Des dirigeants d’entreprises tiraillés entre la cybersécurité et le développement

La fonction cybersécurité ne favorise pas l’innovation, selon 73 % des dirigeants du Canada qui ont répondu à un sondage Ernst & Young.

Risque en ligne, menaces en ligne, sécurité
Image : Getty

Ernst & Young affirme que « seulement 34 % des dirigeants la perçoivent comme étant axée sur la flexibilité et la collaboration ».

Par contre, 41 % des dirigeants qui ont répondu au sondage se disent néanmoins préoccupés par la gestion des cybermenaces, en particulier par la conformité aux exigences réglementaires et par le décloisonnement d’activités.

« La moitié des répondants sont d’avis que la conformité aux exigences réglementaires constitue la partie la plus exigeante de leur travail », soutient Ernst & Young.

Le tout, tandis que « l’adoption d’outils numériques adaptés aux nouvelles façons de travailler pendant la pandémie ont fait que la sécurité a souvent été négligée », et que 75 % des répondants déclarent avoir constaté une augmentation du nombre d’incidents perturbateurs dans leur organisation au cours des douze derniers mois.

Hausse des incohérences

Selon Ernst & Young, les entreprises doivent « corriger les lacunes et les incohérences entre les fonctions sécurité et développement des produits », avant de penser à investir davantage dans les données et la technologie numérique.

La cybersécurité et la protection des renseignements personnels ne seraient prises en compte à la phase planification d’un projet que dans 24 % des entreprises du Canada, selon le sondage.

« Il ne convient plus d’attendre à la dernière minute ou en fin de processus pour se pencher sur la cybersécurité et la protection des renseignements personnels », dit Ernst & Young.

Pour l’instant, environ un quart des chefs de la sécurité de l’information déclarent que leurs équipes ne sont pas consultées du tout ou qu’elles ne sont consultées que tardivement au sujet des décisions stratégiques prises par leur organisation.

Lire aussi :

Encouragements financiers publics pour la cybersécurité

Utilités et risques des simulations de hameçonnage

Des destructions de données aussi pires qu’un rançongiciel

Articles connexes

Détecter les intrusions avant une attaque

Par Avi Posesorsky, directeur des ventes chez Fortinet Avec leurs...

Google Cloud annonce de nouvelles solutions de sécurité

Google Cloud élargit son offre de cybersécurité et place sa récente acquisition de la société de cybersécurité Mandiant au premier plan de ses annonces de sécurité lors de la conférence Google Cloud Next 2022.

BRP victime d’une cyberattaque

On apprend ce matin que le fabricant de produits récréatifs BRP de Valcourt est actuellement la cible d’une « activité malveillante en matière de sécurité », tel que décrit par la société dans un communiqué.

Une étude révèle que les données obscures nuisent aux stratégies de DataOps

Quest Software, un fournisseur de logiciels de gestion de systèmes, de protection des données et de sécurité, en collaboration avec l'Enterprise Strategy Group (ESG), a publié le rapport 2022 sur l'état de la gouvernance et de l'autonomisation des données, un rapport annuel mettant en évidence les principaux défis et innovations en matière de gouvernance des données, de gestion des données et de DataOps.

La semaine dernière dans le monde du rançongiciel – lundi 11 juillet 2022

Une diminution des attaques, ou le « calme plat avant la tempête » ? Publication du rapport du second trimestre de Cyberint sur les rançongiciels.