Deux FSI bonifient leurs offres


Jean-François Ferland - 26/07/2006

La concurrence est vive chez les fournisseurs de services Internet. Alors que Vidéotron augmente la bande passante de son accès Internet haut de gamme, Bell ajoute à son offre un service de prévention de la fraude par abonnement.

L’entreprise québécoise de télécommunications Vidéotron a annoncé que ses abonnés au service d’accès à Internet haute vitesse Extrême Plus, situés sur tout le territoire de desserte, bénéficient désormais d’une bande passante augmentée de 16 Mbit/s à 20 Mbit/s en aval. Cette augmentation de la bande passante est fournie sans modification du tarif mensuel du service qui est de 79,95 $.

Vidéotron se targue ainsi d’être le premier fournisseur de services Internet à offrir un service aussi rapide sur l’ensemble de son territoire à l’intention des consommateurs québécois. L’entreprise a également révélé qu’elle avait ajouté 130 000 nouveaux clients abonnés à ses services Internet, ce qui portait ainsi le nombre de ses clients à 699 000 au 31 mai 2006.

La clientèle visée par ce service rehaussé est constituée d’adeptes du mode multitâches qui aiment écouter la radio en ligne, échanger des messages instantanés et jouer à des jeux en ligne, ainsi qu’aux familles dont plusieurs membres se branchent en même temps à Internet par le biais d’un routeur. Le transfert de données est limité à 20 gigaoctets en aval et à 10 gigaoctets en amont par mois, alors que la vitesse de téléchargement en amont demeure à 1 mégabit par seconde.

Ce rehaussement vise à faire concurrence à l’offre de Bell Canada, qui a annoncé il y a quelques semaines le service Sympatico Optimax d’accès à Internet par fibre optique à une bande passante de 10 Mbit/s ou 16 Mbit/s sur une portion du territoire de l’île de Montréal.

Service antihameçonnage chez Sympatico

Bell Canada offre, par ailleurs, depuis peu aux abonnés du service d’accès à Internet Sympatico un service de protection contre la fraude. Ce service offert par abonnement bloque l’accès aux sites frauduleux connus, visant ainsi à prévenir l’hameçonnage, une méthode qui consiste à obtenir de façon frauduleuse des renseignements personnels et financiers de la part des internautes en utilisant un faux site Web.

La fonctionnalité est disponible par le biais d’un service de protection contre les logiciels espions pour 5,95 $ par mois, ou d’un forfait de sécurité de base à 10 $ par mois qui inclut également des services d’antivirus, de pare-feu et de contrôle parental. Les clients abonnés à un accès commuté ou à large bande peuvent bénéficier du service qui peut également être déployé sur un maximum de trois ordinateurs à la fois.

L’entreprise de télécommunications cite une statistique de la National Cyber Security Alliance, un organisme américain sans but lucratif voué à la promotion de la cybersécurité, qui indique que 81 % des internautes interrogés lors d’un sondage en décembre 2005 avaient déclaré ne pas détenir les outils de protection de base sur leur ordinateur. En outre, 23 % des répondants avaient indiqué avoir reçu au moins une tentative d’hameçonnage dans les deux semaines précédant le sondage.




À propos de Jean-François Ferland

Jean-François Ferland a occupé les fonctions de journaliste, d’adjoint au rédacteur en chef et de rédacteur en chef au magazine Direction informatique.


Google+