Expansion du Wi-Fi gratuit dans les lieux culturels montréalais

La Conférence régionale des élus de Montréal et des partenaires lancent le programme Wi-Fi Montréal qui vise l’implantation de bornes Internet sans fil à accès gratuit dans les halls d’entrée d’établissements culturels montréalais.

La Conférence régionale des élus de Montréal, Tourisme Montréal, Tourisme Québec et l’organisme sans but lucratif Île sans fil aideront des lieux culturels montréalais dans leurs projets d’implantation d’une infrastructure sans fil aux fins de l’offre d’un accès gratuit à Internet.

Le programme Wi-Fi Montréal, dans sa première phase, vise l’établissement de bornes Internet sans fil dans une cinquantaine de lieux culturels d’ici le début de l’hiver. L’organisme Île sans fil procédera à l’installation et à l’administration des bornes d’accès dans ces lieux ainsi qu’à la fourniture du service d’accès à Internet. Les institutions culturelles qui participeront au programme recevront un financement qui équivaudra à 80 % des coûts de déploiement.

Déjà, une douzaine de lieux culturels à Montréal ont établi des infrastructures en vertu de ce programme, dont le Cinéma Beaubien, le Théâtre Centaur, le Théâtre d’Aujourd’hui, le Centre historique Sainte-Anne et la Vitrine culturelle. D’autres établissements, comme le Musée des beaux-arts de Montréal, le Musée McCord et le musée Pointe-à-Callière, s’apprêtent à offrir un accès sans fil gratuit à Internet.

« Internet est quelque chose d’omniprésent dans nos vies et la connexion en tout temps et en tous lieux est un incontournable au XXIe siècle. Alors que les métropoles du monde sont dans une course à l’implantation d’infrastructures pour offrir un accès gratuit à Internet, Montréal n’a pas de temps à perdre », a déclaré Richard Deschamps, le premier vice-président de la Conférence régionale des élus de Montréal, lors du lancement du programme Wi-Fi Montréal.

« Pour rester en tête en matière d’innovation et des technologies de l’information, il faut mettre en valeur les atouts touristiques de Montréal. Il faut lancer un message clair que Montréal est une ville de haut niveau en TI. L’infrastructure d’accès gratuit à Internet “doit suivre” et être disponible », a-t-il ajouté, en soulignant que le secteur des TIC regroupait 120 000 emplois à Montréal.

L’accès sans fil gratuit à Internet en vertu du programme Wi-Fi Montréal est mis à la disposition des touristes, mais également des citoyens de Montréal qui fréquenteront les établissements culturels participants. L’établissement d’une connexion à une infrastructure s’effectue par la sélection d’un réseau dont le nom a comme préfixe « Île sans fil» et généralement comme suffixe le nom de l’institution culturelle. Il n’est plus nécessaire d’établir un compte auprès d’Île sans fil pour accéder aux bornes d’accès qui sont administrées par l’organisme sur le territoire montréalais.

Outil promotionnel

Charles Lapointe, le président-directeur général de Tourisme Montréal, a indiqué que l’accès gratuit à Internet constituait un « outil de vente » essentiel pour l’obtention de congrès ou l’attrait des touristes dans la métropole québécoise.

« Lorsqu’on approche les organisateur de conférences, la première question qu’on nous pose est “Y a-t-il un accès gratuit à Internet?”. Il y a quinze ans, il en coûtait quinze dollars par jour ou plus pour avoir ce service dans une chambre d’hôtel. Aujourd’hui, la clientèle veut savoir s’il y a dans leur chambre un accès gratuit à Internet avant même de savoir s’il y a un lavabo ou des draps propres chaque jour », a-t-il partagé.

M. Lapointe a indiqué que 37 % des participants à un sondage qui a été effectué en 2011 auprès de 6 000 touristes ont indiqué qu’ils avaient utilisé des moyens de communication numériques pour parler de Montréal durant leur séjour.

« Ce que nous annonçons aujourd’hui est très important, a expliqué M. Lapointe en entrevue. Pour le Wi-Fi à Montréal, nous y allons de petit pas à petits pas et nous arrivons à une couverture qui est intéressante. Ce qu’on veut, en théorie, c’est que les touristes deviennent nos ambassadeurs en utilisant les moyens technologiques pour parler à leurs amis et aux membres de leurs familles, pour leur dire qu’ils sont à Montréal et qu’ils ont vu telle et telle chose.

« En pratique, il faut leur donner les moyens de le faire, et c’est ce qu’on fait aujourd’hui avec les lieux culturels et touristiques. Plus les moyens seront disponibles, plus nous atteindrons notre but d’utiliser les citoyens et les touristes pour faire la promotion de Montréal », a-t-il ajouté.

Jean-François Ferland
Jean-François Ferland
Jean-François Ferland a occupé les fonctions de journaliste, d'adjoint au rédacteur en chef et de rédacteur en chef au magazine Direction informatique.

Articles connexes

Partenariat entre SITA et trois importants aéroports canadiens

Un nouveau partenariat annoncé aujourd'hui entre trois des principaux aéroports du Canada vise à offrir aux voyageurs une expérience plus rapide et plus efficace par l'adoption d'une plateforme technologique commune.

Montréal et Calgary devancent Toronto comme lieu de prédilection pour débuter une carrière en TI

On s’est passé le mot à propos de Calgary et de son secteur technologique en expansion, non seulement au pays, mais à l'échelle mondiale, révèlent les résultats d'une nouvelle étude publiée cette semaine par CodeClan d’Édimbourg en Écosse.

Un Montréalais soupçonné d’être derrière le logiciel malveillant Golden Chickens

Selon une enquête menée par une société canadienne de services de sécurité gérés, l'un des cybercriminels à l'origine de la suite de logiciels malveillants Golden Chickens, qui serait préféré par trois grands gangs de cybercriminels russes, vit à Montréal.

La performance des réseaux canadiens pratiquement inchangée

La société de recherche sur les réseaux Ookla a récemment publié son analyse trimestrielle de l'Internet mobile et fixe pour le Canada. Avec la prolifération des environnements de travail hybrides, les performances des réseaux deviennent de plus en plus importantes. À cet égard, le rapport démontre que les vitesses mobiles du Canada seraient suffisantes pour prendre en charge la plupart des fonctions de travail à distance comme les réunions Zoom et les applications de bureau à distance.

Inquiets de la résilience Internet et des télécoms de votre entreprise ? Posez ces questions

Les pannes pancanadiennes d'Internet et de réseau cellulaire causées par l'incident de la semaine dernière chez Rogers Communications devraient inciter les décideurs des entreprises de télécommunications et de TI à réfléchir attentivement à la résilience des télécommunications dans les services qu'ils achètent.