Google dévoile son premier appareil mobile


Jean-François Ferland - 06/01/2010

Le fournisseur de services Web commercialisera bientôt le Nexus One, qui sera articulé autour du système d’exploitation Android et ses applications en ligne. Les consommateurs québécois devront patienter avant de pouvoir l’utiliser.

Google, dans le cadre de la foire commerciale CES, a levé le voile sur son premier appareil mobile évolué qui portera le nom de Nexus One.

Google joindra ainsi d’autres entreprises, comme Apple, Palm Research In Motion, dans le créneau des fournisseurs d’appareils mobiles dont les appareils arborent leurs propres marques. Auparavant, Google n’agissait qu’à titre d’éditeur de système d’exploitation – Android – pour des appareils d’autres fournisseurs.

Spécifications techniques

Le premier appareil de Google mesurera 119 mm de longueur par 59,8 mm de largeur et 11,5 mm d’épaisseur, et pèsera 130 grammes avec sa pile. Son écran tactile de 3,7 pouces de diagonale, qui affichera les images à une résolution de 800 X 480 pixels, aura une surface d’affichage de type AMOLED (Actice-Matrix Organic LED), soit à diodes électroluminescentes organiques et à matrice active. Cette technologie offrirait un taux de rafraîchissement accru et une consommation électrique moindre, ce qui améliorerait la durée d’une charge de la pile de l’appareil.

D’ailleurs, les informations relatives à l’autonomie du Nexus One varient de 5 heures, pour la navigation sur Internet sur un réseau mobile 3G, à 20 heures pour la lecture de fichiers audio. L’autonomie en mode d’attente sera de 290 heures sur un réseau 2G et 250 heures sur un réseau 3G.

Le Nexus One aura recours à un processeur de Qualcomm cadencé à 1 GHz, à 512 Mo de mémoire Flash et 512 Mo de mémoire vive. Une fente permettra l’insertion d’une carte de Micro SD dont la capacité pourra varier de 4 Go à 32 Go.

Évidemment, le Nexus One sera doté des dispositifs requis pour la fonction de téléphonie. Aussi, l’appareil de Google sera muni d’une lentille à focale automatisée qui servira à la prise de photos à 5 Mpx de résolution (avec l’aide d’un flash DEL) ainsi qu’à l’enregistrement de vidéos à une résolution de 720 480 pixels à une cadence d’au moins 20 cadres à la seconde.

Pour la réseautique, le Nexus One pourra fonctionner sur des réseaux mobiles à bande UMTS, HSDPA (7,2 Mb/s), HSUPA (2 Mb/s) et GSM/EDGE, tout comme il pourra se connecter à un réseau Wi-Fi (b/g/n) et interagir avec des accessoires Bluetooth, dont les périphériques compatibles au protocole sonore en stéréo A2DP.

L’appareil de Google sera aussi doté d’un récepteur de positionnement global assisté (AGPS), par le biais du réseau d’un fournisseur de services de télécommunications mobiles, de fonctions de positionnement par Wi-Fi ou par triangulation, d’un compas numérique et d’un accéléromètre.

Le Nexus One aura recours à la version 2.1 du système d’exploitation Android, qui offrira de nouvelles fonctions fondées sur la voix, comme un clavier vocal pour l’entrée de texte, la recherche d’informations, la navigation assistée et la retranscription vocale de messages texte.

Outre l’ajout de gadgets logiciels, l’appareil sera doté de cinq écrans qui permettront une personnalisation ultérieure par l’ajout de modules, dont des applications disponibles dans Google Market.

Stratégies technologiques et commerciales

Le Nexus One par Google sera commercialisé dans un premier temps aux États-Unis, au Royaume-Uni, à Singapour et à Hong Kong en vente directe, à 529 $ US sans contrat. Aux États-Unis, l’appareil sera disponible auprès du fournisseur américain T-Mobile pour 179 $ US avec un contrat de deux ans. Les fournisseurs de services mobiles Verizon des États-Unis et Vodaphone en Europe auraient l’intention d’offrir des plans de services pour le Nexus One à court terme.

Toutefois, aucun échéancier n’a été dévoilé quant à une commercialisation de l’appareil de Google dans d’autres marchés, dont celui du Canada.

De toute évidence, Google compte mettre l’emphase sur le recours à ses services Web par les utilisateurs du Nexus One. Au côté des utilitaires incontournables (horloge, calculatrice, contacts, etc.), l’éditeur met bien en évidence ses services et logiciels de cartographie, d’hébergement de photos, de partage de vidéos, de courriel Web, de messagerie, de navigation sur Internet, etc. Certes, L’appareil permettra d’accéder à des services d’autres fournisseurs, comme les comptes de courriel.

Par ailleurs, le dévoilement de partenaires commerciaux met fin à la rumeur voulant que Google amorce des activités commerciales à titre de fournisseur de services de télécommunications.

Enfin, soulignons que l’annonce initiale du Nexus One vise en premier lieu la clientèle du grand public. Bien que des fonctions liées à des applications en entreprise, comme le soutien de la plate-forme Exchange de Microsoft, soient utilisables sur le système d’exploitation Android à l’aide de logiciels de tiers, Google n’a pas souligné de façon explicite le potentiel d’utilisation du produit dans un contexte organisationnel.

En attendant que Google fasse une annonce relative à l’utilisation en entreprise du Nexus One, il est fort probable que la présence de l’appareil dans les murs des organisations, lorsqu’il sera disponible, s’ajoutera aux préoccupations des responsables de l’informatique…

Jean-François Ferland est journaliste au magazine Direction informatique.




À propos de Jean-François Ferland

Jean-François Ferland a occupé les fonctions de journaliste, d’adjoint au rédacteur en chef et de rédacteur en chef au magazine Direction informatique.


Google+