Impact contesté du chiffrement sur la surveillance

Des forces de marché et des intérêts commerciaux devraient limiter le nombre d’entreprises qui offrent le chiffrement de communications.Illustration du concept de la vie privée ou de la sécurité

Un rapport produit par le Harvard’s Berkman Center for Internet et rapporté par IT World Canada affirme que « les circonstances lors desquelles des entreprises offriront un chiffrement qui leur empêche de voir les données d’utilisateurs » seront limitées parce qu’elles en ont besoin pour générer des revenus et pour développer des produits.

La « trajectoire du développement technologique » présagerait un futur « abondant en données non chiffrées ».

Ainsi, selon le rapport, il serait erroné de penser, de craindre et/ou d’affirmer, comme le font des forces de l’ordre, que les voies de communication deviendront opaques et hors de portée au point d’affaiblir leur capacité de surveiller et d’intercepter des communications de citoyens, et que les seules solutions seraient d’interdire le chiffrement des communications et d’obtenir des clés d’accès dissimulés (par la voie de tribunaux) aux logiciels de sécurité et confidentialité commerciaux, de même qu’aux divers services chiffrés qui sont offerts par des entreprises comme Apple, Google et Yahoo.

Le marché technologique ne devrait donc pas manquer « d’opportunités de surveillance » et de collecte d’informations et de métadonnées pour les forces de l’ordre et l’industrie de la surveillance des communications de citoyens non chiffrées de types voix, texte, ou vidéo, qui devraient être difficiles à éviter même pour des criminels en tout genre.

IT World Canada ajoute d’ailleurs que des experts en cybersécurité répliquent aux forces de l’ordre en soulignant que les portes dissimulées qu’elles exigent peuvent autant être exploitées par des criminels que par des forces de l’ordre.

Lire l’article au complet sur le site d’IT World Canada, une publication soeur de Direction informatique (en anglais)

Lire aussi:

Protection anti-écoute électronique par une filiale de BlackBerry

Le Blackphone : un téléphone ultra-sécurisé

Caméras de surveillance et détecteurs aériens financés par Ottawa

Articles connexes

Loi 64 sur la protection des renseignements personnels : Votre entreprise est-elle prête ?

Certaines dispositions de la « Loi modernisant des dispositions législatives en matière de protection des renseignements personnels » (autrefois le projet de loi 64) entreront en vigueur dans un peu plus d’un mois, le 22 septembre. Votre entreprise sera-t-elle prête à s’y conformer ?

Une étude révèle que les données obscures nuisent aux stratégies de DataOps

Quest Software, un fournisseur de logiciels de gestion de systèmes, de protection des données et de sécurité, en collaboration avec l'Enterprise Strategy Group (ESG), a publié le rapport 2022 sur l'état de la gouvernance et de l'autonomisation des données, un rapport annuel mettant en évidence les principaux défis et innovations en matière de gouvernance des données, de gestion des données et de DataOps.

Le NIST identifie quatre outils de chiffrement résistant au quantique

Le National Institute of Standards and Technology (NIST) des États-Unis a choisi le premier groupe d'outils de chiffrement qui, selon lui, résistera à l'assaut d'un futur ordinateur quantique, une décision saluée par la cyberagence du gouvernement canadien.

Faible maturité des entreprises canadiennes en matière de cybersécurité

De nombreuses entreprises canadiennes ont encore beaucoup de chemin à parcourir pour être considérées comme une organisation de cybersécurité mature, si l’étude d’un fournisseur est représentative.

SAS Hackathon 2022 : Résoudre les problèmes du monde réel à l’aide de données

C’est cette semaine que SAS annonçait les gagnants de son Hackathon 2022. Parmi 70 équipes qualifiées du monde entier et 50 soumissions, SAS a retenu 13 équipes pour leur innovation utilisant l'intelligence artificielle infonuagique Viya de SAS, Microsoft Azure et d'autres technologies.