Internet au Québec : Le fossé numérique un peu comblé en 2012

On aurait compté 93 % d’adultes internautes au Québec et davantage d’internautes parmi les personnes âgées et les personnes à faible revenu en 2012, rapporte l’enquête NETendances du CEFRIO.

Photo d'un internaute
(Photo: Thinkstock Photos)

Selon le plus récent volet de l’édition 2012 de l’étude NETendances qui est consacré à l’utilisation d’Internet au Québec, la proportion d’internautes parmi les adultes québécois aurait progressé de neuf points de pourcentage d’année en année, en comparaison avec la proportion de 84 % d’adultes internautes qui avait été comptabilisée en 2011.

Selon le CEFRIO, 78,3 % des adultes québécois auraient utilisé Internet au moins une fois au cours des sept jours qui ont précédé le sondage qui a servi à produire l’enquête. Également, 5,5 % des adultes auraient fait une utilisation occasionnelle de la Toile durant cette période.

Le nombre d’internautes réguliers en 2012 parmi les internautes adultes québécois correspondait presque au double de la proportion qui avait été comptabilisée en 2000 (40 %).

L’enquête du CEFRIO ne semble pas avoir interrogé les répondants sur leur utilisation d’Internet sur une base quotidienne, ce qui aurait été un indicateur plus précis du niveau d’intégration de l’utilisation d’Internet dans les mœurs des Québécois.

Sagesse numérique

Le CEFRIO souligne que la progression d’année en année de la proportion d’internautes parmi les adultes québécois a été d’un à quatre points de pourcentage parmi les quatre catégories couvrant les personnes âgées de 45 ans et plus.

Notamment, on aurait compté presque un internaute régulier sur quatre (24 %) chez les personnes âgées de 75 ans et plus en 2012. En ajoutant 9 % d’internautes occasionnels, la proportion d’internautes dans cette catégorie d’âge aurait été d’un sur trois.

Chez les personnes âgées de 55 à 64 ans, près des trois quarts des adultes (73 %) auraient été des internautes réguliers l’an dernier au Québec. La proportion totale des internautes (réguliers et occasionnels) aurait été de 80 % dans cette catégorie d’âge en 2012.

La catégorie d’âge des 65 à 74 ans, avec une proportion d’internautes de 64 % en 2012, aurait fait l’objet de la plus importante progression d’année en année, soit quatre points de pourcentage. Surtout, cette hausse aurait eu lieu entièrement dans la sous-catégorie des internautes réguliers.

Le CEFRIO fait état d’une proportion de 90 % d’internautes dans la catégorie des personnes âgées de 45 à 54 ans au Québec en 2012.

Chez les personnes âgées de 18 à 44 ans, les proportions d’internautes auraient frôlé la totalité en 2012. Le CEFRIO rapporte qu’il y aurait eu 98 % d’internautes chez les 18 à 24 ans, 97 % d’internautes chez les 25 à 34 ans et 96 % d’internautes chez les 35 à 44 ans.

En vertu des données du CEFRIO, la proportion d’internautes occasionnels aurait été directement proportionnelle à l’âge chez les adultes québécois en 2012. Ainsi, on aurait compté 1 % d’internautes occasionnels chez les personnes âgées de 18 à 24 ans et 9 % d’internautes occasionnels chez les personnes âgées de 75 ans et plus.

Progressions 

Sans surprise, parmi les autres critères sociodémographiques, les catégories qui auraient eu les plus importantes proportions d’internautes parmi les adultes québécois en 2012 auraient été celles des personnes ayant une formation universitaire (96 %) et celles des personnes ayant un revenu familial annuel de 100 000 dollars et plus (98 %).

Également sans surprise, la proportion d’internautes parmi les adultes québécois serait encore proportionnelle au niveau de scolarité et au revenu.

Toutefois, en 2012, la catégorie des personnes ayant une formation scolaire de niveau primaire aurait compté 40 % d’internautes parmi les adultes québécois, ce qui constituerait une progression de 12 points de pourcentage d’année en année.

Il s’agirait de la plus importante hausse en points de pourcentage dans ce critère fondé sur l’âge, mais également parmi tous les critères sociodémographiques de l’édition 2012 de l’étude NETendances du CEFRIO. La sous-catégorie des internautes réguliers aurait bénéficié de la quasi-totalité de la progression d’année en année, soit 11 points de pourcentage.

En fonction du revenu, c’est la catégorie des personnes ayant un revenu familial annuel situé entre 20 000 dollars et 39 999 dollars (77 % d’adultes internautes) qui aurait eu la plus importante progression de la proportion d’internautes de 2011 à 2012, soit deux points de pourcentage.

Pour réaliser le volet de l’enquête NETendances 2012 qui porte sur l’informatisation au Québec, le CEFRIO a eu recours à un cumulatif annuel de données ainsi qu’à des collectes de données qui ont été réalisées par téléphone en juin et juillet 2012, auprès d’environ mille adultes québécois chaque fois.

Jean-François Ferland
Jean-François Ferland
Jean-François Ferland a occupé les fonctions de journaliste, d'adjoint au rédacteur en chef et de rédacteur en chef au magazine Direction informatique.

Articles connexes

La performance des réseaux canadiens pratiquement inchangée

La société de recherche sur les réseaux Ookla a récemment publié son analyse trimestrielle de l'Internet mobile et fixe pour le Canada. Avec la prolifération des environnements de travail hybrides, les performances des réseaux deviennent de plus en plus importantes. À cet égard, le rapport démontre que les vitesses mobiles du Canada seraient suffisantes pour prendre en charge la plupart des fonctions de travail à distance comme les réunions Zoom et les applications de bureau à distance.

Inquiets de la résilience Internet et des télécoms de votre entreprise ? Posez ces questions

Les pannes pancanadiennes d'Internet et de réseau cellulaire causées par l'incident de la semaine dernière chez Rogers Communications devraient inciter les décideurs des entreprises de télécommunications et de TI à réfléchir attentivement à la résilience des télécommunications dans les services qu'ils achètent.

Le PDG de Rogers admet que la panne aurait été causée par une opération d’entretien

À la suite de la panne majeure de ses services cellulaires, de câbĺodistribution et d'Internet qui a commencé tôt vendredi matin et qui perdure, le président et chef de la direction de Rogers Communications, Tony Staffieri, a publié un nouveau message expliquant ce que l'entreprise croit en être la cause : « une panne du réseau suite à une mise à jour de maintenance de notre réseau central, qui a provoqué un dysfonctionnement de certains de nos routeurs tôt vendredi matin ».

Rogers présente des excuses après une panne majeure

Rogers Communications s’est excusée publiquement après qu’une panne majeure de son réseau ait laissé des millions d’utilisateurs et d'entreprises canadiens sans services Internet et mobiles le 8 juillet.

Près de 1 M$ du fédéral pour une meilleure connectivité mobile à des foyers ruraux du Québec

Le ministère du Développement économique rural annonce un financement fédéral pouvant aller jusqu'à 939 035 $ à Bell pour qu’elle améliore la connectivité mobile dans la communauté des Premières Nations Les Atikamekw de Manawan.