Huit entreprises québécoises en TIC au palmarès Technology Fast 50 en 2011

L’entreprise Accedian Networks, de Montréal, obtient le premier rang de l’édition 2011 du palmarès Technology Fast 50 grâce à une croissance des revenus de 50136 % en cinq ans. Mise à jour

L’entité canadienne du cabinet de services professionnels Deloitte octroie à Accedian Networks, une entreprise de Montréal qui fournit des solutions de garantie de service à haute performance pour les réseaux Ethernet et IP de classe transporteur, le premier rang de l’édition 2011 du palmarès Technology Fast 50. Ce classement annuel souligne les meilleures croissances en cinq années du chiffre d’affaires des entreprises du secteur des technologies au Canada.

Accedian Networks devient ainsi la première entreprise québécoise du secteur des TIC à obtenir le premier rang du palmarès Technology Fast 50 depuis 2002, alors que l’entreprise montréalaise Repérage Boomerang, qui était spécialisée en repérage de véhicules, avait trôné en tête du classement de Deloitte avec une croissance des revenus de 9063 % en cinq ans (Repérage Boomerang a été acquise en 2004 par LoJack).

Accedian Networks devient également la troisième entreprise québécoise à qui l’on attribue le premier rang du palmarès annuel Technology Fast de Deloitte depuis la première édition qui a été produite en 1998. ProSep, une entreprise de Montréal qui est spécialisée dans la séparation de l’eau et du pétrole ou du gaz naturel, avait obtenu le premier rang du classement en 2009. D’ailleurs, ProSep et l’entreprise H2O Innovation de Québec sont les deux autres entreprises québécoises du secteur général des technologies qui font partie de l’édition 2011 du classement de Deloitte.

Acquisio, une entreprise de Saint-Lambert qui développe des plateformes de solutions médias qui sont destinées aux agences de médias interactifs, se trouve au neuvième rang du palmarès avec une croissance des revenus de 2622 % en cinq ans.

8D Technologies, une entreprise de Montréal qui développe des solutions de point de vente sans fil et machine à machine pour les places de stationnement, obtient le 23e rang du classement avec une croissance des revenus de 971 % en cinq ans.

iBwave, une entreprise de Montréal dont les solutions logicielles servent à la conception de réseaux sans fil intra-muros, se trouve au 33e rang du classement avec une augmentation des revenus de 476 % en cinq ans. Lors de l’édition 2010 du palmarès Technology Fast 50, iBwave avait obtenu le 37e rang avec une hausse des revenus de 567 % en cinq ans.

Vantrix, une entreprise de Montréal qui produit des solutions d’adaptation et d’optimisation de contenu pour les réseaux émergents, se trouve au 35 rang du palmarès de Deloitte avec une croissance des revenus de 447 % en cinq ans. En 2010, Vantrix avait obtenu le même rang grâce à une progression des revenus de 579 % en cinq ans.

Technologies Obzerv, une entreprise de Québec qui fabrique des caméras de surveillance à longue portée, obtient le 37e rang du classement Technology Fast 50 avec une croissance des revenus de 437 % en cinq ans.

5N Plus de Montréal, qui recycle et fournit des métaux utilisés notamment dans la fabrication de composantes technologiques, se trouve au 28e rang avec une croissance des revenus de 413 %. L’an dernier, 5N Plus avait obtenu le 36e rang avec une augmentation des revenus de 574 %.

Enfin, Moment Factory, une entreprise de Montréal qui crée des environnements multimédias pour des événements commerciaux, se trouve au 39e rang avec une croissance des revenus de 397 %.

Le palmarès Technologie Fast 50 de Deloitte est produit à partir de dossiers de candidature qui sont soumis par des entreprises canadiennes. Ces entreprises doivent avoir leur siège social au Canada, faire des affaires depuis au moins cinq ans et avoir des revenus annuels d’au moins cinq millions de dollars.

Mise à jour : Dans la catégorie « Sociétés prometteuses », qui regroupe des entreprises canadiennes du secteur des technologies qui sont en activité depuis moins de cinq ans et qui pourraient faire partie un jour du palmarès Fast 50, Deloitte mentionne l’entreprise montréalaise Beyond The Rack, qui exploite un club privé de magasinage en ligne pour des vêtements et des accessoires de mode.

Toutefois, Deloitte ne fournit pas de données quantitatives qui expliquent la sélection des dix entreprises qui sont inscrites dans la liste des « Société prometteuses ».

Pour consulter l’édition numérique du magazine d’octobre 2011 de Direction informatique, cliquez ici

Jean-François Ferland est rédacteur en chef adjoint au magazine Direction informatique.

Jean-François Ferland
Jean-François Ferland
Jean-François Ferland a occupé les fonctions de journaliste, d'adjoint au rédacteur en chef et de rédacteur en chef au magazine Direction informatique.

Articles connexes

Deloitte lance un nouveau service de sécurité basé sur la vérification systématique

Deloitte lançait hier Zero Trust Access, un nouveau service géré qui, selon le cabinet de conseil, fournit une approche infonuagique native pour « sécuriser les communications entre les utilisateurs, sur n'importe quel appareil, et les applications d'entreprise, où qu'elles résident ».

Indice des villes numériques : Toronto en devance 19 autres

Toronto s'est classée 11e sur 30 villes examinées dans le Digital Cities Index (DCI) 2022, un classement inaugural produit par Economist Impact et soutenu par NEC qui est basé sur des conclusions autour de quatre grands thèmes : la connectivité, les services, la culture et la durabilité.

GSoft parmi les sociétés les mieux gérées au Canada

L'entreprise de logiciels montréalaise GSoft fait partie des sociétés les mieux gérées au Canada par selon le classement de Deloitte. L'entreprise a enregistré plus de 100M de dollars de revenus en 2021 et prévoit engager plus de 200 nouveaux talents au cours de la prochaine année.

Les personnes avec un TSA peuvent aider des entreprises

Un rapport se penche sur les manières dont les personnes avec un TSA peuvent aider des entreprises dans un contexte de rareté de main-d’oeuvre.

Facebook veut créer un espace de nouvelles

Facebook aurait offert des millions de dollars à plusieurs médias d’information pour obtenir les droits de publication de leurs contenus sur sa plateforme.