Des solutions de gouvernance de l’IA pour en faciliter la surveillance par les conseils d’administration

NuEnergy.ai, une entreprise de technologie d’Ottawa qui offre des solutions de gouvernance de l’intelligence artificielle (IA), cherche à doter les hauts dirigeants d’entreprise des connaissances, du cadre et des logiciels nécessaires pour interagir avec les solutions de gouvernance de l’IA et inclure la gouvernance de l’IA dans leurs registres des risques.

Dans sa dernière annonce, NuEnergy.ai a déclaré que les membres de conseils d’administration peuvent accéder à la formation sur la gouvernance de l’IA et au cadre de gouvernance de l’IA de l’entreprise, qui est conçu pour permettre aux leaders technologiques de développer une feuille de route éthique de l’IA pour leur organisation et de créer en parallèle un cadre de confiance personnalisé pour gérer la gouvernance de l’IA de l’organisation.

De plus, avec le logiciel infonuagique de NuEnergy, Machine Trust Platform (MTP), les dirigeants technologiques peuvent mesurer les paramètres de confiance, notamment la confidentialité, l’éthique, la transparence, les préjugés et se protéger contre les risques de dérive de l’IA . Pour la surveillance par le  conseil, les résultats sont présentés dans des tableaux de bord qui incluent des normes mondiales telles que l’évaluation d’impact algorithmique (EIA) du gouvernement du Canada.

En mettant ces outils de gouvernance de l’IA à la disposition des dirigeants d’entreprise, et des membres du comité des risques en particulier, NuEnergy.ai cherche à aider les organisations à être plus conscientes du potentiel que l’IA présente pour leurs organisations ainsi que des risques encourus.

« Les dirigeants des conseils d’administration devraient s’appuyer sur leur approche du cyberrisque, en établissant dès maintenant des pratiques comparables pour l’IA. Les conseils d’administration doivent discuter de la manière d’intégrer la gouvernance de l’IA et la gouvernance des données dans leurs stratégies de gestion des risques et de mettre en place des garde-fous avant qu’il ne soit trop tard », a déclaré Niraj Bhargava, co-fondateur et président de NuEnergy.ai.

« La puissance de l’IA ne peut être véritablement bénéfique que si la technologie est fiable », a-t-il ajouté. « Les organisations se précipitent pour intégrer l’IA dans leurs produits et leurs opérations, mais attendent qu’une crise se produise pour la gouverner, risquant ainsi leur marque et la confiance du public en raison des manquements éthiques de l’IA. »

La direction d’une organisation n’est pas non plus susceptible de mettre en œuvre une gouvernance lorsque l’IA est « cachée » derrière ce qui semble être des outils à faible impact, tels que des outils de sélection de CV, qui semblent inoffensifs mais peuvent introduire des biais dans le processus d’embauche, a affirmé Niraj Bhargava.

« Malgré l’absence de réglementation formelle, c’est une erreur pour les organisations d’attendre pour mettre en œuvre des approches de gouvernance qui garantissent l’éthique et la fiabilité de l’IA ; les risques financiers, juridiques, réglementaires et de réputation d’une IA qui “déraille” sont trop importants », a-t-il poursuivi. « NuEnergy comprend la valeur des métriques, des mesures et des tableaux de bord transparents. Le dicton “si vous ne pouvez pas le mesurer, vous ne pouvez pas le gérer” s’applique clairement à l’IA, quel que soit le niveau de maturité d’une organisation. » 

L’article original (en anglais) est disponible sur IT World Canada, une publication sœur de Direction informatique.

Adaptation et traduction française par Renaud Larue-Langlois.

Ashee Pamma
Ashee Pamma
Ashee est rédactrice pour IT World Canada. Elle a obtenu son diplôme en communication et études médiatiques à l'Université Carleton à Ottawa. Elle espère devenir chroniqueuse après d'autres études en journalisme. Vous pouvez lui envoyer un courriel à [email protected]

Articles connexes

Pourquoi les conseils d’administration ignorent les RSSI et 4 façons de les amener à écouter

Imaginez un adulte devant vous parlant dans une langue étrangère inintelligible. Selon Jeffrey Wheatman, c'est ainsi que la plupart des responsables de la sécurité des systèmes d'information (RSSI) sonnent à leurs conseils d'administration et à la direction générale.

Décalage entre les conseils d’administration et les RSSI sur la cybersécurité

Les responsables de la sécurité des systèmes d’information (RSSI) informent de plus en plus les conseils d'administration des stratégies de cybersécurité et du profil de risque de leur organisation. Mais une nouvelle enquête auprès de dirigeants suggère qu'il s'agit parfois d'un jeu du téléphone.

La responsabilité sociale ne peut pas attendre la technologie idéale, selon EY

Les entreprises ne peuvent pas se permettre d'attendre que les capacités optimales d’analyse de données non financières sur leurs performances environnementales, sociales et de gouvernance (ESG) soient disponibles avant de prendre des mesures pour intégrer des critères ESG à leurs décisions, selon Ernst & Young.

NuEnergy.ai et une équipe de la GRC élaboreront un cadre de gouvernance de l’IA

NuEnergy.ai, une entreprise technologique basée à Ottawa et axée sur la gouvernance de l'intelligence artificielle (IA), a lancé la semaine dernière un logiciel hébergé nommé Machine Trust Platform (MTP), conçu pour soutenir une gouvernance éthique et transparente des déploiements d'IA.

L’empathie est désormais une compétence clé d’un RSI

Auparavant, un responsable de la sécurité de l'information devait...