Échec de la médiation entre Rogers, Shaw et le Bureau de la concurrence

Rogers et Shaw n’ont pas réussi à résoudre les problèmes de concurrence lors de leur séance de médiation de deux jours avec le Bureau de la concurrence du Canada.

Dans un communiqué de presse, les deux géants des télécommunications affirment que le processus d’examen se poursuivra et qu’ils ont l’intention de coopérer avec les régulateurs.Roger

La médiation a eu lieu les 4 et 5 juillet, une semaine seulement après que Rogers et Shaw aient convenu de vendre Freedom Mobile à Quebecor pour 2,85 milliards de dollars canadiens.

L’organisme canadien de surveillance de la concurrence avait précédemment rejeté la fusion. En mai, le Bureau de la concurrence avait demandé une ordonnance et une injonction au Tribunal de la concurrence afin d’empêcher la transaction d’aller de l’avant. En outre, le bureau avait déclaré que la vente de Freedom Mobile ne garantit pas à elle seule l’approbation.

Dans une déclaration publique, le Bureau de la concurrence a affirmé que « le retrait de Shaw en tant que concurrent menace d’annuler les progrès significatifs réalisés en introduisant plus de concurrence dans un marché des services sans fil déjà concentré ».

Selon ce que rapporte Reuters, le Bureau de la concurrence pourrait exiger que Shaw se départisse également de sa division Shaw Mobile, un fournisseur de service de télécommunications à bas prix lancé en 2020 pour les clients Internet de Shaw en Alberta et en Colombie-Britannique, pour que l’accord puisse être conclu. Le service compte environ 450 000 abonnés.

Le gouvernement de l’Alberta a également annoncé cette semaine son intention d’intervenir dans la fusion, mais ne demeure pour le moment qu’un observateur intéressé par le processus jusqu’à ce que plus d’informations soient disponibles.

Le Bureau de la concurrence a refusé de commenter étant donné que l’affaire est devant les tribunaux.

L’article original (en anglais) est disponible sur IT World Canada, une publication sœur de Direction informatique.

Lire aussi :

Rogers et Shaw en médiation avec le Bureau de la concurrence

Rogers et Shaw s’entendent pour céder Freedom Mobile à Québecor

Le Bureau de la concurrence conclut une entente avec Rogers et Shaw

Adaptation et traduction française par Renaud Larue-Langlois

Tom Li
Tom Li
Les télécommunications et le matériel grand public sont les principaux sujets couverts par Tom chez IT World Canada. Il aime parler de l'infrastructure de réseau du Canada, des produits semi-conducteurs et, bien sûr, de tout ce qui est nouveau dans le domaine des technologies grand public. Vous le verrez aussi occasionnellement signer des articles sur les actualités liées à l'infonuagique, à la sécurité et au logiciel en tant que service. Si vous êtes prêt pour une longue discussion sur les nuances de chacun des secteurs ci-dessus ou si vous avez un produit à venir que les gens vont adorer, n'hésitez pas à lui envoyer un message à [email protected]

Articles connexes

La date limite pour la fusion Rogers-Shaw reportée au 17 février

Rogers, Shaw et Québecor ont annoncé ce matin dans une déclaration conjointe que la date limite pour finaliser le projet de fusion Rogers - Shaw et la vente de Freedom Mobile à Québecor a été reportée au 17 février, en attendant l'approbation du ministre de l'Innovation, des Sciences et de l’Industrie, François-Philippe Champagne.

La Cour fédérale rejette l’appel du Bureau de la concurrence pour bloquer la fusion Rogers-Shaw

Le Bureau de la concurrence n'a pas réussi à convaincre la Cour d'appel fédérale que la décision du Tribunal de la concurrence en faveur de la fusion Rogers-Shaw était juridiquement erronée ou que cette dernière entraînerait une diminution de la concurrence.

Le Bureau de la concurrence dépose un appel mis à jour et cite des erreurs de droit dans la décision du Tribunal de la...

Selon un reportage du Globe and Mail, le Bureau de la concurrence a déposé un appel mis à jour auprès de la Cour d'appel fédérale vendredi, alléguant deux autres erreurs de droit dans la décision du Tribunal de la concurrence d'approuver le rachat de Shaw par Rogers pour 26 milliards de dollars canadiens.

TekSavvy exhorte le ministre Champagne à bloquer la fusion Rogers-Shaw et à refuser l’offre de Vidéotron pour Freedom Mobile

Le fournisseur de service Internet (FSI) indépendant Teksavvy de Chatham, en Ontario, a demandé aujourd'hui au ministre de l'Industrie, des Sciences et de la Technologie du Canada, François-Philippe Champagne, de bloquer la fusion de 26 milliards de dollars proposée en refusant le transfert des licences de spectre sans fil de Shaw ainsi que l'acquisition de Freedom Mobile par Vidéotron.

Fusion Shaw-Rogers : les derniers développements

Après de nombreux déboires dans la foulée de l’annonce de l’intention du géant des télécommunication Rogers d’acquérir pour 26 milliards de dollars son compétiteur Shaw en mars 2021, le dénouement tant attendu – un jugement du tribunal de la concurrence – est finalement arrivé le 29 décembre alors que ce dernier rejetait les arguments du bureau de la concurrence qui tentait de bloquer la fusion des deux géants.