Huawei pourrait cesser de produire ses propres puces

Huawei a annoncé que la production des puces Kirin, destinées à ses téléphones intelligents haut de gamme, cesserait le 15 septembre.

En cause, l’extension en mai dernier du décret de Donald Trump, interdisant aux fabricants qui utilisent des équipements américains de travailler avec Huawei à moins d’avoir une licence spéciale.

Deux mois après l’annonce, Taiwan Semiconductor Manufacturing Company, qui produit la plus grosse partie des puces pour Huawei, a indiqué qu’elle ne fournirait plus l’entreprise à partir du 14 septembre prochain.

Richard Yu, le président de la division grand public de Huawei, a qualifié la nouvelle de « très grande perte » lors de la conférence China Info 100. « Malheureusement, à cause de la deuxième vague de sanctions du gouvernement américain, nos producteurs de processeurs n’ont plus pris de commandes après le 15 mai. Cette année sera peut-être pour Huawei la dernière génération de processeurs Kirin. »

Huawei cherche donc des options en Chine, et pourrait notamment se fournir chez Semiconductor Manufacturing International Corporation (SMIC), la plus grosse fonderie chinoise. Selon Asia Times, si SMIC n’a pas la capacité de répondre aux importants besoins de Huawei, l’entreprise aurait la possibilité de combler avec de plus petites commandes à d’autres fabricants, comme Shanghai Microelectronics.

Le gouvernement américain avait déjà placé Huawei sur une liste noire en mai 2019, au motif que l’entreprise utilisait peut-être ses équipements de télécom aux États-Unis pour faire de l’espionnage pour le compte de la Chine. Cette sanction interdisait également à Huawei d’utiliser les réseaux de 5G des États-Unis.

Les compagnies de technologie américaines ne peuvent plus non plus faire affaire avec Huawei. Google a ainsi coupé ses liens avec l’entreprise, retirant Huawei de son système d’exploitation Android et du Google Play Store.

Le système d’exploitation Android est le plus couramment utilisé dans le monde, et Huawei doit donc trouver une alternative pour reconquérir le marché hors de la Chine.

Articles connexes

Quatre millions de Canadiens veulent passer à la 5G en 2023, selon une étude d’Ericsson

Ericsson, un important fournisseur de services de réseau 5G au Canada, publie aujourd’hui les résultats canadiens de sa plus grande étude menée à ce jour auprès des consommateurs. Elle démontre que quatre millions d'utilisateurs de téléphones intelligents comptent passer aux services 5G au cours des 12 à 15 prochains mois.

EXFO mettra sur pied un Centre d’excellence 5G à Montréal

EXFO, une entreprise québécoise spécialisée en matière de tests, de monitoring et d'analytique du secteur des communications, a annoncé aujourd'hui qu’elle établira un centre d'excellence 5G à Montréal et créera 50 emplois spécialisés, la plupart situés à Montréal. Pour se faire, elle disposera d'un financement fédéral de 15,9 millions de dollars octroyé par Innovation, Sciences et Développement économique Canada dans le cadre de son Fonds stratégique pour l'innovation. 

Les plus grands opérateurs de télécommunications du Canada se classent en tête de la portée 5G, selon un rapport d’Opensignal

Les trois grands opérateurs de télécommunications du Canada, Bell, Rogers et Telus, excellent au niveau la portée 5G, selon un rapport d'Opensignal qui a mesuré les performances des réseaux 5G de 144 opérateurs dans le monde. Les trois opérateurs nationaux se sont classés parmi les plus performants dans la catégorie de portée 5G lors des 5G Global Mobile Network Experience Awards 2022 d'Opensignal. 

Vol majeur de données sur un milliard de Chinois non confirmé

Les experts en cybersécurité ne peuvent toujours pas confirmer les affirmations d'une personne vendant ce qu'elle prétend être des bases de données d'informations sur un milliard de résidents chinois supposément volées au service de police de Shanghai.

Début des consultations sur l’utilisation de mmWave pour la 5G

Le gouvernement du Canada demande aux Canadiens leur opinion sur une politique et un cadre d'octroi de licences pour une classe de signaux sans fil à haute fréquence appelés ondes millimétriques (mmWave), un élément fondamental pour tirer le plein potentiel des services cellulaires 5G.