Interface(s) Montréal inaugure sa saison 2006


Jean-François Ferland - 16/06/2006

Fière d’une première expérience, l’initiative de la Société des arts technologiques entame ses activités qui incitent à l’interaction entre les créateurs et les gens d’affaires dans le contexte des interfaces numériques.

La Société des arts technologiques a donné cette semaine le coup d’envoi à la deuxième saison d’Interface(s) Montréal, une série d’activités qui visent à susciter les échanges entre les acteurs de l’industrie québécoise des TIC, les artisans et les créateurs.

Dans les locaux multidisciplinaires en pleine refonte de la SAT, une cinquantaine de personnes ont assisté, dans le cadre d’une formule rehaussée, à un atelier qui traitait de la convergence, de la créativité et de la technologie, où quatre orateurs ont échangé à propos des tendances actuelles en technologies numériques sous le signe de la mutation des industries culturelles et médiatiques et de la situation actuelle du marché québécois.

Réal Gauthier, consultant à la firme Concept et Forme, Fady Atallah, président de BlueSponge, Rémi Racine, président de A2M et du regroupement Alliance numériqc ainsi que René Barsalo, directeur des stratégies et des liaisons à la SAT, ont respectivement commenté les rapides mutations des technologies numériques, des contenus médiatiques, de la création et des auditoires qui caractérisent le marché autant local qu’international. Les participants à l’échange, qui ont fait état des divers enjeux qui caractérisent la situation sur la scène québécoise, ont convenu que le Québec et le Canada qui présentent un retard en matière d’adoption des technologies, auraient besoin d’une vision politique à cet effet afin définir des orientations à long terme.

Des thèmes aussi variés que la pénurie de la main-d’œuvre et les carences en formation, l’accélération du déclic générationnel, les tendances vers l’ubiquité des technologies et l’évolution des contenus numériques vers un niveau de deuxième génération ont également fait partie des sujets discutés. Des spectateurs ont pu ensuite poser des questions aux orateurs alors qu’une période d’échange a suivi l’activité.

Retombées encourageantes

Interrogé à propos de l’ajout des ateliers à la formule, René Barsalo de la Société des arts technologiques a indiqué que des participants aux conférences de la première saison avaient émis le souhait d’avoir une occasion de discuter plus en profondeur de certains enjeux sur des questions de fond.

« Nous sommes contents dans l’ensemble d’avoir pu parler de thèmes qu’on n’aurait pas pu couvrir si on s’était seulement concentré sur les interfaces. Il faut sensibiliser les gens au fait qu’ils doivent prendre place dans le débat qui est en cours sur la transformation des médias », a indiqué M.Barsalo.

Quant aux conférences, qui comportent des portions de présentation, de débat et de réseautage lors d’un goûter, M. Barsalo indique que l’expérience de la première saison a été satisfaisante pour les organisateurs en raison des retombées favorables qu’ont connues plusieurs conférenciers et participants.

« Nous sommes très encouragés, car des gens à qui je demande comment s’est déroulé le contact avec untel répondent qu’elles ne peuvent pas m’en parler. Dans notre monde, cela signifie que cela va très très bien, que l’étape de présentation est passée et qu’une entente de confidentialité aurait été signée. Il y a plusieurs projets qui se sont concrétisés, comme celui de l’agence spatiale qui a rencontré Luc Courchesne, le concepteur du « panoscope », ce qui a permis de réduire de 80 % la charge cognitive des astronautes qui manipulent le bras de la navette spatiale », indique-t-il.

« Nous souhaitons transmettre le message que nous avons deux secteurs, soit ceux de la création et des technologies de l’information, à Montréal et au Québec qui sont de grands employeurs. Nous avons une culture d’intégration, mais il faut également miser sur une culture de développement et être un peu plus agressifs », ajoute M. Barsalo,

Les huit conférences de démonstration, qui auront lieu à tous les mardis à partir du mois d’octobre prochain jusqu’à la fin de novembre, sont présentées dans une section de calendrier sur le site dédié à l’événement. Un deuxième atelier, sous le thème Montréal créatif et technologique : quelle trame se dessine? aura lieu le 12 décembre prochain.

Direction informatique est un des partenaires de l’événement Interface(s) Montréal.




À propos de Jean-François Ferland

Jean-François Ferland a occupé les fonctions de journaliste, d’adjoint au rédacteur en chef et de rédacteur en chef au magazine Direction informatique.


Google+