En chiffres : évolution du commerce électronique et de la téléphonie résidentielle


Jean-François Ferland - 09/05/2008

Selon Statistique Canada, le recours au commerce électronique et aux technologies progresse dans les entités privées et publiques, mais de façon différente. Également, les services de téléphonie résidentielle évoluent rapidement, au détriment du service filaire traditionnel.

Statistique Canada a diffusé des résultats de l’édition 2007 de l’Enquête sur le commerce électronique et les technologies, à partir des réponses fournies par 19 000 entreprises et organisations des secteurs public et privé.

En matière de commerce électronique, les ventes effectuées par les entités canadiennes de ces deux secteurs auraient été d’environ 62,7 milliards $, en croissance de 26 % d’année en année, ce qui représenterait moins de 2 % du revenu d’exploitation total. En 2003, les ventes par Internet avaient généré des revenus de 18,9 milliards $, ce qui correspondait à moins de 1 % du revenu d’exploitation total.

La part du lion des ventes en ligne serait attribuable au secteur privé, qui aurait vendu des produits et des services évalués à 58,2 milliards $, soit une augmentation de 25 % d’année en année. La proportion des entreprises du secteur privé qui effectuent des ventes en ligne serait d’environ 8 %. Le commerce interentreprises aurait représenté 62 % des ventes en ligne, alors que 19 % des revenus auraient émané de consommateurs situés hors du Canada.

Les ventes en ligne réalisées par les organisations du secteur public étaient d’environ 4,5 milliards $ en 2007, en croissance de 30 % d’année en année. Environ 16 % des institutions publiques effectueraient des ventes en ligne.

L’enquête révèle que les entreprises et les institutions auraient davantage tendance à acheter qu’à vendre en ligne, puisque 48 % des entreprises du secteur privé et 82 % des organisations du secteur public auraient fait des achats en ligne en 2007.

Utilisation des technologies : évolution du privé

L’enquête de statistique Canada fournit également des données à propos de l’utilisation des technologies de l’information et des communications par les entités des secteurs public et privé.

Dans le secteur public, le recours aux technologies tendrait plutôt vers l’absolu, alors que 100 % des entités sondées utiliseraient le courriel et l’Internet, que 91 % auraient recours aux communications sans fil et que 93 % exploiteraient un site Web. Les statistiques étaient les mêmes en 2003, sauf les communications sans fil qui étaient utilisées à 74 %.

À propos des avantages des organisations publiques à faire des affaires sur la Toile, 59 % des répondants aurait mentionné l’amélioration de la coordination avec les fournisseurs, les clients et les partenaires. 48 % des entités publiques auraient évoqué la réduction des coûts et 46 % l’élargissement de la clientèle. 20 % percevrait les affaires en ligne comme un moyen de réduction du temps nécessaire à la commercialisation.

Dans le secteur privé, Statistique Canada constate une évolution appréciable dans les quatre catégories de technologies. 81 % des entreprises privées auraient utilisé le courriel en 2007, contre 74 % en 2003, alors que 87 % auraient utilisé l’Internet en 2007, contre 78 % en 2003. L’utilisation des communications sans fil aurait effectué un bond de 20 % durant cet intervalle, passant de 57 % à 77 %, mais l’exploitation d’un site Web aurait peu progressé, passant de 34 % en 2003 à 41 % en 2007.

Quant aux avantages à faire des affaires en ligne, l’élargissement de la clientèle et la meilleure coordination avec les partenaires, les clients et les fournisseurs auraient été identifiés par 36 % des entreprises privées. 30 % des entités du secteur privé auraient identifié la réduction des coûts et 19 % la réduction du temps de commercialisation.

Notons que 10 % des entreprises du secteur privé et 2 % des entités du secteur public ne percevraient aucun avantage à faire des affaires sur Internet.

Progression du logiciel libre

Par ailleurs, Statistique Canada rapporte que 17 % des entreprises du secteur privé auraient utilisé des logiciels libres en 2007, contre 10 % en 2005. Dans le secteur public, la moitié des organisations utiliseraient des logiciels libres. En 2007, 3 % des entreprises privées et 13 % des entités publiques auraient personnalisé leurs logiciels libres.

Téléphonie : érosion du service filaire traditionnel

Statistique Canada a également diffusé des données de l’Enquête sur le service téléphonique résidentiel, que l’organisme produit depuis 1998 pour le compte des principaux fournisseurs de services téléphoniques traditionnels.

En décembre 2007, 86,9 % des ménages canadiens utilisaient une ligne téléphonique terrestre, en recul de 3,7 % en comparaison avec la proportion de 90,6 % rapportée au mois de décembre 2006. 77,9 % des ménages du Québec utilisaient une ligne terrestre, soit un recul de 8,7 % d’année en année. Non seulement le Québec détenait la plus faible proportion des ménages qui utilisaient une ligne terrestre au Canada, mais sa diminution était la plus prononcée parmi toutes les provinces.

La Saskatchewan est la province où l’on retrouvait la plus grande proportion de ménages (94,5 %) qui utilisaient une ligne terrestre. L’Alberta (88,8 %), pour sa part, était la seule province qui avait fait l’objet d’une augmentation de la proportion de ménages branchés dans cette catégorie.

Quant à l’utilisation de la ligne terrestre à titre de service téléphonique unique, moins du quart (24 %) des ménages canadiens, soit 3,1 millions de ménages, n’avaient recours qu’à la liaison filaire traditionnelle en décembre 2007, soit un recul de 5,6 % d’année en année.

Le Québec arrivait au troisième rang des provinces canadiennes avec une proportion de 30,3 % des ménages, derrière le Nouveau-Brunswick (31,9 %) et Terre-Neuve-et-Labrador (31,5 %). À l’inverse, seulement 14,3 % des ménages de l’Alberta n’utilisaient que la ligne téléphonique terrestre en décembre 2007, en recul de 3 % d’année en année.

47 % des personnes sondées qui n’utilisaient pas de ligne téléphonique terrestre ont indiqué qu’elles n’en avaient pas besoin en raison de l’utilisation d’un téléphone mobile ou d’une technologie de nouvelle génération.

Téléphonie mobile

Du côté du téléphone mobile, Statistique Canada note une progression de 5,3 % d’année en année, ce qui porte à 72,4 % la proportion des ménages utilisant un service de téléphonie cellulaire. Alors que l’Alberta était la championne parmi les provinces canadiennes (83,5 %), le Québec arrivait bon dernier avec une proportion de 63,2 %, en croissance de 5,2 % d’année en année. Il s’agit de la sixième croissance en importance, alors que le Manitoba, avec une proportion de 71,4 %, a fait l’objet d’une hausse de 8,7 % d’année en année.

Quant à l’utilisation du téléphone mobile à titre de seul service téléphonique, 6,4 % des ménages canadiens n’utilisaient que le téléphone cellulaire, en croissance de 1,3 % d’année en année. Le Québec, tout juste sous la moyenne canadienne avec une proportion des ménages de 6,3 %, arrive au quatrième rang parmi les provinces canadiennes. La Colombie-Britannique, avec une proportion des ménages de 10,2 %, a décroché le premier rang grâce à une croissance de 4,2 % d’année en année. L’Alberta, qui est reléguée au deuxième rang avec 7,7 % des ménages, a fait l’objet d’un recul de 0,4 % d’année en année.

Téléphonie IP ou par câble

Enfin, pour une première fois, Statistique Canada peut constater les variations d’utilisation de deux récentes technologies de téléphonie. L’organisme rapporte que 14,9 % des ménages canadiens utilisaient en décembre 2007 la téléphonie filaire de nouvelle génération, soit par le biais d’un réseau de câblodistribution ou de l’Internet au moyen du protocole VoIP. Il s’agit d’une augmentation de 4,2 % d’année en année.

Le Québec arrivait en tête de peloton avec une proportion de ménages de 19,5 %. L’augmentation d’année en année de 6,2 % constituait également la plus forte croissance parmi les provinces canadiennes. La Saskatchewan, avec une proportion des ménages de 7,5 %, était la province où la téléphonie de nouvelle génération était la moins utilisée. Au Manitoba, où 11,4 % des ménages étaient abonnés à de tels services, on rapportait un recul de 0,2 % d’année en année.

Par ailleurs, Statistique Canada constate que 0,9 % des ménages n’utilisaient aucun service téléphonique en décembre 2007, contre 1,3 % des ménages douze mois plus tôt.

Jean-François Ferland est journaliste au magazine Direction informatique.


À lire aussi cette semaine: Fido propose un service unissant Wi-Fi et GSM

L’actualité des TI en bref

Fortsum, Bell et Lyrtech : des données financières et du changement Silverlight vs Flash/Flex : Microsoft affronte Adobe sur le terrain des RIA

La grande séduction numérique




Tags: , , , , ,

À propos de Jean-François Ferland

Jean-François Ferland a occupé les fonctions de journaliste, d’adjoint au rédacteur en chef et de rédacteur en chef au magazine Direction informatique.


Google+