Informatique libre: le gouvernement québécois a échoué, selon FACIL

L’organisme FACIL conclut que le gouvernement du Québec a échoué dans la réalisation de son programme portant sur l’informatique libre.

Logo de l'organisme FACILL’organisme FACIL, qui est voué à l’appropriation collective de l’informatique libre, est issu de l’évolution de Linux-Québec.org et promeut l’adoption et l’usage de l’informatique libre et les standards ouverts sous-jacents au Québec.

Un an après l’arrivée au pouvoir du Parti Québécois, le bilan dressé par l’organisme est sombre. En effet, bien qu’un seul point de la plateforme électorale de 2012 concerne l’informatique libre, celui-ci n’aurait pas été respecté. Le Parti Québécois avait en effet promis « [d’]élargir les appels d’offres informatiques aux logiciels libres et réviser les projets informatiques afin de réaliser d’importantes économies. »

Des appels d’offres sous la loupe

L’organisme a donc scruté les appels d’offres en matière d’informatique de la part du gouvernement. Ainsi, il rappelle six principaux appels d’offres contournés ou fermés provenant de la Ville de Montréal, de l’Université du Québec à Montréal, de CGI ou bien directement du gouvernement.

L’appel d’offres remporté par CGI a par ailleurs été annulé à la suite d’une vérification interne et le dossier a été transmis à l’Unité permanente anticorruption.

Devant ces résultats, FACIL recommande au gouvernement de non seulement tenir sa promesse électorale, mais aussi d’aller plus loin. Il lui demande d’adopter une politique d’appropriation collective de l’informatique libre, de soutenir le développement de l’industrie des services informatiques libres, d’accélérer l’ouverture de données publiques, d’adopter de nouvelles normes pour tous ses sites web et de faire vérifier l’application de ces normes par le Vérificateur général du Québec.

Par ailleurs, FACIL reconnait que la création en avril 2013 du Centre d’expertise en logiciel libre (CELL) est un point positif, bien qu’il soit « encore trop tôt pour évaluer le travail de l’équipe du CELL ». Cette équipe d’experts, placée au sein du Centre de services partagés du Québec, a pour mandat d’accompagner les organismes publics dans le développement de solutions basées sur des logiciels libres.

Benjamin Jébrak
Benjamin Jébrak
Benjamin Jébrak est journaliste pour le magazine Direction Informatique.

Articles connexes

Une enquête de Gartner révèle des lacunes dans le processus d’achat de technologie du gouvernement

Selon une récente enquête de Gartner, le secteur public a le cycle d'achat le plus long pour les achats de technologie : 22 mois en moyenne.

Google et GitHub proposent de réduire le piratage de chaînes d’approvisionnement

Trois grandes entreprises informatiques ont proposé un moyen de créer des versions d’applications inviolables qui réduisent les risques de piratage des chaînes d'approvisionnement, comme celui contre la chaîne de SolarWinds.

Éric Caire assigné au poste de ministre de la Cybersécurité et du Numérique

Le ministre de la Cybersécurité et du Numérique, donc Éric Caire pour l'instant, sera responsable de « protéger l’État des cyberattaques et de protéger les données des Québécois et du gouvernement ».

Financement public pour requalifier de la main-d’oeuvre vers des emplois en TI

Près de trois milliards de dollars seront utilisés par l'État du Québec pour former, requalifier et attirer de la main-d'oeuvre, en particulier vers le domaine d'activité des technologies de l'information (TI).

La cybersécurité en 2020 : COVID-19, rançongiciel, Twitter et SolarWinds

Nous terminons l’une des pires années en matière de cybersécurité. Bilan de 2020 en quatre mots-clés.