Deux fois plus d’apprentissage-machine en 2018?

Deloitte prévoit que plus du quart des puces utilisées pour accélérer l’apprentissage-machine dans un centre de données seront des réseaux prédiffusés programmables par l’utilisateur (FPGA) et des circuits intégrés à application spécifique (ASIC).Apprentissage profond

Résultat, d’ici la fin de l’année 2018, l’utilisation de l’apprentissage-machine devrait croître, les applications consommant moins d’électricité et gagnant donc en réactivité et en puissance. En 2018, Deloitte s’attend à voir doubler le nombre de mises en œuvre et de projets pilotes liés à l’apprentissage-machine réalisés par les moyennes et les grandes entreprises par rapport à cette année. Il devrait encore être multiplié par deux d’ici 2020.

« Cette année est un point de bascule où l’adoption de l’apprentissage-machine par les entreprises est en passe de s’accélérer et d’aider ces dernières à accroître leurs activités en travaillant plus rapidement et de façon plus souple plutôt qu’en remplaçant leurs employés », a indiqué, dans un communiqué, Massimo Iamello, dirigeant du secteur technologies, médias et télécommunications au Québec chez Deloitte.

D’après les prédictions de Deloitte pour ce secteur, près de 15 millions de Canadiens utiliseront la réalité augmentée l’année prochaine.

Autre tendance mise en lumière par cette firme de services-conseils : un Canadien sur quatre ayant accès à internet sera uniquement connecté à partir des réseaux cellulaires mobiles même à la maison. C’est davantage qu’aux États-Unis où la proportion s’élèvera à 20 %. D’ici 2022, entre 30 et 40 % des Nord-Américains devraient accéder à internet à domicile au moyen de données sans fil grâce aux nouvelles technologies sans fil mmWave 5G, surtout parmi les jeunes et les personnes à faible revenu.

Toutefois, inquiets du temps excessif passé sur leur téléphone multifonction, 65 % des personnes de la génération Y au Canada pourraient restreindre leur consommation en 2018.

Lire aussi :

Définir l’intelligence des appareils grand public

Un autre laboratoire d’intelligence artificielle à Montréal

IA : l’avenir va surtout passer par l’apprentissage profond, selon Gartner

Articles connexes

Lévis hébergera le premier centre de traitement informatique au Canada à recevoir la distinction OCP Ready

Le campus Q01 de QScale, une entreprise qui développe des centres de traitement informatique éco responsables pour des applications telles que le calcul intensif et l’intelligence artificielle, a obtenu la distinction OCP Ready de la Fondation du Open Compute Project. Il s’agit de la première installation canadienne à recevoir cette distinction.

Les revenus du marché des centres de données carboneutres devraient monter en flèche

La société d'information commerciale BIS Research a publié cette semaine un rapport sur le marché des centres de données carboneutres qui prévoit que les revenus de 5,02 milliards de dollars de l'année dernière feront plus que tripler d'ici 2027.

10 ans de présence au Canada pour OVHcloud

OVHcloud, un fournisseur mondial de services infonuagiques basé en France célébrait récemment ses 10 ans en sol canadien. Pour l’occasion, son PDG Michel Paulin, un expert en télécommunications, en infonuagique durable et en technologie verte était de passage au Canada. Direction informatique l'a rencontré.

Système de gestion de la consommation d’énergie proposé par Telus et Vecteur

L’entreprise Telus et l’Institut Vecteur misent sur un système d’optimisation énergétique pour réduire les effets des centres de données et des édifices commerciaux sur les changements climatiques et des coûts opérationnels.

Projet de l’INRS en intelligence artificielle appliquée à l’exploration minière

Un projet d’adaptation d’architectures et de techniques d’intelligence artificielle et d’apprentissage des machines à l’exploration minière a obtenu un financement public de 379 000 dollars.