Deux appels d’offres technologiques au réseau CANARIE


Jean-François Ferland - 03/06/2009

L’organisme fédéral Canarie, qui exploite un réseau évolué utilisé à des fins scientifiques par des institutions d’enseignement, a publié coup sur coup deux appels de propositions à l’intention de l’industrie des technologies de l’information.

Le premier appel de proposition, d’une valeur de 2 M$, vise à étendre la portée du réseau de l’organisme à d’autres organisations, soit des ministères et des laboratoires fédéraux, des institutions d’enseignement, des institutions culturelles, des installations scientifiques, des hôpitaux universitaires et des organismes de recherche privée.

Les entités visées doivent être à la recherche de capacités de réseau nouvelles ou rehaussées pour réaliser des projets de recherche pure ou appliquée et vouloir accéder plus facilement à des instruments ou installations scientifiques au bénéfice d’utilisateurs dispersés. Ces entités doivent également souhaiter l’interconnexion d’intervenants répartis dans une région, au Canada ou à travers le monde pour des fins de collaboration et vouloir bénéficier d’une capacité de réseau à un coût plus abordable. Les entités intéressées ont jusqu’au 13 juillet 2009 pour soumettre leur projet en suivant les instructions fournies par CANARIE.

Le réseau de CANARIE, dont la bande passante est de 10 Gb/s, est composé de 45 connexions qui sont exploitées par une douzaine d’organisations.

Le deuxième appel de propositions, auquel est rattachée une enveloppe de 3 M$, a trait à un programme pilote sur les technologies de l’information verte. Il vise l’adoption de technologies évoluées en réseautique et en informatique qui aideront à diminuer les émissions de gaz à effet de serre et de carbone en provenance de l’infrastructure des TIC.

Le programme vise des projets de recherche coopératifs, de portée nationale ou internationale, qui ont trait à la faisabilité technique et à l’utilité de déménager des ordinateurs dans des centres de calcul sans empreinte carbone qui seraient connectés par des fibres optiques et qui seraient alimentés par des sources d’énergie renouvelable. Également, les chercheurs et le personnel d’universités qui réduisent leur empreinte carbone pourraient obtenir des crédits carbone ou leur équivalent en services.

Dans l’enveloppe, 2 M$ seront alloués aux projets pilotes de centre de calcul et 1 M$ pour la constitution de dossiers commerciaux et de projets plus modestes, soit jusqu’à 100 000 $ par projet. Les projets doivent être soumis avant le 29 juin en suivant les instructions fournies par CANARIE.

Jean-François Ferland est journaliste au magazine Direction informatique.




À propos de Jean-François Ferland

Jean-François Ferland a occupé les fonctions de journaliste, d’adjoint au rédacteur en chef et de rédacteur en chef au magazine Direction informatique.


Google+