Devolutions offre 1 M$ en solutions de sécurité informatique aux PME québécoises

Devolutions, une entreprise québécoise fondée en 2010 offrant des solutions alliant productivité et sécurité, dévoile la première édition de son Portrait sur la sécurité informatique chez les PME québécoises à l’occasion de son premier Sommet de la sécurité informatique, ITSec et offre pour 1 M$ de solutions.

Image : Getty

Le Portrait révèle que 85 % des PME se préoccupent de leur cybersécurité, mais que seulement 23 % adoptent l’ensemble des mesures de protection dites de base. La moitié des répondants a par ailleurs admis que leur entreprise avait été victime d’une cyberattaque au cours de la dernière année. Devant les constats préoccupants de ce sondage, Devolutions lance une initiative qui vise à rehausser la protection informatique des entreprises québécoises grâce à des logiciels de gestion de mots de passe et d’accès privilégiés.

Ainsi, Devolutions offre jusqu’à 10 000 $ en logiciels par entreprise québécoise éligible pour une période de 12 mois jusqu’à hauteur de 1 M$. Cette offre s’insère dans une perspective d’accompagnement des organisations pour la mise en place de meilleures pratiques et mesures de protection.

« Les données recensées par ce premier sondage font ressortir de réelles carences quant à l’application des bonnes pratiques en matière de cybersécurité chez les PME québécoises malgré les efforts mis en place. C’est pourquoi Devolutions s’engage à agir promptement pour mieux outiller les organisations avec une solution les aidant à bâtir une stratégie efficace en matière de cybersécurité. L’annonce de cette offre à 1 M$ pourra non seulement faire une différence auprès des entreprises, mais également pour les clients de celles-ci, autrement dit, un grand bénéfice pour l’ensemble de la société », affirme David Hervieux, président-fondateur de Devolutions.

Parmi les multiples constats de l’enquête, on y apprend que 9 entreprises sondées sur 10 estiment avoir un bon niveau de protection contre les cyberattaques alors qu’une faible adoption de mesures de contrôle considérées « de base » semble être adoptée. Parmi ces mesures, on compte le gestionnaire de mots de passe (57 %), l’authentification à deux facteurs (54 %), une formation en cybersécurité (48 %) et un audit de sécurité fréquent (32 %).

Par ailleurs, près d’une entreprise sur cinq omet de révoquer l’accès aux anciens employés conservant des informations confidentielles sur l’organisation.

Lire aussi :

Un mandat plus large pour une société canadienne de négociation de rançongiciels

La durabilité et le cyberrisque, les plus grands défis en 2022 selon des PDG canadiens

L’erreur humaine principale cause de violation de données

Renaud Larue Langlois
Renaud Larue Langlois
Un peu journaliste, un peu gestionnaire TI, totalement passionné de technologie. Après plus de 25 ans dans le domaine des TI, devenir rédacteur était tout naturel pour Renaud. C'est réellement une affaire de famille. Ses champs d'intérêt sont… tout, en autant que ça concerne la technologie. On peut le joindre à [email protected]

Articles connexes

Un rapport d’Info-Tech identifie sept tendances que les DSI doivent anticiper en 2023

Info-Tech Research Group vient de publier son rapport sur les tendances technologiques 2023, qui précise ce que l’organisme décrit comme sept tendances et découvertes relatives aux données basées sur une enquête auprès de 813 professionnels de l'industrie, dont la plupart travaillaient dans des services informatiques.

Quatre millions de Canadiens veulent passer à la 5G en 2023, selon une étude d’Ericsson

Ericsson, un important fournisseur de services de réseau 5G au Canada, publie aujourd’hui les résultats canadiens de sa plus grande étude menée à ce jour auprès des consommateurs. Elle démontre que quatre millions d'utilisateurs de téléphones intelligents comptent passer aux services 5G au cours des 12 à 15 prochains mois.

Des violations de données se produisent dans toutes les organisations, quelle que soit leur taille

Selon Todd Moore, vice-président des solutions de chiffrement chez Thales, un fournisseur parisien de solutions de haute technologie, aucune industrie ou organisation n'est à l'abri des violations de données, et les petites et moyennes entreprises (PME) sont particulièrement vulnérables.

Les employés québécois peu concernés par le vol de données au travail

Une nouvelle étude sur les cybermenaces sur le lieu...

Détecter les intrusions avant une attaque

Par Avi Posesorsky, directeur des ventes chez Fortinet Avec leurs...