Facebook s’attaque au commerce en ligne

Facebook lance sa plateforme d’achat et de vente, Marketplace. Environ 450 millions de personnes utiliseraient déjà ce réseau social pour vendre ou acheter des objets par l’intermédiaire de groupes Facebook informels.Logo de Facebook

Devant ce constat, Facebook a décidé d’imiter Kijiji et Craigslist et de proposer à ses abonnés un espace pour mener leurs échanges.

Les vendeurs peuvent publier une annonce incluant un descriptif du produit, des photos, un prix et leur emplacement géographique. Les acheteurs peuvent les contacter en leur envoyant un message et consulter les articles à vendre autour de chez eux en sélectionnant les catégories qui les intéressent.

Cette fonctionnalité est seulement accessible depuis l’application mobile. Une version pour ordinateur devrait être offerte dans les mois à venir.

Pour le moment, Marketplace n’est accessible qu’aux États-Unis, au Royaume-Uni, en Australie et en Nouvelle-Zélande. Toutefois, Facebook planifie de l’étendre prochainement à d’autres pays.

Facebook n’aurait pas l’intention de facturer le recours à ce service. En le mettant à disposition gratuitement, elle espère rendre ses utilisateurs encore plus accros à son application mobile et ainsi convertir ce temps accru passé sur Facebook en revenus publicitaires. Selon The Verge, 84 % des revenus de l’entreprise de Mark Zuckerberg proviendraient du mobile.

Côté sécurité, Facebook compterait sur l’absence d’anonymat de ses utilisateurs pour limiter les problèmes de fraude. Le fait de voir l’emplacement géographique de la personne et la date de création de son profil permettrait de rassurer les vendeurs comme les acheteurs sur l’authenticité des profils des usagers de Marketplace.

Lire aussi :

Facebook : des chatbots appelés à transformer le commerce électronique

Nouvel essai de Facebook en commerce en ligne

Effet du bouton « acheter » des applications mobiles sur les ventes en ligne

Articles connexes

Meta devra payer 725 M$ aux utilisateurs américains de Facebook suite au scandale de Cambridge Analytica

Les retombées du scandale Cambridge Analytica de 2018 continuent d’accabler Facebook et sa société mère, Meta Platforms.

Balado Hashtag Tendances, 27 octobre 2022 — YouTube amélioré, serrure Apple, menaces de Meta et poursuite contre Google.

Cette semaine : Des nouvelles fonctionnalités pour YouTube, une serrure Apple, Meta menace de bloquer les nouvelles au Canada et le Texas poursuit Google.

Meta menace de cesser le partage de nouvelles en raison du projet de loi C-18

Le lobbying s'est intensifié et maintenant la vraie question est de savoir si le projet de loi C-18, sur les nouvelles en ligne actuellement débattu par un comité parlementaire, finira par être remanié ou restera tel quel lors d'un éventuel vote à la Chambre des communes.

Partenariat entre Mon commerce en ligne et le Mouvement Desjardins pour le commerce de détail au Québec

Mon commerce en ligne, une initiative de l'Association québécoise des technologies (AQT)  et de l'École des entrepreneurs du Québec (EEQ) pour soutenir le commerce de détail québécois dans l'adoption des technologies et des services numériques, annonce un partenariat avec le Mouvement Desjardins pour appuyer ses membres œuvrant dans le commerce de détail à adopter des technologies et des services numériques afin d'augmenter leur compétitivité et accroître leurs ventes en ligne.

Meta aurait accepté un règlement de 37,5 M$ US dans le cadre d’une poursuite pour violation de la vie privée

Meta, la société mère de Facebook, a accepté de payer 37,5 millions de dollars pour régler un procès alléguant que la plate-forme de médias sociaux a violé la vie privée des utilisateurs en suivant leurs mouvements sans autorisation.