Groupe GFI Solutions acquiert Bell Solutions d’affaires


Jean-François Ferland - 08/08/2008

La firme de services-conseils double son chiffre d’affaires et la masse de sa main-d’oeuvre, en plus d’élargir ses domaines d’affaires et sa portée géographique. Son principal dirigeant mise sur l’intégration interne des actifs acquis avant d’envisager d’autres formes d’expansion.

L’entreprise québécoise de services-conseils Groupe GFI Solutions, qui fournit des services de gestion des processus commerciaux et des technologies dans divers secteurs économiques, ajoute à ses actifs Bell Solutions d’affaires, une filiale de Bell Canada qui est spécialisée en progiciels de gestion intégrés et en solutions technologiques pour les PME.

Bell Solutions d’affaires, qui a été rebaptisée GFI Solutions d’affaires, avait été fondée en avril 2005 par la fusion de la firme montréalaise Technologies Nexxlink, acquise le même mois, et de la firme torontoise Charon Systèmes, acquise au printemps 2004. Cette entité, qui emploie 350 personnes et produit des revenus annuels de 40 millions $, dessert les marchés des petites entreprises, du secteur municipal et des secteurs de la santé, du manufacturier, de la distribution et du détail. Outre la fourniture d’applications commerciales, l’entreprise compte une expertise en infrastructures réseau, en hébergement et en gestion de l’information, en fourniture de services techniques et en gestion des approvisionnements technologiques.

Cette transaction fait croître la main-d’oeuvre de GFI Solutions à 750 personnes et fait doubler son chiffre d’affaires à 80 millions $. L’entreprise aura également une présence géographique accrue sur le marché canadien, alors que l’entité acquise exploitait des bureaux à Montréal, Sherbrooke, Toronto et Winnipeg. La transaction, dont le montant n’a pas été dévoilé, a été réalisée avec le soutien financier du Fonds de solidarité FTQ.

Spécialisations

Gilles Létourneau, le président et chef de la direction de Groupe GFI Solutions, s’est dit bien heureux que le processus d’acquisition soit complété, alors que presque six mois s’étaient écoulés depuis le moment de l’annonce par Bell de la vente de l’unité d’affaires par l’entremise de courtiers.

« Notre organisation est en croissance depuis quelques années. Nous avons une bonne progression interne organique et l’idée d’acheter [cette unité] est d’augmenter la force au niveau des ERP spécialisés. [Notre] force est d’avoir des domaines spécialisés, que ce soit au niveau du paiement, du voyage, des municipalités ou de la santé. »

M. Létourneau confirme que l’acquisition procure à son entreprise des expertises nouvelles, mais souligne que des expertises horizontales de GFI, comme celle des solutions de paiement, procurait déjà des relations avec des clients de Bell Solutions d’affaires. « Il y a de la [vente croisée] à faire entre les différentes unités d’affaires ainsi que la desserte élargie de nos clients actuels. »

Rappelons que GFI Solutions, qui dessert les secteurs des services financiers, de l’assurance, du manufacturier, des télécommunications et des administrations gouvernementales, avait procédé l’année dernière à l’acquisition de la firme Accovia qui est spécialisée en services technologiques pour l’industrie du voyage.

Croissance mesurée

Interrogé quant à d’autres visées expansionnistes, M. Létourneau indique que d’autres acquisitions pourraient être réalisées par l’entreprise, mais précise que son organisation prendra le temps nécessaire pour digérer la dernière appropriation.

« Il s’agit d’une acquisition importante pour nous, et nous voulons nous assurer que nous ne fassions pas autant d’unités que d’acquisitions. L’idée est d’intégrer ces unités à travers nos processus d’affaires et de prendre des processus d’affaires qui fonctionnent bien à travers les acquisitions, pour faire une compagnie plus solide », indique-t-il.

« La prochaine acquisition qui sera d’importance nous permettra probablement de nous positionner pour une [IPO]. Pour nous, le critère du [chiffre d’affaires] de 100 millions $ est important avant de pouvoir se présenter à la « grande bourse » [de Toronto] et non à la « petite bourse » de Vancouver. Nous nous donnons dix à douze mois pour intégrer GFI Solutions d’affaires à travers nos processus, bien comprendre la dynamique de cette organisation, pour voir ce qui peut être apporté comme valeur ajoutée, et ensuite faire croître les unités d’affaires par des acquisitions à travers les domaines verticaux. »

« Le nombre de domaines verticaux que nous avons aujourd’hui nous permet d’être plus stables. S’il y a une baisse dans une unité d’affaires ou un secteur, les autres peuvent grandir. Les acquisitions verticales nous permettront de devenir les meneurs dans ces [secteurs] niches », ajoute-t-il.

Trente-trois ans d’histoire

Les origines de GFI Solutions remontent à 1988, par la fondation de INT systèmes d’informations, une entreprise spécialisée dans le développement de systèmes informatiques, par le Groupe Magrit.

En 1991, les activités de INT ont été fusionnées avec celles d’une autre filiale, Conceptum, qui était spécialisée en conseil en gestion des TI. En 2004, Conceptum s’est jointe à GFI Informatique, une l’entreprise française dont le chiffre d’affaires était de 688,5 millions $ en 2007, pour ainsi en constituer la filiale canadienne. Avec l’acquisition de Bell Solutions d’affaires, GFI s’est dotée d’actifs de la firme Nexxlink qui avait été fondée en 1975.

Malgré les fusions et acquisitions réalisées il y a longtemps, les noms de domaine sont encore actifs et certains sites Internet intacts…

Jean-François Ferland est journaliste au magazine Direction informatique.


À lire aussi cette semaine: L’Apple Store débarque à Montréal L’actualité des TI en bref L’économie des TI en bref Des commentaires qui flanchent Ennuagement technologique




Tags: , , , , , ,

À propos de Jean-François Ferland

Jean-François Ferland a occupé les fonctions de journaliste, d’adjoint au rédacteur en chef et de rédacteur en chef au magazine Direction informatique.


Google+