Jeux vidéo: la croissance passera par la mobilité

Pendant que les ventes de jeux vidéo pour consoles sont en chute libre aux États-Unis, le cabinet d’études Gartner soutient que la croissance mondiale du jeu mobile atteindra 19 % en 2010.

Gartner soutient que les ventes de jeux dans l’industrie du mobile atteindront 5,6 milliards de dollars américains* cette année, par rapport à 4,7 milliards de dollars en 2009.

Le cabinet d’études soutient que ce marché sera en croissance constante au cours des quatre prochaines années et se chiffrera à 11,4 milliards de dollars en 2014.

« L’engouement pour les boutiques d’applications mobiles a ouvert ce marché à nombre d’éditeurs et de développeurs, ce qui augmente les opportunités de croissance des revenus et la compétition dans le secteur », soutient Tuong Nguyen, analyste principal de recherche chez Gartner. M. Nguyen s’attend toutefois à ce que la majorité des téléchargements demeure gratuits pour encore quelques années.

Selon Gartner, de 70 % à 80 % de toutes les applications mobiles téléchargées sont des jeux. De ce nombre, 60 % à 70 % sont des jeux gratuits.

La popularité grandissante des jeux pour téléphones mobiles vient en partie du fait de l’accessibilité de plus en plus étendue aux marchés émergents.

Ventes de jeux sur consoles en chute libre

Les chiffres de Gartner font contraste avec ceux d’un autre cabinet d’études, le NPD Group.

Vendredi dernier, NPD affirmait que les ventes de jeux vidéo, toutes plateformes confondues, avaient chuté de 26 % entre les mois d’avril 2009 et 2010 sur le marché américain.

En avril 2010, les ventes ont totalisé 766,2 millions de dollars, par rapport à 1,03 milliard de dollars durant le même mois l’an dernier, alors que le pays était au cœur de sa pire récession des 80 dernières années.

Les seules ventes de consoles ont plongé de 37 % pour se chiffrer à 249,3 millions de dollars.

* Tous les montants sont en dollars américains.

Denis Lalonde est rédacteur en chef du magazine Direction informatique.

Denis Lalonde
Denis Lalondehttp://www.directioninformatique.com
Denis Lalonde est rédacteur en chef chez Direction informatique, développant des contenus et services uniques pour les spécialistes des technologies de l’information en entreprise à travers la province de Québec, tant à l’imprimé que sur le Web. Il s’est joint à IT World Canada, l’éditeur de Direction informatique, après avoir travaillé plus de cinq ans chez Médias Transcontinental pour les publications LesAffaires.com et le Journal Les Affaires. Journaliste accompli à l’aise sur toutes les plateformes médiatiques, Denis a également travaillé au Journal de Montréal, au portail Internet Canoë et au Réseau de l’information (RDI). Twitter: DenisLalonde

Articles connexes

Une personne sur quatre dans le métavers au moins une heure par jour d’ici 2026

Gartner prédit que 25 % des gens passeront une heure par jour dans le métavers d’ici 2026 pour travailler, magasiner, étudier, socialiser ou se divertir.

5 questions que votre conseil d’administration posera inévitablement sur la sécurité

Dans quelle mesure sommes-nous sécurisés? Comment, nous avons eu quatre incidents? Je croyais que vous aviez les choses en main. Il y a fort à parier que la plupart des responsables de la sécurité et de la gestion des risques ont entendu ces questions de nombreuses fois de la part de leur conseil d’administration.

5 tendances du Cycle Hype de Gartner pour les technologies émergentes

Les technologies émergentes de cette année s'inscrivent dans cinq grandes tendances : la détection et la mobilité humaines augmentées, le calcul et les communications postclassiques, les écosystèmes numériques, ainsi que l'intelligence artificielle et l'analytique avancée.

Les assistants virtuels au bureau seront bientôt une réalité selon Gartner

Le quart des travailleurs dans les environnements de travail numériques utiliseront quotidiennement des assistants virtuels d’ici 2021, avance Gartner. Présentement, cette proportion s'élève à 2 %.

Échec de Phénix : le Sénat blâme la fonction publique et épargne IBM

La mise en place du système de paie Phénix devait permettre au palier administratif fédéral d’économiser 70 millions de dollars par an. Cependant, selon un rapport du Sénat, elle va finalement revenir à 2,2 milliards de dollars d’ici 2023 alors que son coût initial avait été évalué à 309 millions de dollars.