Diriger Funcom Montréal, un boulot amusant pour Miguel Caron

Pour Miguel Caron, anciennement de chez Cognicase et Lyrtech, diriger un studio de développement de jeu vidéo allie travail professionnel et plaisir personnel.

Miguel Caron, le chef de la direction du studio Funcom Montréal, est vêtu d’un gaminet et d’une paire de jeans. Le jeune homme de 38 ans, à l’air détendu et au franc sourire, aime visiblement son travail.

Or, son cheminement professionnel a été constitué surtout d’emplois dans des domaines non ludiques de l’industrie des TIC. Diplômé en stratégie militaire du Collège militaire royal de Kingston, Notamment, M. Caron a été vice-président de 1995 à 1999 de la firme de services-conseils Cogicase (qui appartient à CGI depuis 2003). Au milieu des années 2000, il a été président et chef de la direction de Lyrtech, une entreprise de Québec qui est spécialisée en conception de composantes de traitement de signaux numériques.

« Le mandat chez Cognicase m’a fait grandir et a constitué mon tremplin exécutif, en devenant vice-président à l’âge de 22 ans. Chez Lyrtech j’ai obtenu mes gallons en gestion, avec des mandats extraordinaires… Mais dans ces emplois les produits n’étaient pas excitants. C’était plaisant de conclure une transaction de vente d’un système bancaire ou d’obtenir un mandat de création d’un système de contre-mesure pour des chars d’assaut, mais ça me touchait moins personnellement. », commente M. Caron.

« Or, j’ai toujours été un “gamer”. Les jeux vidéo ne constituent pas un travail pour moi, car je m’amuse tous les jours. Cela ne veut pas dire qu’il n’y a pas de “challenge”, mais pour la première fois dans ma carrière le mandat de croissance et de diversification d’une entreprise et le produit final me touchent personnellement, ce qui me rend heureux. »

Gestion légère

Néanmoins, gérer un projet de développement du jeu vidéo demeure un travail. À cet effet, M. Caron explique que Funcom Montréal utilise la méthode Agile et compte deux experts en méthode « scrum ». Or, l’ajout des volets « artistique » et « amusement » à la gestion de projet entraîne un nouveau degré de difficulté.

« Quand on programme des lignes de code pour un site Web et qu’une fonction ne marche pas, c’est plus facile à [résoudre] que lorsque tout a été bien fait dans un jeu, mais que ça n’a pas l’air beau ou que la mission n’a pas l’air amusante. Comment décortique-t-on “pas le fun” en heures de travail? », demande-t-il en riant.

M. Caron dit apprécier la présence de gestionnaires qui ont beaucoup d’expérience malgré leur jeune âge. « Nous avons une culture de “swat team“: nous sommes trois à gérer cent cinquante personnes, soit la responsable des ressources humaines, la réceptionniste et moi-même. Une comptable vient travailler ici deux ou trois jours par semaine. Pour tout le groupe Funcom, il y a quatre personnes au marketing et quatre personnes aux finances. Il y a trois gestionnaires de niveau C, soit le président Trond Arne Aas et le responsable des opérations Ole Schreiner, qui sont en Norvège, et moi. Nous sommes vraiment une organisation allégée. »

Amour du travail

M. Caron, qui dit « s’être défoncé au niveau personnel et professionnel » pour Cognicase et Lyrtech, estime être rendu à une étape de carrière où il récolte ce qu’il a semé dans le passé. Notamment, il souligne l’appréciation que les employés manifestent à son égard, ce qui est aux antipodes des heures supplémentaires et des situations stressantes des emplois précédents.

« Ces bouteilles de scotch [et une bière d’épinette!] sont des cadeaux que des employés m’ont donnés lorsqu’ils sont partis. Je vais voir bientôt un spectacle que les employés m’ont offert pour mon anniversaire. Ils m’ont fait une ovation debout lorsque je suis entré au bureau le jour de ma fête… Je n’avais jamais vu cela durant ma carrière! », raconte-t-il.

« Ce qui constitue mon grand plaisir est de voir mes employés qui sourient lorsque j’arrive le matin, qui m’invitent lorsqu’ils pendent leur crémaillère… Plusieurs, lorsqu’ils sont revenus d’outre-mer après les vacances des Fêtes, ont dit qu’ils avaient eu hâte pour la première fois de “revenir à la maison”… »

Jean-François Ferland est rédacteur en chef adjoint au magazine Direction informatique.

Jean-François Ferland
Jean-François Ferland
Jean-François Ferland a occupé les fonctions de journaliste, d'adjoint au rédacteur en chef et de rédacteur en chef au magazine Direction informatique.

Articles connexes

Loi 64 sur la protection des renseignements personnels : Votre entreprise est-elle prête ?

Certaines dispositions de la « Loi modernisant des dispositions législatives en matière de protection des renseignements personnels » (autrefois le projet de loi 64) entreront en vigueur dans un peu plus d’un mois, le 22 septembre. Votre entreprise sera-t-elle prête à s’y conformer ?

MISE À JOUR – Actions collectives contre Rogers suite à la panne de vendredi dernier

Le cabinet juridique montréalais LPC Avocat a déposé une demande d’autorisation d’action collective contre le géant des télécommunications Rogers Communications en raison de la panne de son réseau vendredi dernier qui a privé bon nombre de Canadiens de service durant au moins 15 heures.

Bell lance un service Internet 3 gigabits dans la ville de Québec

Bonne nouvelle pour les résidents de la ville de Québec : Bell lance aujourd’hui un service Internet pure fibre qui permet des vitesses de téléchargement de 3 Gbit/s. La vitesse de téléversement de ce service est également de 3 Gbit/s.

Telus investira 11 G$ et créera 7 000 nouveaux emplois au Québec

Telus annonce aujourd’hui des investissements de 11 milliards de dollars sur quatre ans dans son infrastructure réseau, dans ses activités opérationnelles et dans le spectre au Québec. Elle s’engage de plus à investir 70 milliards de dollars à l’échelle du Canada d’ici 2026.

Plus de 7,5 G$ de Québec pour « inventer, développer, commercialiser »

Le gouvernement du Québec annonce la Stratégie québécoise de recherche et d'investissement en innovation 2022-2027 sous le thème « Inventer, développer, commercialiser ».