IA et renseignements personnels : partenariat entre Irosoft et Lexum

Irosoft et Lexum s’allient pour développer une technologie basée sur l’intelligence artificielle (IA) qui doit permettre de concilier l’exploitation de mégadonnées et la confidentialité des informations personnelles.Irosoft, Lexum

Ces PME montréalaises se spécialisent toutes deux dans l’offre logicielle s’adressant aux services juridiques. Elles mènent des recherches sur les applications possibles de l’apprentissage-machine et des technologies de traitement des langues naturelles à la gestion des renseignements personnels figurant dans les textes non structurés.

Au début du mois, Irosoft a signé un partenariat avec l’Institut de valorisation des données (Ivado), qui est rattaché à l’Université de Montréal.

Irosoft et Lexum prévoient collaborer avec le Département d’informatique et de recherche opérationnelle de l’Université de Montréal de manière à mettre au point des applications de traitement automatisé des informations personnelles dans de grands ensembles documentaires peu structurés.

Un objectif est aussi de permettre le caviardage de renseignements personnels inscrits dans des documents pour protéger l’anonymat des parties, ainsi que d’identifier des informations personnelles au sein de documents non structurés afin d’offrir des filtres de recherche, par exemple.

Les données concernées iraient au-delà des noms de personnes, qu’il s’agisse de dates, d’identifiants administratifs ou financiers, d’appellations professionnelles ou de noms d’établissements scolaires.

Créée en 1995, Irosoft propose des outils ainsi que des services-conseils en gestion de l’information et en transformation numérique pour le secteur juridique. Quant à Lexum, cette entreprise fondée en 1993 se cache derrière la conception et la gestion du site de l’Institut canadien d’information juridique (CanLII), qui regroupe les textes de lois fédérales et provinciales, de règlements et de jurisprudence.

Lire aussi :

Sommet des dirigeants TI : Element AI et Thirdshelf clarifient l’IA

Métadonnées pour la découvrabilité et la rémunération de la culture

Partenariat commercial entre Irosoft et Notarius

Articles connexes

Les consommateurs et les entreprises n’ont pas les mêmes priorités en matière de confidentialité

Selon des recherches récentes de Cisco Systems, les consommateurs et les chefs d'entreprise ont des priorités différentes en matière de confidentialité des données.

Il est temps de réfléchir aux procédures de confidentialité de votre organisation

L'avocat d'Ottawa Kris Klein conseille les organisations canadiennes sur la façon de mettre en place des politiques et des procédures pour se conformer aux obligations légales fédérales et provinciales en matière de confidentialité des données.

Financement de 20 M$ pour Unito afin de façonner l’avenir de la collaboration numérique au travail

Unito, une entreprise québécoise qui développe des logiciels d'automatisation de workflows, vient de compléter une ronde de financement de 20 M$ menée par la CDPQ. De nouveaux investisseurs dont Rainfall Ventures et Investissement Québec rejoignent les investisseurs existants Bessemer Venture Partners, Tom Williams et Mistral Ventures. Ce financement permettra à Unito de renforcer sa présence croissante sur le marché.

85 % des responsables I&O prévoient augmenter leur niveau d’automatisation

Une récente enquête de Gartner révèle que 85 % des responsables de l'infrastructure et des opérations (I&O) qui ne disposent actuellement d'aucune automatisation complète s'attendent à devenir plus automatisés au cours des 2 à 3 prochaines années.

Le rôle essentiel d’un responsable de la protection de la vie privée

Toute entreprise qui traite des informations personnelles ou confidentielles doit nommer un responsable de la protection de la vie privée pour superviser les obligations de conformité et protéger les intérêts des personnes concernées.