La demande de Telus de facturer des frais de traitement de cartes de crédit pour les services réglementés rejetée par le CRTC

Le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) a refusé la demande de Telus qui voulait facturer des frais de traitement à ses clients d’Alberta et de Colombie-Britannique pour les paiements effectués par carte de crédit. La demande ne visait que les services réglementés par le CRTC, lesquels sont habituellement des services de téléphonie résidentielle dans certaines petites collectivités.

Telus facturait déjà de tels frais de 1,5 % aux clients payant par carte de crédit  depuis le 17 octobre 2022 dans les régions où les services ne sont pas réglementés par le CRTC, ce qui inclut ses clients de services sans fil et Internet à l’extérieur du Québec. L’approbation du CRTC n’était pas requise pour ces services.

Le CRTC se dit cependant très inquiet de cette pratique puisqu’elle va à l’encontre de l’abordabilité et des intérêts des consommateurs. En outre, cette pratique a une incidence sur les consommateurs les plus vulnérables qui dépendent des cartes de crédit pour payer leurs factures quotidiennes, surtout lorsque les prix des biens et services essentiels sont en hausse en raison de l’inflation.

Par sa réponse, « le CRTC envoie un message clair à Telus et aux autres fournisseurs de services de télécommunications qui envisagent d’imposer ce genre de frais à leurs clients », précise l’organisme dans un communiqué. Si la pratique se poursuit, le CRTC examinera toutes les options réglementaires disponibles.

« Nous avons clairement entendu le message des Canadiens : près de 4 000 d’entre vous nous ont dit que vous ne devriez pas être soumis à des frais supplémentaires en raison de la méthode que vous choisissez pour payer votre facture. Nous nous attendons à ce que l’industrie des télécommunications traite les Canadiens avec respect et à ce qu’elle fasse mieux «, a déclaré Ian Scott, président et premier dirigeant du CRTC.

Depuis le 6 octobre 2022, la plupart des entreprises canadiennes (sauf au Québec) peuvent facturer des frais à leurs clients pour les transactions effectuées par carte de crédit. La décision découle du règlement d’un recours collectif intenté par des détaillants contre Visa, MasterCard et les banques émettrices de cartes. Avant ce règlement, les entreprises devaient absorber les coûts relatifs aux paiements par carte de crédit.

Au Québec, la Loi sur la protection du consommateur de la province interdit l’application de ce genre de frais supplémentaires. Par conséquent, les entreprises au Québec ne peuvent pas facturer de frais de traitement de cartes de crédit à leurs clients.

Seuls certains services de télécommunication sont réglementés par le CRTC, la plupart, y compris les services sans fil et Internet, ne le sont pas, ce qui signifie que les fournisseurs de services n’ont pas besoin de l’approbation du CRTC pour modifier leurs tarifs, modalités et conditions.

Renaud Larue Langlois
Renaud Larue Langlois
Un peu journaliste, un peu gestionnaire TI, totalement passionné de technologie. Après plus de 25 ans dans le domaine des TI, devenir rédacteur était tout naturel pour Renaud. C'est réellement une affaire de famille. Ses champs d'intérêt sont… tout, en autant que ça concerne la technologie. On peut le joindre à [email protected]

Articles connexes

La date limite pour la fusion Rogers-Shaw reportée au 17 février

Rogers, Shaw et Québecor ont annoncé ce matin dans une déclaration conjointe que la date limite pour finaliser le projet de fusion Rogers - Shaw et la vente de Freedom Mobile à Québecor a été reportée au 17 février, en attendant l'approbation du ministre de l'Innovation, des Sciences et de l’Industrie, François-Philippe Champagne.

TekSavvy exhorte le ministre Champagne à bloquer la fusion Rogers-Shaw et à refuser l’offre de Vidéotron pour Freedom Mobile

Le fournisseur de service Internet (FSI) indépendant Teksavvy de Chatham, en Ontario, a demandé aujourd'hui au ministre de l'Industrie, des Sciences et de la Technologie du Canada, François-Philippe Champagne, de bloquer la fusion de 26 milliards de dollars proposée en refusant le transfert des licences de spectre sans fil de Shaw ainsi que l'acquisition de Freedom Mobile par Vidéotron.

La saga de la fusion Rogers-Shaw : bilan 2022

La saga de la fusion Rogers-Shaw a suivi un chemin cahoteux en 2022, à la suite des revers de plusieurs « chiens de garde » de la concurrence, de quelques victoires de courte durée, de nouvelles entreprises et de désillusion après un trop grand nombre de rencontres de médiation sans succès.

Nominations à la tête du CRTC

L'honorable Pablo Rodriguez, ministre du Patrimoine canadien, annonçait hier la nomination de Vicky Eatrides au poste de présidente et première dirigeante et d'Alicia Barin et Adam Scott aux postes de vice-présidents du Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC).

Le CRTC tient une réunion avec cinq pays pour lutter contre les appels frauduleux

Le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) a tenu une réunion avec les régulateurs du Canada, de l'Australie, de l'Irlande, de Hong Kong et des États-Unis pour discuter de meilleures façons de bloquer les appels indésirables.