Internet haute vitesse pour tous : l’initiative progresse

Le gouvernement du Québec annonce aujourd’hui l’octroi d’un financement de 50 M$ afin de déployer un service Internet haute vitesse par satellite de Starlink dans quelques 10 000 foyers québécois pour lesquels une connexion directe n’est pas possible.

Image : Getty

L’annonce s’inscrit dans le cadre du l’Opération haute vitesse qui vise à brancher tous les foyers québécois à l’Internet d’ici le 30 septembre prochain. Elle a été faite par Gilles Bélanger, adjoint parlementaire du premier ministre, volet Internet haute vitesse.

Par ailleurs, une aide financière de près de 9,5 M$, dont bénéficieront directement les citoyens, permettra d’assumer la totalité du coût d’acquisition des équipements de réception pour les foyers n’ayant pas accès aux réseaux filaires.

D’autre part, le gouvernement du Québec dévoile aujourd’hui une nouvelle carte interactive, simple et intuitive pour les utilisateurs, qui est disponible gratuitement en ligne. Celle-ci dresse un portrait de la situation pour chaque foyer du Québec et elle fera l’objet de mises à jour régulières jusqu’à la fin de l’Opération.

En saisissant une adresse municipale, une ville ou une municipalité, ou même une région administrative complète dans la zone de recherche, les visiteurs pourront constater l’état de situation de l’accès à l’Internet haute vitesse pour le secteur demandé.

« Dans la dernière année, aucun effort n’a été ménagé afin d’accélérer le déploiement de la desserte dans toutes les régions du Québec. Au fil des derniers mois, grâce à la collaboration avec les différents partenaires, nous sommes parvenus à remédier à plusieurs difficultés rencontrées. Évidemment, certains secteurs demeuraient plus problématiques. C’est pourquoi nous sommes fiers d’annoncer cette nouvelle entente avec SpaceX Canada, qui permettra de soutenir la finalisation de la desserte sur l’ensemble du territoire québécois », a déclaré Gilles Bélanger dans un communiqué.

Lancée en mars 2021, l’Opération haute vitesse doit permettre, à terme, au Québec d’afficher le plus haut taux de connectivité au Canada, avec un pourcentage avoisinant 100 %. Tous les projets financés dans le cadre de l’Opération devront être terminés d’ici le 30 septembre et permettre une connexion d’au moins 50 Mbit/s en téléchargement et 10 Mbit/s en téléversement, avec une capacité de transfert de données illimitée.

Lire aussi :

5 M$ du fédéral pour l’Internet haute vitesse en Alberta

Internet haute vitesse moins cher pour familles à faible revenu

Interruptions de service pour Starlink Internet vendredi

Renaud Larue Langlois
Renaud Larue Langlois
Un peu journaliste, un peu gestionnaire TI, totalement passionné de technologie. Après plus de 25 ans dans le domaine des TI, devenir rédacteur était tout naturel pour Renaud. C'est réellement une affaire de famille. Ses champs d'intérêt sont… tout, en autant que ça concerne la technologie. On peut le joindre à rlaruelanglois@directioninformatique.com.

Articles connexes

Loi 64 sur la protection des renseignements personnels : Votre entreprise est-elle prête ?

Certaines dispositions de la « Loi modernisant des dispositions législatives en matière de protection des renseignements personnels » (autrefois le projet de loi 64) entreront en vigueur dans un peu plus d’un mois, le 22 septembre. Votre entreprise sera-t-elle prête à s’y conformer ?

La performance des réseaux canadiens pratiquement inchangée

La société de recherche sur les réseaux Ookla a récemment publié son analyse trimestrielle de l'Internet mobile et fixe pour le Canada. Avec la prolifération des environnements de travail hybrides, les performances des réseaux deviennent de plus en plus importantes. À cet égard, le rapport démontre que les vitesses mobiles du Canada seraient suffisantes pour prendre en charge la plupart des fonctions de travail à distance comme les réunions Zoom et les applications de bureau à distance.

Inquiets de la résilience Internet et des télécoms de votre entreprise ? Posez ces questions

Les pannes pancanadiennes d'Internet et de réseau cellulaire causées par l'incident de la semaine dernière chez Rogers Communications devraient inciter les décideurs des entreprises de télécommunications et de TI à réfléchir attentivement à la résilience des télécommunications dans les services qu'ils achètent.

MISE À JOUR – Actions collectives contre Rogers suite à la panne de vendredi dernier

Le cabinet juridique montréalais LPC Avocat a déposé une demande d’autorisation d’action collective contre le géant des télécommunications Rogers Communications en raison de la panne de son réseau vendredi dernier qui a privé bon nombre de Canadiens de service durant au moins 15 heures.

Le PDG de Rogers admet que la panne aurait été causée par une opération d’entretien

À la suite de la panne majeure de ses services cellulaires, de câbĺodistribution et d'Internet qui a commencé tôt vendredi matin et qui perdure, le président et chef de la direction de Rogers Communications, Tony Staffieri, a publié un nouveau message expliquant ce que l'entreprise croit en être la cause : « une panne du réseau suite à une mise à jour de maintenance de notre réseau central, qui a provoqué un dysfonctionnement de certains de nos routeurs tôt vendredi matin ».