Des mécanismes de protection de la vie privée avec plus de mordant?

Le commissaire à la protection de la vie privée réclame le pouvoir d’imposer des sanctions administratives pécuniaires aux entreprises privées qui contreviennent aux règles sur la protection des renseignements personnels.Logo du Commissariat à la protection de la vie privée du Canada

Selon Daniel Therrien, sur la base d’une consultation et de son rapport annuel, « les Canadiens doivent pouvoir compter sur un organisme de réglementation indépendant qui dispose des lois et des ressources nécessaires pour renseigner correctement les citoyens, orienter l’industrie, demander des comptes aux entreprises et sanctionner les comportements inacceptables ».

Daniel Therrien demande ainsi des changements à la Loi sur la protection des renseignements personnels et les documents électroniques (LPRPDE), qui à son avis, « n’a pas de mordant » et laisse le secteur privé « choisir de suivre ou non les recommandations ».

En attendant que la loi soit modifiée, ou non, le Commissariat prévoirait « faire passer le modèle actuel de l’ombudsman, fondé sur les plaintes, vers un modèle axé sur une application de la loi et une conformité proactives ».

De plus, le Commissariat prévoirait « mettre à jour les lignes directrices en matière de consentement en ligne », par exemple de manière à éviter des politiques de confidentialité « de 50 pages rédigées dans jargon juridique que la plupart des avocats ne comprennent pas », de même qu’« élaborer de nouvelles orientations précisant les cas où la collecte, l’utilisation et la communication de renseignements personnels sont interdites ».

Le Commissariat mentionne que le rapport annuel tient compte du fait que « les renseignements personnels constituent un volet important de l’économie axée sur les données » et que certaines « méthodes de désidentification » seront recommandées, de même que certaines « exceptions dans les situations où l’obtention du consentement est pratique impossible ».

Lire aussi :

Renseignements personnels : les appareils médicaux connectés dans le viseur

Protection des données : des consommateurs préoccupés mais pas découragés

Renseignements personnels : Google Play et App Store interpellés

Articles connexes

Un rapport d’Info-Tech met en évidence les principales tendances en matière de données et d’analyse pour 2023 

Info-Tech Research Group a publié la semaine dernière son rapport Data and Analytics Trend 2023, un document qui se penche sur les tendances de pointe auxquelles les organisations et les responsables informatiques devront se préparer au cours des prochains mois. 

Nouvelle norme nationale du Canada sur  « l’intégration sans copie »

Le Conseil de gouvernance numérique (autrefois le Conseil stratégique des DPI) et la Data Collaboration Alliance ont annoncé la publication de la norme nationale approuvée par le Conseil canadien des normes CAN/CIOSC 100-9, Gouvernance des données – Partie 9 : Intégration sans copie.

Une étude révèle que les données obscures nuisent aux stratégies de DataOps

Quest Software, un fournisseur de logiciels de gestion de systèmes, de protection des données et de sécurité, en collaboration avec l'Enterprise Strategy Group (ESG), a publié le rapport 2022 sur l'état de la gouvernance et de l'autonomisation des données, un rapport annuel mettant en évidence les principaux défis et innovations en matière de gouvernance des données, de gestion des données et de DataOps.

SAS Hackathon 2022 : Résoudre les problèmes du monde réel à l’aide de données

C’est cette semaine que SAS annonçait les gagnants de son Hackathon 2022. Parmi 70 équipes qualifiées du monde entier et 50 soumissions, SAS a retenu 13 équipes pour leur innovation utilisant l'intelligence artificielle infonuagique Viya de SAS, Microsoft Azure et d'autres technologies. 

Bris de la confidentialité de renseignements personnels de candidats à Québec

Des documents et des fichiers du gouvernement du Québec contenant des renseignements personnels au sujet de 31 540 personnes ont été trouvés sur des supports informatiques externes au domicile d’un employé de la fonction publique.