Des statistiques sur l’utilisation d’Internet à des fins personnelles au Québec

L’Institut de la statistique du Québec estime que 80,7 % des Québécois de 16 et plus auraient utilisé Internet à des fins personnelles en 2012.

Photo d'un internaute

Dans la plus récente édition de son bulletin S@voir.stat, l’Institut de la statistique du Québec, une entité du gouvernement du Québec, souligne que ce taux d’utilisation d’Internet par les Québécois à partir de n’importe quel endroit est inférieur au taux d’utilisation de 83,4 % dans l’ensemble du Canada.

Également, le taux d’utilisation d’Internet par les Québécois de 16 ans et plus aurait été le sixième moins élevé dans l’ensemble du Canada en 2012. C’est la Colombie-Britannique qui aurait eu le taux d’utilisation d’Internet le plus élevé (86,8 %), tandis que Terre-Neuve-et-Labrador aurait eu le taux le moins élevé (76,9 %).

L’Institut de la statistique du Québec indique que la proportion d’individus qui utiliser Internet a augmenté autant au Québec qu’ailleurs au Canada de 2010 à 2012. En 2010, 75,9 % des Québécois et 80,3 % de Canadiens de 16 ans et plus utilisaient la Toile. Toutefois, le Québec se situait au septième rang des provinces canadiennes en 2010.

En 2012, selon l’Institut de la Statistique du Québec, 53,5 % des internautes québécois auraient commandé en ligne un bien ou un service. Cette proportion serait supérieure de 7,3 points de pourcentage à la proportion établie en 2010 46,2 %). Dans l’ensemble du Canada, 55,7 % des internautes auraient pratiqué le commerce électronique. Cette proportion serait supérieure de 4,7 points de pourcentage à celle qui a été estimée en 2010 (51 %).

Au Canada, c’est en Alberta qu’on aurait trouvé la plus importante proportion d’Internautes qui pratiquaient le commerce électronique en 2010 (60,2 %). À l’opposé, la plus faible proportion d’acheteurs de biens et services en ligne aurait été au Manitoba et en Saskatchewan (60,2 %).

Le bulletin de l’Institut de la statistique du Québec souligne que 66,4 % des consommateurs québécois qui ont effectué des achats en ligne en 2012 ont procédé à l’achat de produits qui ont été livrés directement sur Internet, comme des billets de spectacle, des frais d’abonnement ou d’inscription ou bien de la musique, des revues ou des journaux.

Lire le bulletin complet S@voir.stat, volume 14, numéro 2, de l’Institut de la statistique du Québec

Jean-François Ferland
Jean-François Ferland
Jean-François Ferland a occupé les fonctions de journaliste, d'adjoint au rédacteur en chef et de rédacteur en chef au magazine Direction informatique.

Articles connexes

CORRECTION : L’application canadienne Alerte COVID retirée après deux ans

L'application canadienne pour les téléphones intelligents Alerte COVID, développée au plus fort de la pandémie de COVID-19 pour avertir les gens lorsqu'ils ont été en contact étroit avec une personne infectée par le virus, a officiellement pris sa retraite.

Financement de 30 M$ pour Amilia afin d’accélérer la transformation numérique du secteur récréatif

Amilia, une entreprise technologique montréalaise fondée en 2009 œuvrant dans le secteur du commerce électronique pour les activités récréatives, annonce un nouvel investissement de 30 millions de dollars du Fond de croissance des entreprises du Canada (FCEC), d'Exportation et développement du Canada (EDC) et d'Investissement Québec (IQ). 

Le Canada demande au G7 un groupe de travail sur la cybersécurité

Face à ce qu'il appelle les « cyberactivités malveillantes » de la Russie dans sa guerre contre l'Ukraine, le Canada exhorte les pays du G7 à créer un groupe de travail pour partager les meilleures pratiques en matière de cybersécurité afin de protéger leurs infrastructures essentielles de TI et de télécommunications.

L’état de l’identité numérique au Canada

L'identité numérique arrive au Canada, soulevant une foule de questions de même que certaines préoccupations des défenseurs de la vie privée. De nombreuses provinces et le gouvernement fédéral ont lancé des initiatives d'identité numérique pour simplifier et sécuriser l'accès aux services gouvernementaux.

Le Canada devrait limiter l’utilisation de la reconnaissance faciale

Les commissaires à la protection de la vie privée fédéral, provinciaux et territoriaux du Canada déclarent que le Parlement devrait limiter l'utilisation par la police canadienne de la technologie de reconnaissance faciale à des circonstances étroitement définies telles que les crimes graves, ont déclaré aujourd'hui.