Groupe Adetel crée 100 emplois à Longueuil

Adetel se spécialise dans les applications de stockage d’énergie, d’électronique de puissance et de contrôle dans les secteurs aéronautique, défense et sécurité, ferroviaire et médical. Varitron œuvre de son côté dans l’assemblage de produits électroniques aux industries de l’énergie, des télécommunications, de l’aérospatiale, médicale, militaire et automobile.

« Notre partenariat avec Varitron Technologies nous permet de disposer d’outils de tests particulièrement efficaces et puissants pour assurer à nos clients des secteurs ferroviaire et aéronautique une performance inégalée en matière de sécurité de fonctionnement », a affirmé le président-directeur général d’Adetel, François Sébès, dans un communiqué.

Adetel Canada, issue du partenariat entre Adetel et Varitron, opérera dans le siège social de cette dernière, situé à proximité de l’aéroport de St-Hubert.

M. Sébès soutient que l’implantation de l’entreprise dans la grande région de Montréal lui permettra de renforcer son développement international en Amérique du Nord. L’entreprise compte également un bureau à Bellevue, près de Seattle, dans l’État de Washington.

Adetel compte aussi des bureaux en France (Lyon, Paris, Grenoble et Toulouse), en plus d’être présente au Maroc (Casablanca) et en Chine (Shangai).

L’entreprise qui regroupe 600 employés dans le monde, est actuellement en phase de démarrage de son bureau de St-Hubert, qui compte pour le moment six travailleurs.

Quant au Groupe Varitron, la société a récemment procédé à un investissement de trois millions de dollars pour optimiser l’espace de production et doubler la superficie de son siège social. La société possède également une usine à Granby.

À lire également sur le même sujet

Varitron Technologies agrandit son siège social

Investissement Québec injecte 4M$ dans Varitron

Denis Lalonde
Denis Lalondehttp://www.directioninformatique.com
Denis Lalonde est rédacteur en chef chez Direction informatique, développant des contenus et services uniques pour les spécialistes des technologies de l’information en entreprise à travers la province de Québec, tant à l’imprimé que sur le Web. Il s’est joint à IT World Canada, l’éditeur de Direction informatique, après avoir travaillé plus de cinq ans chez Médias Transcontinental pour les publications LesAffaires.com et le Journal Les Affaires. Journaliste accompli à l’aise sur toutes les plateformes médiatiques, Denis a également travaillé au Journal de Montréal, au portail Internet Canoë et au Réseau de l’information (RDI). Twitter: DenisLalonde

Articles connexes

MISE À JOUR – Actions collectives contre Rogers suite à la panne de vendredi dernier

Le cabinet juridique montréalais LPC Avocat a déposé une demande d’autorisation d’action collective contre le géant des télécommunications Rogers Communications en raison de la panne de son réseau vendredi dernier qui a privé bon nombre de Canadiens de service durant au moins 15 heures.

Bell lance un service Internet 3 gigabits dans la ville de Québec

Bonne nouvelle pour les résidents de la ville de Québec : Bell lance aujourd’hui un service Internet pure fibre qui permet des vitesses de téléchargement de 3 Gbit/s. La vitesse de téléversement de ce service est également de 3 Gbit/s.

Telus investira 11 G$ et créera 7 000 nouveaux emplois au Québec

Telus annonce aujourd’hui des investissements de 11 milliards de dollars sur quatre ans dans son infrastructure réseau, dans ses activités opérationnelles et dans le spectre au Québec. Elle s’engage de plus à investir 70 milliards de dollars à l’échelle du Canada d’ici 2026.

Plus de 7,5 G$ de Québec pour « inventer, développer, commercialiser »

Le gouvernement du Québec annonce la Stratégie québécoise de recherche et d'investissement en innovation 2022-2027 sous le thème « Inventer, développer, commercialiser ».

Internet haute vitesse pour tous : l’initiative progresse

Le gouvernement du Québec annonce aujourd'hui l'octroi d'un financement de 50 M$ afin de déployer un service Internet haute vitesse par satellite de Starlink dans quelques 10 000 foyers québécois pour lesquels une connexion directe n’est pas possible.