La Cour supérieure autorise une action collective contre Google

Une action collective initiée par Option consommateurs et le cabinet d’avocats Belleau Lapointe visant les pratiques de collecte de données personnelles à large échelle de Google au Québec vient d’être autorisée par la Cour supérieure du Québec

Source : anyaberkut / Getty

Option consommateurs, une association à but non lucratif qui a pour mission d’aider les consommateurs et de défendre leurs droits, reproche au géant de la technologie de ne pas avoir obtenu de consentement suffisant auprès des utilisateurs qui visitent des sites intégrant les outils de Google, tels que Google Analytics ou Google Ad Manager, ou qui utilisent des services qui ne nécessitent pas la création d’un compte, tels Google Search ou Google Maps.

L’association reproche aussi à Google de ne pas respecter la fonctionnalité « Interdire le suivi » des navigateurs web et de prétendre que la navigation privée assure une confidentialité au consommateur. « Dans ce contexte, Google devrait faire preuve de la plus grande transparence et informer la population, donner la possibilité d’un consentement express, affiché de manière manifeste. Actuellement, il n’y a pas de tel consentement requis », a indiqué à La Presse Alexandre Plourde, avocat et analyste d’Option consommateurs. 

Option consommateurs estime par ailleurs que l’action concerne des millions de Québécois. Il s’agirait de personnes ayant navigué sur le web ou utilisé des services de Google depuis le 22 juin 2017.

Le but de cette action collective est d’obtenir le remboursement aux internautes québécois de la valeur de leurs données personnelles récoltées par Google. Elle demande également le paiement de 50 millions de dollars à titre de dommages punitifs, peut-on lire dans un communiqué.

Lire aussi :

Le gouvernement dépose sa réforme de la législation sur la protection de la vie privée

Philippe Dufresne nommé commissaire à la protection de la vie privée du Canada

Tim Hortons a enfreint les lois sur la protection de la vie privée

Renaud Larue Langlois
Renaud Larue Langlois
Un peu journaliste, un peu gestionnaire TI, totalement passionné de technologie. Après plus de 25 ans dans le domaine des TI, devenir rédacteur était tout naturel pour Renaud. C'est réellement une affaire de famille. Ses champs d'intérêt sont… tout, en autant que ça concerne la technologie. On peut le joindre à rlaruelanglois@directioninformatique.com.

Articles connexes

Balado Hashtag Tendances, 29 septembre 2022 — Des livres bannis, Google s’adresse aux employés et l’intelligence artificielle

Cette semaine : Les livres de Reshma Saujani bannis, l’intelligence artificielle bannie de Getty Images, le PDG de Google s’adresse aux employés et l’intelligence artificielle au secours du quantique.

Balado Hashtag Tendances, 15 septembre 2022 — Fin du Pixelbook, Uber Eats sans chauffeur, piles rapides pour VÉ et « Reels » d’Instagram

Balado Hashtag Tendances, 15 septembre 2022 — Cette semaine : La fin du Pixelbook de Google, des voitures autonomes Uber Eats, une nouvelle pile pour les véhicules électriques et des résultats décevants pour « Reels » d’Instagram.

Twitter incapable de protéger les données des utilisateurs, selon un ancien RSI

L'ancien responsable de la sécurité de l'information (RSI) de Twitter a porté une série d'accusations graves contre son ancien employeur lors d'un témoignage devant le Congrès américain, y compris des allégations selon lesquelles des agents étrangers d'Inde et de Chine travaillaient pour l'entreprise et que des dirigeants de Twitter induisaient en erreur le public et les régulateurs sur la sécurité des données.

Google élargit son programme de primes aux bogues pour couvrir GitHub et d’autres projets en code source libre

Google ajoute à son programme de primes qui paie pour la découverte de vulnérabilités d'applications. Mardi, la société a lancé le programme Open Source Software Vulnerability Rewards (OSS VRP) pour récompenser les découvertes de bogues dans les projets à code source libre de Google.

Meta aurait accepté un règlement de 37,5 M$ US dans le cadre d’une poursuite pour violation de la vie privée

Meta, la société mère de Facebook, a accepté de payer 37,5 millions de dollars pour régler un procès alléguant que la plate-forme de médias sociaux a violé la vie privée des utilisateurs en suivant leurs mouvements sans autorisation.