Groupe iWeb visée par une offre d’achat

Un fonds d’investissement non identifié souhaite acquérir toutes les actions de l’hébergeur Groupe iWeb.

Groupe iWeb de Montréal, qui fournit des services d’hébergement Internet et d’infrastructure TI, indique qu’un fonds d’investissement offre 1,50 $ en argent comptant pour chaque action en circulation de l’entreprise, dans le cadre d’une offre « non contraignante ».

L’identité et l’origine du fonds d’investissement n’ont pas été révélées. Toutefois, le communiqué de Groupe iWeb qui dévoile le processus de négociation évoque l’implication de « partenaires financiers » aux côtés du fonds d’investissement en question.

Le fonds d’investissement qui désire acquérir Groupe iWeb doit soumettre aux actionnaires de l’entreprise une convention d’achat définitive avant le 3 mai 2011. Jusqu’à cette échéance, Groupe iWeb accorde une exclusivité de négociation à ce fonds.

Les cofondateurs d’iWeb, soit le président et chef de la direction Éric Chouinard et le président responsable des produits et technologies Martin Leclair, ainsi que la firme Investissements Webdépart qui est contrôlée par ces deux personnes ont établi une convention de blocage jusqu’au 31 mai 2011 avec le fonds qui est intéressé à acquérir les actions.

MM. Chouinard et Leclair et Investissements Webdépart détiennent 54,2 % des actions de Groupe iWeb. L’action de Groupe iWeb valait 1,20 $ le jeudi 3 mars 2011.

Conditions

Selon les modalités de la convention de blocage, Groupe iWeb devra verser trois millions de dollars au fonds d’investissement si ce dernier peut conclure une convention définitive, mais que Groupe iWeb ne peut en faire autant avant le 3 mai 2011.

De plus, jusqu’au 3 novembre 2011, le fonds d’investissement aura le droit d’égaler toute autre offre d’achat qui sera fondée sur un prix supérieur à 1,50 $ l’action.

Groupe iWeb, qui a été fondée en 1998, exploite quatre centres de données qui contiennent quelque 34 000 serveurs dédiés.

Jean-François Ferland est rédacteur en chef adjoint au magazine Direction informatique.

Jean-François Ferland
Jean-François Ferland
Jean-François Ferland a occupé les fonctions de journaliste, d'adjoint au rédacteur en chef et de rédacteur en chef au magazine Direction informatique.

Articles connexes

Québec numérique lance la WAQadémie, une offre de formation pour faire vivre le WAQ à l’année

Québec numérique, l’organisme derrière l’événement phare du Web à Québec (WAQ), annonce le lancement de la WAQadémie. Il s’agit d’une nouvelle formule qui veut faire vivre l’esprit du WAQ toute l'année. Dès le mois de février, une programmation mensuelle, connectée sur la communauté et à l'affût des tendances, sera offerte aux professionnels et aux amateurs du numérique, en présentiel, à Québec. 

Les tendances de la transformation numérique dans les PME québécoises

Une récente étude de GetApp se penche en détails sur la stratégie numérique des entreprises québécoises et dévoile les tendances dans ce domaine pour les deux prochaines années. Dans le cadre de cette étude, GetApp a interrogé des employés des PME du Québec afin de déterminer comment la stratégie numérique de leur entreprise a évolué et si elle a rencontré le succès escompté.

Attentes et comportement des consommateurs québécois sur la confidentialité des données

Les résultats d’un sondage publiés cette semaine par GetApp Canada explorent les pratiques des Québécois quant à la confidentialité de leurs données. Il s’agit du second volet d’une enquête auprès de 230 consommateurs québécois.

Loi 64 sur la protection des renseignements personnels : Votre entreprise est-elle prête ?

Certaines dispositions de la « Loi modernisant des dispositions législatives en matière de protection des renseignements personnels » (autrefois le projet de loi 64) entreront en vigueur dans un peu plus d’un mois, le 22 septembre. Votre entreprise sera-t-elle prête à s’y conformer ?

MISE À JOUR – Actions collectives contre Rogers suite à la panne de vendredi dernier

Le cabinet juridique montréalais LPC Avocat a déposé une demande d’autorisation d’action collective contre le géant des télécommunications Rogers Communications en raison de la panne de son réseau vendredi dernier qui a privé bon nombre de Canadiens de service durant au moins 15 heures.