés du gouvernement français, il ne restreint en rien l’utilisation des anglicismes pour les citoyens ou dans les publications. Il y a donc fort à parier que l’usage de ces termes demeurera.

Au sein de la communauté du jeu vidéo en France, les réactions sont mitigées. Ainsi, un joueur a manifesté son opposition dans un Tweet écrivant : « Je suis Français et je trouve cela absolument ridicule, personne n’utilisera jamais ces termes. Ce genre d’interdiction est totalement inutile ».

D’autres ont plutôt indiqué, dans une série de Tweets en réponse à un message de Eurogamer que les versions françaises des termes semblaient plus élégantes que leurs équivalents anglais.

De ce côté-ci de l’Atlantique, la mesure semble passée plutôt inaperçue et seuls des sites rapportant des anecdotes en ont fait mention

Lire aussi :

Jeu Vidéo : Embracer acquiert Eidos, Crystal Dynamics et Square Enix Montréal

Jeu vidéo : Beenox ouvre un studio à Montréal

Jeu vidéo : acquisition d’Activision Blizzard et Beenox par Microsoft

Renaud Larue Langlois
Renaud Larue Langlois
Un peu journaliste, un peu gestionnaire TI, totalement passionné de technologie. Après plus de 25 ans dans le domaine des TI, devenir rédacteur était tout naturel pour Renaud. C'est réellement une affaire de famille. Ses champs d'intérêt sont… tout, en autant que ça concerne la technologie. On peut le joindre à rlaruelanglois@directioninformatique.com.

Articles connexes

Ubisoft lance un fonds d’investissement destiné aux studios indépendants du Québec

Ubisoft lance aujourd'hui Ubisoft RADAR, son tout premier fonds d'investissement de 10 millions de dollars destiné à « détecter, financer et propulser les jeux créés par des studios indépendants du Québec ».

Balado Hashtag Tendances, 31 mars 2022 — Meta choisit Toronto; et plus

Balado Hashtag Tendances, 31 mars 2022 — Meta choisit Toronto; Beenox choisit Montréal; Webex choisit Toronto et Montréal; et plus.

Jeu vidéo : Beenox ouvre un studio à Montréal

Le studio de développement Beenox, basé à Québec, ouvre un studio à Montréal pour accroître ses capacités de développement de jeux vidéo, notamment pour le jeu Call of Duty et d’autres nouveaux projets.

Jeu vidéo : le studio Haven acquis par Sony Interactive

Le studio montréalais de développement de jeux vidéo Haven et Sony Interactive Entertainment ont conclu un accord d’acquisition de Haven.

Le Québec a besoin de plus de superordinateurs, selon le Forum IA Québec

Augmenter le nombre de superordinateurs à la disposition des chercheurs en intelligence artificielle permettrait au Québec de devenir encore plus concurrentiel en cette matière, selon le Forum IA Québec.