La Commission européenne propose sept règles pour encadrer l’IA

La Commission européenne a publié lundi sept règles éthiques destinées à encadrer le développement de l’intelligence artificielle. Cette liste est le fruit du travail d’un comité composé d’experts.

Sécurité et confidentialité des systèmes et des réseaux
Image : Getty

En préambule, le document introduit l’idée qu’un système d’intelligence artificielle (IA) de confiance se doit de respecter les lois et les règlements en vigueur, ainsi que des principes et des valeurs éthiques, et d’être robuste au niveau technique tout en prenant en considération l’environnement social.

Le comité propose donc sept règles de conformité qu’un système d’IA devrait respecter pour pouvoir être considéré comme étant digne de confiance.

Premièrement, l’IA devrait contribuer à l’autonomisation des êtres humains et à la mise en oeuvre de leurs droits fondamentaux, tout en leur permettant de prendre des décisions de manière éclairée.

Deuxièmement, les systèmes d’IA se doivent d’être fiables et sûrs. Le respect de la vie privée et de la confidentialité des données, ainsi que la protection de ces dernières, doivent être assurés.

De plus, la transparence et la traçabilité devraient être de mise concernant les systèmes d’IA, mais aussi concernant les modèles d’affaires et les données qui y sont associés. Cette règle implique que les êtres humains devraient pouvoir être conscients qu’ils sont en train d’interagir avec une IA et être informés au sujet de ce que ce système est capable de faire ou pas.

Cinquièmement, l’IA ne devrait pas servir à marginaliser des personnes vulnérables, ainsi qu’à nourrir les inégalités et les discriminations. L’IA se doit donc d’être accessible à tous, y compris aux personnes en situation de handicap.

Sixièmement, l’IA se doit d’être responsable, écologique et bénéfique pour l’ensemble de l’humanité, y compris pour les futures générations. Il faut donc prendre en compte l’impact environnemental, mais aussi social de l’IA.

Enfin, il est nécessaire, selon le comité, de mettre en place des mécanismes permettant de rendre l’IA imputable.

Lire aussi :

Axionable ouvre un laboratoire à Montréal

Données : entrée en vigueur du règlement européen

Gestion de données : d’autres réformes réglementaires à prévoir

Articles connexes

Mobilisation pour l’environnement chez Cogeco

La semaine dernière avait lieu la deuxième Journée d'engagement communautaire Cogeco visant la plantation d'arbres ainsi que le nettoyage de sentiers et de berges. Il s’agit d’une initiative annuelle qui se déroule à l'échelle de l'entreprise de télécommunication au Québec, en Ontario et dans plusieurs états américains. 

Reconnaissance pour Bell en matière de responsabilité d’entreprise et de normes environnementales

Bell vient d’être reconnue comme chef de file en matière de responsabilité d'entreprise par Corporate Knights. Elle a de plus réalisé une étape importante de sa stratégie de réduction des émissions de gaz à effet de serre, confirmant son alignement sur les normes ESG les plus ambitieuses.

Une étude révèle que les données obscures nuisent aux stratégies de DataOps

Quest Software, un fournisseur de logiciels de gestion de systèmes, de protection des données et de sécurité, en collaboration avec l'Enterprise Strategy Group (ESG), a publié le rapport 2022 sur l'état de la gouvernance et de l'autonomisation des données, un rapport annuel mettant en évidence les principaux défis et innovations en matière de gouvernance des données, de gestion des données et de DataOps.

SAS Hackathon 2022 : Résoudre les problèmes du monde réel à l’aide de données

C’est cette semaine que SAS annonçait les gagnants de son Hackathon 2022. Parmi 70 équipes qualifiées du monde entier et 50 soumissions, SAS a retenu 13 équipes pour leur innovation utilisant l'intelligence artificielle infonuagique Viya de SAS, Microsoft Azure et d'autres technologies. 

Le rôle essentiel d’un responsable de la protection de la vie privée

Toute entreprise qui traite des informations personnelles ou confidentielles doit nommer un responsable de la protection de la vie privée pour superviser les obligations de conformité et protéger les intérêts des personnes concernées.