Des chaînes de blocs pour identifier la contrefaçon


Dominique Lemoine - 24/04/2019

Les bases de données distribuées, ou chaînes de blocs, ont le potentiel d’améliorer l’identification de la contrefaçon dans les installations portuaires.

Image : Getty

Gartner, une firme de conseil et de recherche dans le domaine des technologies, basée aux États-Unis, affirme que des initiatives de bases de données distribuées pourraient résoudre des défis liés aux chaînes logistiques ou d’approvisionnement internationales.

Les capacités de bases de données distribuées incluraient la traçabilité, l’automatisation, ainsi que la sécurité.

« Les organisations pourraient utiliser la chaîne de blocs pour localiser et suivre leurs cargaisons dans le monde, grâce à des étiquettes inviolables, ce qui permet une réduction du temps requis pour échanger des formalités avec les autorités portuaires et une identification améliorée de la contrefaçon », soutient Gartner.

Les autres tendances 2019 identifiées par Gartner en matière de technologies de chaînes d’approvisionnement incluent les jumeaux numériques, c’est-à-dire des copies numériques des systèmes de relations qui existent entre toutes les entités physiques impliquées dans les processus d’une chaîne logistique, par exemple les produits, les clients, les marchés et les entrepôts de distribution.

Lire aussi :

Projets de chaîne de blocs au Port de Montréal et aux douanes

Continuité entre Sigma-RH et le Centre de données maritimes

Les jumeaux numériques en progression




Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , ,
Dominique Lemoine

À propos de Dominique Lemoine

Dominique Lemoine est rédacteur en chef du magazine Direction informatique.
Google+